(Photo ARS OI)
Certaines décisions à prendre "en urgence"
Certaines décisions à prendre « en urgence »

La bronchiolite est une maladie virale des petites bronches très contagieuse et qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans. Devant cette situation, l’ARS Océan Indien rappelle les bons gestes à adopter par les parents d’enfants en bas âge en cette période à risque.

Mayotte connait depuis décembre 2016 une épidémie saisonnière de bronchiolite caractérisée par un nombre élevé de passages aux urgences du Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) chez les enfants de moins de 2 ans. Après une première vague épidémique au cours du mois de décembre 2016 et janvier 2017, une deuxième vague épidémique est observée depuis février dans le service d’urgences du CHM, et est toujours en cours. Alors qu’à La Réunion, au cours de ces deux dernières semaines, l’activité des services d’urgences pour bronchiolite a diminué et l’épidémie semble être à présent dans sa phase descendante.

Durée deux fois plus importante

(Photo ARS OI)
(Photo ARS OI)
A Mayotte, si l’épidémie de bronchiolite de 2016-2017 ne semble pas plus intense que les saisons précédentes, elle se caractérise par une durée deux fois plus importante (18 semaines versus 8) et de ce fait par un nombre de passages aux urgences plus important. Au total, depuis le début de l’épidémie, 545 passages aux urgences pour bronchiolite chez des enfants âgés de moins de 2 ans ont été enregistrés. Ils sont deux fois plus importants qu’à La Réunion rapporté au nombre d’habitant.

Afin de prévenir la transmission de la maladie, il est conseillé de recourir à des gestes simples : se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, éviter de le mettre en contact avec des personnes enrhumées et des lieux enfumés, nettoyer régulièrement les objets avec lesquels il est en contact (biberons, tétines, jeux…), aérer régulièrement sa chambre.

Quand on est enrhumé, porter un masque (en vente en pharmacie) quand on s’occupe d’un bébé et éviter  de l’embrasser sur le visage et sur les mains.

Et quand l’enfant est malade, lui désencombrer régulièrement le nez avec du sérum physiologique, aérer sa chambre et veiller à ne pas trop le couvrir, ne pas l’exposer à la fumée du tabac, lui donner régulièrement à boire, continuer à le coucher sur le dos à plat, l’emmener rapidement chez le médecin en cas de gêne respiratoire et de difficulté à s’alimenter. Si besoin, le médecin lui prescrira des séances de kinésithérapie respiratoire.

image_pdfFaites un PDF avec l'article

Comments are closed.