Photo Rania parcheminRania SAID a 37 ans, vit en couple, elle est originaire de M’tzamboro

« En 2000 je quitte Mayotte pour poursuivre des études d’infirmière en métropole. Une préparation d’un an au concours en Haute Normandie et l’intégration à l’IFSI en région parisienne m’ont permis de réaliser que ce parcours ne correspondait pas à ma personnalité.

J’ai pris un temps de réflexions et c’est lors d’un séjour de six mois à Nice que j’ai découvert le monde des voyages qui m’a toujours fasciné !
En octobre 2004, j’ai entrepris une formation d’agent de comptoir, j’ai effectué un stage de quatre mois obligatoire dans l’agence d’Air Austral à Paris.
A la fin du stage j’ai été embauchée et j’y ai travaillé de 2005 à 2011. Une période où j’ai vécu pleinement ma passion des voyages !

Après 6 ans, j’ai quitté la compagnie pour m’expatrier en Angleterre.
Cette expérience Londonienne m’a fait découvrir les différentes cultures et surtout l’hôtellerie de luxe comme le JW Mariott.
En 2012, de retour à Mayotte, je travaille à la SIM.
Une année après, une opportunité se présente et je pars m’installer à Maurice. J’intègre l’école Vatel durant trois ans et je décroche un master dans le Tourisme et l’Hôtellerie.
J’ai lancé ma société dans le domaine du tourisme culturel.

Une quête des cultures qui m’identifie à travers mon métissage malgache et mahorais.
Les voyages, la découverte des cultures sont une richesse et une ouverture sur le monde !
Les plus belles rencontres se sont faites lors de ces voyages. Il faut savoir partir l’esprit ouvert et prêt à vivre pleinement l’expérience et les rencontres.
Je n’ai jamais hésité à présenter fièrement mon île : ce bout de terre qui m’a vu naître !
Pour moi le bonheur se résume à la liberté d’être et de vivre heureux et épanouie !

Ma devise : « Life is beautiful »… Eh oui « la vie est belle » même dans les moments les plus difficiles, je reste positive !

Rania SAID

Roukia DAOUDA a 26 ans, célibataire sans enfant, elle est originaire de Dzaoudzi-LabattoirPhoto Roukia parchemin 1

« Mon départ de Mayotte s’est fait dans le cadre d’un séjour de vacances chez la famille à mon père résidant à la Réunion. Elle m’a proposé de rester pour y poursuivre ma scolarité. J’avais 9 ans. Au regard des conditions de vie que j’avais à Mayotte, ma famille a saisi l’occasion.
J’ai fait le collège et le lycée à la Réunion.
Aujourd’hui, je vis dans une famille que je connais depuis mon enfance.

De nature introvertie, j’ai appris à dépasser ma timidité en participant à des colonies de vacances : dans les cirques de Mafate, à Maurice, le tour de la Réunion en vélo…
J’ai ainsi découvert différents modes de vie, diverses culture et personnalités. Le passage et obtention du BAFA furent une riche expérience.

Tout au long de mon parcours et à la recherche de moi-même : j’ai effectué un stage de découverte à l’armée de l’air à la Réunion. C’est un monde où la rigueur et la discipline sont les mots d’ordre. Porter une arme et vivre comme un militaire m’a permis de confronter mes représentations face à la réalité du métier.
Dans la continuité de mon développement personnel, j’ai pratiqué des activités extra-scolaires comme le hip-hop, l’escalade…
Le monde sportif m’a permis d’aller au-delà de mes limites, extérioriser, être compétitive, travailler en groupe.
Bachelière en lettres, je suis partie à l’université à Nice et Lyon pour un cursus en « sciences du langage ».

Je suis rentrée à Mayotte et j’ai travaillé en tant qu’emploi d’avenir au CCAS de la commune de Dzaoudzi-Labattoir. Actuellement, je suis en formation d’assistante de service social à l’IRTS de la Réunion.
Pendant longtemps, j’ai fait du bénévolat auprès d’une association qui fait faire du sport aux personnes porteur de handicap ; cela m’a permis de comprendre le monde du handicap.
La mobilité m’a enrichie, rendu mâture et j’ai acquis des savoirs.
J’invite les jeunes à oser partir pour découvrir d’autres horizons et s’enrichir culturellement.Photo roukia parchemin 2

Néanmoins il faudrait éviter les mauvaises influences, j’encourage les échanges.
Par contre ce n’est guère simple de quitter sa famille : je me suis toujours dite que c’est pour mieux rentrer auprès des siens.
Je n’ai pas encore d’enfant et je salue le courage et admire les mères qui arrivent à être sur tous les fronts !
J’estime que toutes les rencontres que j’ai faites ont été importantes dans ma vie.
Après mes études, j’envisage un retour définitif à Mayotte afin de contribuer à son développement.

Lorsque l’occasion se présente je joue le rôle d’ambassadrice de Mayotte ! Bientôt je partirai en stage en Suisse je compte y représenter mon île !
Le bonheur c’est la santé, l’épanouissement de soi. C’est se sentir bien dans son corps.

Ma devise est : ne jamais abandonner quel que soit la difficulté !
Je suis la force tranquille…
Aimez-vous et prenez soins de vous !

Roukia DAOUDA