27.8 C
Mamoudzou
vendredi 27 janvier 2023
AccueilEducationL'école Humanity First s'engage contre la déscolarisation des enfants du territoire

L’école Humanity First s’engage contre la déscolarisation des enfants du territoire

Ce lundi, c'était opération portes-ouvertes pour l'école de l'association Humanity First Mayotte; une structure dont la mission consiste à venir en aide aux mineurs non scolarisés sur le territoire, et ce qu'importe leur nationalité ou origine. En partenariat avec le Village d'Eva, deux classes ont déjà pu voir le jour depuis un mois, lesquelles permettent d'accompagner les jeunes vers une scolarisation académique.

Selon les chiffres communiqués par le rectorat de Mayotte, pour l’année 2018-2019, seuls 40% des enfants âgés de 3 ans étaient inscrits à l’école contre 98% sur le reste du territoire national. Comme le confirmait le recteur Gilles Halbout en novembre 2020, environ 8.000 enfants n’étaient alors pas scolarisés sur l’île. Une réalité chiffrée que Joya Usama directeur de l’école Humanity First, a constaté par lui-même sur le terrain. C’est ainsi qu’au sein d’Humanity First, association loi 1901 qui s’était déjà illustrée par la distribution de bons alimentaires au début de la crise Covid, M. Usama est parti en quête de subventions pour ce projet d’école à Majicavo Koropa, en association avec le Village d’Eva. Rapidement, le projet était monté, les équipements achetés; ne restaient plus aux parents d’enfants déscolarisés de déposer leurs dossiers. Dossiers qui, comme l’explique le directeur de l’école, ne sont pas jugés « trop sévèrement ».

« Le but est d’accompagner les enfants jusqu’à ce qu’ils aient une place dans une école publique. On prépare leurs dossiers et on les envoie au rectorat, une fois le dossier accepté ils peuvent enfin prendre place dans une école publique. » Pendant ce temps, deux classes de 15 enfants de 6 à 16 ans sont prises en charge par les bénévoles d’Humanity First, 4 fois par semaine. Ces bénévoles « très actifs » enseignent français et mathématiques et l’association Le Village d’Eva assure la formation et le suivi pédagogique.

« La plupart des enfants n’ont pas la nationalité française. Qu’ils soient en situation irrégulière ou non, on ne regarde pas cela », Joya Usama

Peu importe la provenance ou l’origine des mineurs, tous sont acceptés dans la structure, ils sont avant tout des enfants déscolarisés explique le directeur de l’école. Celui-ci s’attend à des critiques, les collectifs ne sont jamais loin lorsque les questions de scolarisation d’enfants étrangers sont sur la table, en attestent les réactions lors de l‘affaire de l’obligation de scolarisation des enfants de trois ans de Tsingoni par le Tribunal Administratif, en novembre dernier.

Quoiqu’il en soit, le président de l’école Humanity First se désintéresse des critiques, et confie ne pas avoir peur. D’ailleurs, une partie de la population s’est montrée favorable au projet, puisque plusieurs personnes ont déjà fait des dons de livres à l’association. Un soutien local non négligeable, à l’égard des besoins en matériels dédiés à l’apprentissage des enfants.
Humanity First ne compte d’ailleurs pas s’arrêter là, puisqu’un projet de camp médical est d’ores et déjà dans les tuyaux. Il s’agirait ainsi de faire venir à Mayotte des médecins bénévoles plusieurs semaines durant pour aider les populations dans le besoin, et ce partout sur le territoire.

Mathieu Janvier

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

l'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Hawa Mayotte et la CADEMA s’associent pour améliorer la qualité de l’air dans les...

0
Ce lundi 10 octobre, Hawa Mayotte et la CADEMA signaient la première convention de surveillance de la qualité de l'air intérieur, portant sur 48 établissements scolaires publics de la Communauté d'agglomération. Une première à Mayotte, qui vient pourtant répondre à une obligation légale datée du 12 juillet 2010.

L’école maternelle de Cavani Sud vandalisée, une rentrée scolaire incertaine

0
Dans la nuit de lundi à mardi, l'école maternelle de Cavani Sud a été vandalisée. Plusieurs individus s'y sont introduits, détruisant tout sur leur passage. Un acte gratuit et choquant, à quelques semaines à peine de la rentrée scolaire.

Nouveau jugement et nouveaux remous dans l’affaire de la scolarisation des 3 ans à...

0
Fin octobre dernier, le juge des Référés rendait une ordonnance sommant le recteur et le maire de Tsingoni de scolariser plusieurs enfants de la commune âgés de 3 à 5 ans, à la suite de la plainte d’une dizaine de famille soutenues par des structures venant en aide aux étrangers. Mais après la scolarisation de certains d’entre eux dans des classes itinérantes faute de place, un nouveau jugement a été rendu, vivement contredit par la municipalité comme le rectorat

Absentéisme record, de la « rentrée normale » à la gestion « au jour le jour »

0
Le recteur Gilles Halbout a visité le collège de Passamaïnty et des écoles de Koungou ce lundi pour la rentrée annoncée comme "normale". Ce fonctionnement inspiré des mesures nationales laisse, malgré des aménagements locaux, place à l'inquiétude : l'absentéisme record des enseignants dès le premier jour laisse planer une grande incertitude sur le déroulé des prochains jours. Un appel à la grève jeudi est émis par le SnuiPP, la FSU et la CGT Educ'Action.

9200 classes fermées en France, le difficile pari de la rentrée de lundi

0
La doctrine nationale est claire, les enfants doivent reprendre le chemin de l'école. Une politique qui, en pleine flambée de variant Omicron, se traduit pas une hécatombe dans les effectifs d'élèves et de personnel au niveau national. A Mayotte où un taux d'incidence de 2000 est attendu durant le week-end, la journée de lundi s'annonce comme un pari. Gilles Halbout détaille les mesures prévues pour une rentrée presque normale.

Recent Comments