Air Madagascar avionAir Madagascar a fait son choix. Le conseil d’administration de la compagnie a décidé ce lundi
de «recommander à l’Etat» la désignation d’Air Austral pour son ouverture de capital. La décision a été annoncée à la presse malgache hier. Et les choses pourraient aller très vite. Le conseil a «invité Air Austral à finaliser avec l’État malgache les négociations en vue de la signature au 31 mars d’un protocole d’accord et au 31 mai d’un contrat de partenariat stratégique et d’un pacte d’actionnaire».

Engluée dans la crise, la compagnie aérienne malgache a lancé en avril 2016 un processus de recherche d’un partenaire stratégique pour son redressement. Pas moins de 35 «cahiers d’informations» ont été envoyé à des investisseurs potentiels, aussi bien des transporteurs aériens, des banques, des investisseurs privés, jugés intéressés par cette participation au capital de la compagnie aérienne malgache.

À l’issue de cette démarche, sept sociétés se sont manifestées, parmi lesquelles se trouvaient Air Mauritius, Airlink, Kenya Airways, Ethiopian Airlines et donc Air austral. Et c’est finalement la Réunionnaise qu’il l’emporte face à l’Ethiopienne, les deux compagnies ayant été retenues pour la sélection finale.

Elles se connaissent

Il semble évident que les relations qu’ont noué les deux compagnies ont joué un rôle déterminant de ce choix. Air Madagascar et Air Austral travaillent de longue date ensemble au travers de partages de codes. On pense aussi à la ligne vers la Chine (Guangzhou) lancée le 12 février dernier qui part de Tananarive et fait escale à la Réunion. La liaison est gérée par les deux compagnies.

avion-air-austral«Le choix du conseil d’administration est basé surtout sur les conclusions techniques des cabinets IOS et Partners et TroyAvi. Mais le rapprochement géographique entre les deux compagnies aurait pesé dans la décision finale des administrateurs», confirme la presse malgache.

La compagnie réunionnaise devrait donc devenir le 2e grand actionnaire d’Air Madagascar, l’État malgache conservant 51% du capital alors qu’il en détient actuellement 90%. Pour finaliser ce rapprochement, des discussions devraient s’engager entre la compagnie et l’État malgache dans les prochains jours, en particulier sur le plan d’investissements.

Vers une low-cost ?

Avec cette association, la compagnie malgache espère sortir de la crise aussi bien financière qu’en matière d’organisation. Air Madagascar continue en effet à faire face à de nombreuses difficultés sur le plan financier, commercial ou technique, malgré sa récente sortie de la «liste noire» de l’Union européenne en juin 2016. Dans son programme de vol, on trouve, outre la liaison avec la Chine, la France et cinq destinations régionales vers La Réunion, Maurice, les Comores, les Seychelles et Mayotte. La compagnie assure aussi plus d’une dizaine de destinations intérieures.

Air Austral, qui a dégagé des bénéfices confortables au cours des trois derniers exercices, a également bénéficié d’un apport en argent frais de la part de la région Réunion. Depuis plusieurs mois, elle ne cachait pas ses ambitions face à l’hyperactive Air Mauritius pour devenir un des leaders dans l’océan Indien.

Les proches du dossier glissent que cette entrée au capital d’Air Madagascar pourrait lui permettre de développer le concept d’une compagnie low-cost et ainsi transposer dans notre région un modèle économique qui a démontré son efficacité ailleurs dans le monde.

RR
www.lejournaldemayotte.com