... Les moins jeunes aussi mais... Monsieur le maire ça c'est pour les enfants !
Une coupure de ruban avant la ruée vers les jeux
Une coupure de ruban avant la ruée vers les jeux

Le succès était annoncé, le succès a été immédiat. Autour d’enfants pour qui plus rien autour ne semble exister, les parents rayonnent.

Cette aire de jeux et de loisirs, c’était une promesse de la mairie. « Il y a trois axes, explique l’adjoint chargé de l’aménagement urbain Mohamed Moindjie. Le premier, c’est un vaste plan d’aménagement cohérent du territoire. On inaugure cette première aire à Passamainty, mais il y en aura à Vahibé, sur le terre-plein de M’Tsapéré et à Tsoundzou. Ce sont des éléments qui visent à améliorer le cadre de vie des habitants. Ensuite, c’est un lieu qui intègre le paysage avec une notion de développement durable. Il s’intègre dans le plan paysage qui va de Doujani à Kawéni. Ces espaces forment l’itinéraire vert qui consiste à planter en privilégiant la marche à pieds. L’enjeu est de fleurir la ville avec des espaces verts aménagés. »
Enfin le troisième volet, c’est « l’animation, il y a un réel engouement sur l’animation des jeunes. Le stade de Cavani a joué ce rôle de lieu de rencontres sécurisé et balisé. Là, on retrouve une aire de jeux pour les enfants de 1 à 12 ans, et un espace sportif pour les plus grands. »

Le maire montre l'exemple
Le maire montre l’exemple

Le parc étant créé, sa gestion revient désormais à l’association ADEDUPASS qui en assumera l’éclairage, la sécurité, le nettoyage et l’entretien ainsi qu’une buvette. « Un parc comme ça, ça manquait à Mayotte, vante Mohamed Moindjie qui espère que l’idée fera tâche d’huile. « les gens passent, voient ça et interpellent leurs élus pour dire : on veut comme à Passamainty ».

Un superbe outil contre l’oisiveté et la délinquance

« Cet équipement répondait à une réelle attente, abonde le maire Majani qui exprime son « plaisir de voir les enfants jouer dans ce lieu chargé d’histoire et qui donne un supplément d’âme au quartier. » Avant de demander aux habitants de « prendre soin de cet espace de vie ».

Anli Abdallah connaît bien ces agrées qu'il fait découvrir aux jeunes et aux maires
Anli Abdallah connaît bien ces agrées qu’il fait découvrir aux jeunes et aux élus.

Des habitants qui en tout cas, n’ont pas tardé à se l’approprier. L’essayer c’est l’adopter.
« C’est vachement bien ! s’enthousiasme Amir Djasmidine, un étudiant qui habite Tsoundzou. Quand je sors de l’école, je viens tous les jours ici avant de rentrer chez moi, avant on n’avait rien d’autre que la route, l’école ou rester à la maison. Maintenant on peut se faire les muscles ! »
Anli Abdallah vient tous les soirs également après son travail. Ce mercredi, il faisait découvrir les agrées au maire. Mais chaque jour, il fait travailler des dizaines de jeunes. « Il y a un mois, j’ai monté un groupe d’entrainement, on a été jusqu’à 40 personnes, se réjouit-il. »

Selon le bénévole qui consacre du temps à la jeunesse en même temps qu’il crée sa boîte de parachutisme, « le grand plus, c’est qu’on a des jeunes qui viennent de Mtsapéré à Tsoundzou et Vahibé. Ça permet de se retrouver, c’est vraiment pas mal. Pendant deux heures pour eux, il n’y a plus de querelle de village, tout le monde est ensemble. » De fait, cet espace à 250 000€ est un magnifique outil de prévention de la délinquance. « J’ai des jeunes qui ont un profil assez dur dans leur quartier, mais quand ils sont là, ils sont dans cet esprit de sport et de respect que je partage avec eux. On y gagne vraiment en termes de rapprochement entre villages. »

Les jeunes s'approprient ces équipements
Les jeunes s’approprient ces équipements…

 

... Les moins jeunes aussi mais... Monsieur le maire ça c'est pour les enfants !
… Les moins jeunes aussi mais… Monsieur le maire ça c’est pour les enfants !