L’état des finances des communes se mesure à la confiance que les organismes de prêts leur accordent. Et les bénéficiaires sont plus nombreuses cette année.

La résorption de l’habitat insalubre, un travail sans fin
La résorption de l’habitat insalubre, un travail sans fin

L’Agence Française de développement (AFD) vient d’adresser un communiqué concluant l’année 2013 par cinq prêts en faveur des communes de Mayotte.

Entre 0,5 millions d’euros et 2,7 millions d’euros ont ainsi abondé le budget investissement pour des programmes d’aménagements urbains (voieries, équipements publics), de résorption de l’habitat insalubre, d’acquisition de véhicules et matériels pour les services techniques, de travaux de rénovation ou de mise aux normes, ou d’études de faisabilité pour l’installation de panneaux solaires.

Principal partenaire de la sphère publique à Mayotte, l’AFD accompagne ses prêts de dialogue sur la situation financière rétrospective et prospective de la commune. L’expertise technique permettant que le but recherché par la demande d’appui financier soit atteint.

Signature d'une convention avec la pairie de M'tsamboro
Signature d’une convention avec la pairie de M’tsamboro

Et il faut croire que le conseil a porté, puisqu’en 2013 pour la première fois, « prés de la moitié des communes de Mayotte ont été accompagnées et financées par l’AFD » retrace Nicolas Lejosne, directeur-adjoint AFD Mayotte. Elles n’étaient que 7 sur 17 à avoir pu prétendre à un prêt en 2012.

Les cinq élues de fin d’année sont Tsingoni, Dembéni, Dzaoudzi, Bandrélé et M’tsamboro.

Anne Perzo-Lafond