28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEducationRSMA : Journée de sensibilisation et de lutte contre tous les types...

RSMA : Journée de sensibilisation et de lutte contre tous les types de violences exercées sur les femmes

Instaurée en 2020, date de création du pôle d'Accompagnement Médico-Psycho-Social au Régiment du service militaire adapté de Mayotte, la 4e édition de la « Journée de sensibilisation et de lutte contre les violences faites aux femmes à Mayotte et toutes formes de violences » s’est tenue, ce mercredi, au quartier De Hell. Une étape incontournable pour faire de ces jeunes des citoyens responsables et alertes.

Alors qu’au niveau européen, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s’est félicitée dans la soirée du 7 juin du compromis trouvé concernant les nouvelles règles de parité dans les conseils d’administration des entreprises cotées en bourse, le RSMA organisait ce mercredi une journée dédiée à la sensibilisation aux violences faites aux femmes. Un hasard de calendrier qui souligne à quel point la question de l’émancipation des femmes, au sein de la société, est aussi bien l’affaire du monde politique que du monde professionnel et social.

Créer un espace de d’échange et de dialogue

Une mobilisation à l’initiative du pôle d’Accompagnement Médico-Psycho-Social du RSMA

Dans son discours d’introduction à cette 4e édition, Charifou Marie, assistante sociale des armées au sein du régiment, a tenu à rappeler « la nécessité pour les stagiaires d’acquérir des informations afin de pouvoir transmettre le message à vos parents et à vos familles ». Au cours de cette journée, les stagiaires ont eu l’opportunité d’entrer en contact avec la dizaine de structures associatives présentes, qu’il s’agisse, entre autres, de l’Association pour la Condition Féminine et Aide aux Victimes, de Sortie du Processus de Prostitution, ou encore du Conseil départemental de l’accès au droit et du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles.

Avec des rotations toutes les quarts d’heure, les stagiaires, par groupe de 5 à 7 individus, ont échangé avec les acteurs associatifs du département. Sur certains stands, des jeux de rôles ont été organisés ainsi que des ateliers de psychologie collective. Le but ? Susciter l’échange et ouvrir un espace de dialogue. Car au-delà des violences physiques et sexuelles qui peuvent s’exercer sur les femmes, d’autres formes de contraintes existent telles que les violences psychologiques, économiques et administratives. Apprendre à les détecter pour prendre conscience de l’engrenage pernicieux qui se referme sur la victime. Briser le silence, engager les démarches judiciaires, des thématiques qui ont été au cœur de cette journée de sensibilisation.

Des temps d’échange et de dialogue pour libérer la parole et faire réagir

« Une logique de continuité dans l’accompagnement »

« Ces jeunes sont pour la plupart en décrochage scolaire ou en recherche d’emplois. L’objectif est de lever tous les freins susceptibles de compromettre leur intégration dans la société », souligne Charifou Marie. Des propos corroborés par l’officier psychologue du régiment, « la mise en place de journées de prévention avec les associations pour sensibiliser les jeunes permet de leur faire connaître les acteurs du territoire qui pourront les accompagner à la sortie du RSMA. C’est une logique de continuité dans l’accompagnement qui est à l’œuvre ». Présente à Mayotte depuis 2020, l’officier psychologue a pu constater « la ferme mobilisation de l’ensemble du territoire ainsi qu’une prise de conscience des acteurs institutionnels, sociaux etc. ».

Outre ces journées de sensibilisation « des ateliers avec des jeunes femmes du régiment ont été organisés concernant les liens entre la culture et la tradition mahoraise avec le droit français et républicain, poursuit la psychologue, puisqu’on constate des conflits de loyauté à la tradition face à la modernité ». Si des avancées notables sont à l’œuvre, le chemin à parcourir pour l’émancipation des femmes reste encore long, en témoigne Diana, stagiaire au RSMA, « on préfère parler de la problématique des violences entre filles car avec les garçons le dialogue est encore difficile. Il n’y a pas de débat possible car cela génère des conflits ».

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139533
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com