Hanima Ibrahima accueillait l'UNCCAS dans sa mairie de Chirongui

Membres de l’Union européenne depuis 2014, les premiers Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) ont pris pied à Mayotte à compter de 2015 alors qu’une délégation de l’Union Nationale des Centre Communaux d’Action Sociale (UNCASS) était déjà venue en 2009 pour identifier le terrain et les différents acteurs de l’action sociale. Deux ans après l’installation des CCAS, la délégation de l’UNCASS revient à nouveau sur l’île dans le cadre de l’appel à projet européen Pass’Palas dont l’enjeux et de mettre en place des dispositifs « sur mesure » pour professionnaliser et faire monter en compétence les acteurs locaux de l’action sociale.

Dans son rôle de fédératrice, la présidente de l’UNCASS, Joëlle Martinaux, accueillie par la commune de Chirongui à répondu à la Madame la maire Hanima Ibrahima Jouawo, à la suite de l’exposition de l’historique des actions qui ont été mise en place par le CCAS, en soulignant l’intérêt de son déplacement. « Pour pouvoir être à vos côtés la meilleure solution était de venir » a-t-elle introduit, « Venir pour rencontrer les élus et les acteurs pour faire un diagnostic collectif mais aussi individuel » poursuivait-elle.

« Les extraterrestres de l’action sociale »

Le CCAS de Chirongui adoubée

Lors des rencontres collectives, la présidente se souvient avoir entendu « parler le même langage », un langage alarmant sur le manque de moyen pour fonctionner. Cependant après la présentation des activités mise en place par le CCAS de Chirongui, Madame Martinaux se dit « bluffée » par la rapidité des actions mise en place par la structure en si peu de temps d’existence. Elle va jusqu’à dire en signe de reconnaissance et d’encouragement : « Vous êtes la démonstration de notre combat ».

Pour donner suite à ces propos Monsieur Laurent Guyot 7ème Vice-président de L’UNCASS d’ajouter : « Vous êtes une équipe d’extraterrestres de l’action sociale. En un si peu de temps vous avez réussi à faire beaucoup de chose. Je vous tire mon chapeau ». Encore surprenante la déclaration de Eliane Guiougou, guadeloupéenne, administratrice de l’UNCCAS qui exprime son étonnement devant l’enthousiasme qui anime la jeune équipe de CCAS de Chirongui et de féliciter madame la maire : « Je suis très fière de ce que vous avez fait, même en Guadeloupe qui a créé depuis longtemps ses CCAS, je pense qu’il y en a quelques-uns qui devraient venir chez vous pour prendre exemple. Vous avez compris ce qu’était le CCAS et vous l’avez bien mis en place », a-t-elle déclaré.

Pour accompagner la mise en place et le développement des CCAS à Mayotte, l’UNCASS va faire travailler ses 25 collaborateurs, haut administrateurs dans chacune des domaines sur lesquelles interviennent les CCAS pour les rapprocher le plus vite possible de celle de l’Hexagone.

Le CCAS de Chirongui grandit chaque jour de ses 89 agents, de son budget qui s’échelonne aujourd’hui à 1,8 million d’euros mais aussi de sa population qui a compris l’intérêt de l’établissement et qui ne cesse de contacter ses services.

Moussa ATTOUMANI