Le nombre de naissances n’en finit plus d’augmenter à Mayotte. Alors qu’on n’en dénombrait que 6560 en 2013, on est passé à 9500 naissances en 2016 puis 9800 en 2017. “Depuis 2015 on a dépassé les 9000” note Jamel Mekkaoui, responsable de l’antenne mahoraise de l’Insee.
Avec 9800 naissances l’année dernière, la hausse par rapport à 2016 est de 3%, ce qui marque tout de même un ralentissement. La hausse était en effet de 6% en 2016 et de 23% en 2013.
Ceci étant, les statistiques de nationalité restent étonnamment stables par rapport à 2016. “Trois quart des mères sont de nationalité étrangère, 69% sont comoriennes et 4%, malgaches”. Les mères de nationalité autre, Europe ou Afrique notamment, sont en proportions marginales.
En revanche, il est intéressant de noter que la moitié des pères sont français, ce qui pose la question récurrente des reconnaissances frauduleuses de paternité. Car s’il est facile de vérifier qui est la mère d’un enfant, la paternité repose sur une déclaration, et non sur une certitude de filiation.

Jamel Mekkaoui, responsable de l’Insee à Mayotte

Ainsi en moyenne, seuls 42% des enfants nés à Mayotte ont leurs deux parents étrangers, et 20% ont les deux parents de nationalité française. 39% ont un parent étranger.
Des données intéressantes alors que l’amendement Thani vient d’être validé par le Conseil constitutionnel, avec pour objectif affiché de limiter les naissances de mères comoriennes.

Des mères parfois très jeunes

Si jusque là les statistiques présentées montrent peu de nouveauté, il est une donnée qui a été cette année ajoutée à l’étude : l’âge des mamans à la naissance du bébé.
L’on apprend ainsi que sur l’ensemble “une mère sur 20 est mineure”, soit 470 naissances. Parmi elles, 120 mères ont moins de 15 ans au moment de la naissance. Deux n’avaient que 12 ans à l’accouchement. “C’est la première fois qu’on objective l’âge de la mère à la naissance” note Jamel Mekkaoui. Ces données vont pouvoir servir par exemple au Département pour définir sa politique en termes de PMI, de prévention auprès des adolescents et de suivi des jeunes mères. Quant à l’âge du père, il est, en moyenne ,de 7 ans supérieur à celui de la mère.

L’âge des mères n’avait jamais été inventorié, il pose question

Autre chiffre notable : 300 enfants domiciliés à Mayotte sont nés en dehors du département, presque en totalité à La Réunion et en métropole. Un chiffre en augmentation puisqu’ils n’étaient que 200 en 2016, et moins de 150 en 2014. “C’est un phénomène qui interpelle, il est possible qu’il y ait un choix prononcé d’accoucher hors de Mayotte” souligne le statisticien.
Pour l’Insee, dont le travail est souvent décrié, ces statistiques sont d’autant plus fiables que les familles ont tout intérêt à déclarer une naissance sur le territoire, il est donc très peu probable que des naissances n’aient pas été relayées.
A noter que les chiffres ne portent que sur les naissances d’enfants vivants et domiciliés à Mayotte à la naissance. Le but de l’Insee avec toutes ces statistiques est “d’éclairer le débat public” afin d’aider les politiques à prendre des mesures appropriées.
Y.D.