Photo Aida 1Aïda Houlame est originaire de Sada, mariée et mère de 3 enfants, 1 garçon et 2 filles. « Après, un BTS Assistante de Direction, j’ai validé une Licence Administration Publique, puis j’ai fait un Master1 Sociologie option Ressources Humaines.
Avant d’accéder à la Fonction Publique territoriale, j’ai travaillé dans le secteur privé notamment comme assistante de direction au LPA de Coconi.
J’ai été 4ème adjointe au Maire de Sada de 2008 à 2014 et je suis toujours conseillère municipale.

J’ai milité dans différentes associations mahoraises comme bénévole ou comme membre du bureau (Haima Sada dans laquelle j’ai été secrétaire, Maison Familiale et Rurale du Nord où je suis vice-présidente et membre du CA…).
Pendant 9 ans, j’ai travaillé au CNFPT Délégation de Mayotte en tant que conseillère formation.

Ma vie personnelle a contribué à ma migration vers la métropole.
C’est par voie de mutation que j’ai intégré la Délégation du CNFPT Grande Couronne dans les Yvelines comme conseillère formation.
Je vis avec ma famille en région parisienne où j’avais résidé entre 2005 et 2007.
Sur le plan professionnel, j’apprends de nouvelles méthodes de travail.
Ce n’est pas facile de s’intégrer et de s’adapter à un nouvel environnement : il faut être tenace et motivée pour se faire accepter, faire reconnaître son expérience tropicale et ses compétences.Photo Aida 2

Je partage cette mobilité avec mes enfants qui se sont bien intégrés et ils en profitent pleinement. Je soutiens et accompagne ma fille aînée inscrite dans un club de handball.
Je suis également adhérente et membre actif dans l’association des parents d’élèves.
J’ai fait de très belles rencontres professionnelles et personnelles.

Ce que j’acquiers professionnellement sera mis à profit lors de mon retour à Mayotte.
Une île pour laquelle je suis l’ambassadrice : je me rends disponible et réponds aux invitations de différentes associations mahoraises de l’Ile de France. J’ai d’ailleurs intégré une association de chant traditionnel « débat » ainsi je reste attachée à ma culture et je la fais découvrir !

Le bonheur ? Je dirai que c’est d’avoir un confort professionnel quel que soit son métier, c’est aussi s’épanouir et être heureux en famille.
Mes devises : toujours défendre mes valeurs et être au service des autres. Finir chaque action commencée, être persévérante, croire en soi et avoir la foi. Ne jamais se sous-estimer, travailler ensemble pour réussir collectivement !

Aida HOULAME

Photo Amy Said Adinani 1Amy Saïd Adinani a 24 ans et est originaire de Tsingoni

« A l’origine de mon premier départ, j’ai suivi ma maman qui devait suivre une formation professionnelle à Besançon.
L’année de ma terminale, nous sommes retournés à Mayotte.
A l’obtention du baccalauréat, je me suis installée un an chez ma grande sœur à Paris puis je suis retournée à Besançon.
Besançon j’y ai mes repères et j’avais besoin de m’y poser et faire le point!

Depuis fin 2017, je suis de nouveau à Paris et j’étudie le droit et la psychologie.
Je concilie ma vie étudiante avec divers petits boulots notamment baby-sitter, animatrice jeunesse ou encore vendeuse dans le prêt-à-porter.
Comme beaucoup d’étudiants: je travaille par nécessité mais je fais en sorte d’apprécier ce que je fais.
Je suis une grande nomade dans l’âme. Je suis née à la Réunion, j’ai passé mon enfance à Mayotte puis mes années collège et lycée à Besançon pour revenir passer mon baccalauréat à Mayotte et repartir en métropole par la suite.
Arrivée en métropole, j’ai fait: Paris, Besançon puis l’Angleterre (à Saint Mary’s Island) pour un séjour au pair et me revoilà à Paris!

Mon conseil? Osez sortir de sa zone de confort pour tirer le meilleur de son expérience loin de chez soi et auprès des autres…
Intéressez-vous à l’histoire de votre ville, chaque ville a un patrimoine culturel intéressant.
Active et créative du collège à l’université: j’ai fait de la gymnastique, de la couture, du dessin, de la peinture, du yoga…
Depuis plus de 7 ans, je suis impliquée dans le milieu associatif. J’ai tout d’abord été bénévole dans une association socio-culturelle « Des racines et des feuilles» où j’ai donné des cours d’anglais, et de français à des collégiens pendant environ3 ans.Photo Amy Said Adinani 2

Aujourd’hui cela fait un peu plus de 3 ans que je suis chargée de communication auprès d’une association mahoraise appelée «Journée du Savoir Mayotte». Cette expérience associative m’a permis d’élargir mon réseau et d’enrichir mon quotidien.
Toutes les rencontres furent belles; la dernière en date fut celle de Quentin Juy, directeur artistique de la compagnie de théâtre et de danse Keichad; j’ai eu la chance d’y travailler pendant 6 mois. Cela a été une expérience humaine très marquante dans ma vie.

Mes projets professionnels sont à Mayotte et je compte rentrer une fois mes études terminées. Travailler tout en ayant la possibilité de voyager régulièrement serait l’idéal.
Je ressens une envie, un besoin de jouer le rôle d’ambassadrice de Mayotte lorsque je suis avec mes compatriotes surtout face aux jeunes qui ont besoin de modèle.
Avec eux, je mesure le poids et la responsabilité de véhiculer une image glorieuse du mahorais. Je ne ressens absolument pas le besoin de représenter Mayotte face à un étranger ou sur un territoire étranger. Mon rôle est dans la transmission.

Pour moi le bonheur c’est vivre en adéquation avec la personne que l’on a envie d’être. C’est imaginer avec la plus grande précision sans manquer d’ambition, la personne que vous avez rêvé de devenir, le travail que vous aimeriez avoir, la vie de famille que vous souhaitez construire, la spiritualité et l’état d’esprit que vous souhaitez expérimenter quotidiennement…
Le bonheur c’est d’être bien avec soi-même.
La polyvalence et la créativité sont des outils indispensables à l’épanouissement personnel.
Mon leitmotiv restera toujours « être la meilleure version de soi-même dans tous les aspects de sa vie ! »

Amy SAID ADINANI