Commissariat de police Mamoudzou
Le commissariat de police de Mamoudzou
Le commissariat de police de Mamoudzou

Le pancréas éclaté par des coups de batte de baseball devant le collège de Mgombani. Un jeune homme de 16 ans a été hospitalisé, il y a 8 jours, le 1er juin, après cette agression d’une violence inouïe. Elle pourrait également très mal se terminer pour les auteurs présumés de ces coups.

Si la victime a bénéficié d’un certificat d’incapacité de travail de 30 jours, les auteurs présumés, tous deux mineurs, ont été présenté au magistrat. Le premier a été envoyé en centre fermé à La Réunion, ce qui constitue une disposition nouvelle pour la juridiction de Mayotte. Le second est placé sous contrôle judiciaire.

Arrestations après le cambriolage du cabinet Kamardine

Les cabinets d’avocats sont régulièrement la cible de cambriolages. Le 30 mai dernier, alors que la tension sociale était très élevée, le cabinet de Mansour Kamardine était à nouveau visité à Kawéni. Mais cette fois-là, le cambriolage et les détériorations laissaient à penser qu’ils pourraient être liés à la crise des décasés.

On devrait en savoir plus rapidement car l’enquête de police a permis d’identifier un certain «Kamal» comme étant l’un des auteurs présumés du cambriolage. Il a été placé en garde à vue lundi, le 6 juin, après avoir été interpellé au rond-point de la barge à Mamoudzou. Le lendemain, un second individu, soupçonné d’être lui aussi impliqué a été arrêté à son tour. Au terme de leur garde à vue, ils ont été présentés et placés sous mandat de dépôt. Ils dorment donc à Majicavo en attendant la fin de l’enquête et un jugement.

Deux nouvelles scènes de violences urbaines

Les forces de police ont dû faire face à deux nouveaux caillassages. Les premiers se sont déroulés à Cavani mercredi soir où une vingtaine d’individus ont jeté des projectiles divers en direction d’une patrouille qui a préféré s’éloigner car elle n’était pas en nombre suffisant pour faire face.

.

Plus tard dans la nuit, même scène à Doujani contre l’équipe de Police secours renforcée par la BAC. Mais cette fois-là, les forces de l’ordre ont tiré une grenade lacrymogène et ont procédé à un tir de flashball. Les jeunes se sont dispersés dans le village sans que les policiers parviennent à réaliser des interpellations.

Téléphone volé, rébellion et reconduites

Mercredi après-midi, à proximité de l’école «les roussettes» et du lycée Bamana, une patrouille a été appelée alors que quatre jeunes gens étaient signalés porteurs de chombos. Si trois d’entre eux se sont vus remettre un rappel à la loi, le 4e est convoqué en justice pour recel. Sur lui, les policiers ont découvert un téléphone provenant d’un vol à l’arraché commis en mars dernier au préjudice d’une cliente du Barfly.

Sachez également qu’une interpellation par la police municipale d’un vendeur à la sauvette ce lundi va déboucher sur une procédure judiciaire. L’arrestation a été particulièrement difficile et l’homme est poursuivi pour rébellion et outrage et menaces contre agent de la force publique. A l’issue de sa garde à vue et des investigations, il a été convoqué au tribunal correctionnel en novembre.

Enfin, quinze personnes ont été interpellées sans titre de séjour à Passamainty, mardi en début d’après-midi, lors d’un contrôle d’identité mené par la police et la PAF. Elles ont été conduites au CRA pour éloignement.

RR
www.lejournaldemayotte.com