Peu de nouveaux diplômés étaient présents pour célébrer la fin de leur cursus, la plupart étant déjà au travail

Ils représentent le succès d’un projet longuement mûri. 18 étudiants viennent de recevoir leur diplôme d’état de moniteur-éducateur à l’antenne mahoraise de l’Institut Régional du Travail Social (IRTS), une structure réunionnaise qui a créé en 2016 une antenne à Mayotte. Cette promotion qui vient de finir son cursus était la première à s’inscrire dans ce dispositif qui vise à répondre aux besoins du territoire en travailleurs sociaux.

“Suite à de nombreuses études nous avions décidé de mettre en place cette formation de moniteur éducateur”, explique Attoumani Mouhamadi, responsable de l’antenne locale.
Tout vient du constat qu’en raison d’un turn-over important dans le secteur médico-social, il était difficile de structurer et de pérenniser cette filière à Mayotte. Avec une formation de deux ans sur place, ces jeunes mahorais(es) ont “étonné le jury” et conclu avec un taux de réussite de 95% et une notation moyenne de 16/20. Bien plus que ceux qui partent suivre la même formation en métropole.
Avec un diplôme d’Etat et des certificateurs venus de La Réunion, les bons résultats ne sont pas dû à un quelconque laxisme dans la notation, mais bien au cadre et à la proximité des familles qui évite aux élèves les problèmes liés au déracinement.

Un module de formation créé à Mayotte et exporté à La Réunion

Peu de nouveaux diplômés étaient présents pour célébrer la fin de leur cursus, la plupart étant déjà au travail

Autre avantage, celui d’avoir su, d’une part recruter 100% des formateurs à Mayotte, et d’autre part, d’inclure dans la formation la prise en compte des spécificités du territoire, ce qui manque à nombre de professionnels venant de métropole. Avec une approche basée sur l’interculturalité, la formation assure au territoire des professionnels polyvalents et opérationnels. Mieux, le module “interculturalité” adapté à Mayotte s’est montré tellement bien conçu qu’il va être exporté à La Réunion, pour que les travailleurs sociaux du département voisin soient mieux préparés à interagir avec les familles mahoraises installées là-bas.

Enfin, le fait d’être formé sur place et de faire la plupart de ses stages à Mayotte a permis aux étudiants de commencer à se faire un réseau dans le petit monde du médico-social, et certains étaient démarchés pour un emploi avant même d’avoir leur diplôme. Une semaine après la fin du cursus, une dizaine était d’ors et déjà embauchés, et de nombreux postes seront à pourvoir dans les mois à venir.

Fort de ce lancement, l’IRTS a lancé il y a un an une formation d’éducateurs spécialisés, qui seront diplômés dans deux ans. Et en septembre, une troisième formation d’assistants de service social devrait voir le jour. “L’idée n’est pas de former pour former, mais de répondre à un besoin du territoire. On se donne un an pour prendre du recul avant de décider de rouvrir ou non une nouvelle formation de moniteur-éducateur” conclut le responsable d’antenne.
Y.D.