28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 28 novembre 2021
AccueilEconomie15 porteurs de projets formés pour faire vivre aux touristes « l’expérience...

15 porteurs de projets formés pour faire vivre aux touristes « l’expérience mahoraise »

Ce jeudi 18 novembre 2021 était une journée phare pour le CDTM, récemment devenu l’AaDTM (Agence d’attractivité et de Développement Touristique de Mayotte). En effet, il s’agissait de la première journée de formation des 15 porteurs de projets sélectionnés pour faire vivre prochainement aux touristes une « expérience mahoraise », autrement dit un tourisme immersif. Le cabinet tourangeau Ted Conseil était présent en ce jour pour assurer leur formation.

« Les 15 porteurs de projets sélectionnés et formés par nos soins ne se contenteront plus de proposer une simple visite aux futurs touristes, mais tenteront de leur faire vivre une véritable expérience mahoraise », a expliqué David Martin en amont de la formation de ses « bébés », à savoir les futurs opérateurs de tourisme mahorais sélectionnés par l’AaDTM. Avec sa nouvelle direction quasi entièrement renouvelée depuis août 2021 (à l’exception de Michel Madi qui demeure le directeur indétrônable de la structure), le CDTM, métamorphosé de fraîche date en AaDTM, ne rigole plus et souhaite prendre le problème du tourisme à Mayotte par les cornes. Comment mettre en valeur le 101ème département ? En proposant aux touristes, en particulier les affinitaires qui constituent la très grande majorité des visiteurs de l’île, une expérience non plus seulement extérieure mais intérieure, autrement dit immersive.

Pour ce faire, l’AaDTM a engagé un cabinet d’expertise spécialisé dans le domaine : Ted Conseil. Son directeur, David Martin, présent en ce jeudi 18 novembre pour former les 15 porteurs de projets, est à l’origine un professeur d’économie touristique à l’université de Tour. En parallèle, il dirige Ted Conseil dont les membres travaillent à développer le tourisme un peu partout dans l’hexagone, mais également dans les outre-mer (à l’exception pour l’instant de la Polynésie) et à l’étranger (Belgique, Chine ou Maroc, entre autres). Michel Madi, ayant eu l’occasion de le rencontrer au cours d’un salon professionnel, n’a pas hésité une seconde à le solliciter pour développer l’attractivité de Mayotte. Mais cela ne s’est pas fait sans une « parade amoureuse » chèrement gagnée par notre professionnel du tourisme préféré. En effet, Michel Madi a d’abord fait venir David Martin sur l’île aux parfums pour lui en montrer le potentiel. Un préalable indispensable car le professionnel du tourisme nous a affirmé fonctionner « au flair ». « J’ai senti un vrai potentiel à Mayotte, malgré le gros travail de fond qu’il va falloir fournir pour l’épanouir. C’est pour cette raison que j’ai répondu à l’appel d’offre lancé par Michel Madi. Et je l’ai remporté », nous a expliqué le directeur de Ted Conseil.

David Martin : “J’ai senti un vrai potentiel à Mayotte”

La 3CO, championne de Mayotte des projets touristiques immersifs

Une fois installé, David Martin a participé, en collaboration avec Michel Madi, à sélectionner 15 porteurs de projets. Pour cela, ils se sont appuyés sur les Offices du Tourisme des 5 EPCI du Territoire Mahorais (Cadema, Grand Nord, 3C0, Sud et Petite-Terre). Ceux-ci ont été chargés de trier et de sélectionner les meilleures offres en termes de tourisme immersif. Associations, entreprises ou auto-entreprise, le choix de David Martin et Michel Madi ne s’est pas fait en fonction de la nature de la structure, mais bien de la qualité de l’offre. Et, sur les 15 projets sélectionnés, une grande majorité est issue de la 3CO (communauté de communes du Centre-Ouest). Ce qui n’est pas un hasard puisque le tourisme immersif se base beaucoup sur l’expérience agricole, l’une des grandes spécialités du centre de Mayotte.

Ainsi, et pour ne donner qu’un seul exemple, l’association Aromaoré propose une immersion des touristes dans les plantations d’Ylang-Ylang où ils pourront, non seulement participer à la cueillette de cette fleur emblématique de l’île, mais également profiter de tous ses bienfaits : gommage et massage à base d’huile végétale d’ylang-ylang, notamment. En sus, Aromaoré compte faire venir des groupes de danses traditionnelles afin que les touristes apprennent les danses locales. L’association espère aussi pouvoir relancer la construction des bangas traditionnels en terre (remplacés depuis belle lurette par des bangas en tôle, complètement dénués de leur fonction originelle de lieu de passage de l’enfance à l’âge adulte pour les jeunes Mahorais).

Les membres d’Aromaoré sont loin d’être les seuls à valoriser les danses mahoraises. Ces dernières sont en effet l’une des grandes caractéristiques de l’île aux parfums et un véritable pilier de ce que l’on appelle, dans le jargon culturel, « le patrimoine immatériel » (c’est-à-dire tout ce que l’ont ne peut pas « palper » comme la danse, la musique ou encore les contes). Or le patrimoine immatériel constitue l’écrasante majorité du patrimoine culturel de Mayotte. En effet, si le touriste ou l’expatrié de passage critique sans cesse le manque de « culture » à Mayotte, c’est qu’il fait référence la plupart du temps au patrimoine « matériel », directement observable et « palpable ». La personne non informée s’étonnera ainsi du faible nombre de peintres, de sculpteurs, ou encore de l’artisanat très proche de celui de Madagascar sans personnalité typiquement locale. C’est ignorer que cette personnalité est à chercher ailleurs : dans le nombre incroyable de musiques, de danses et de contes que recèle l’île aux parfums !

Une mise en valeurs des traditions

Taambati Moussa, “gardienne des traditions mahoraises”, souhaite mettre en valeur la pêche au djarifa grâce aux conseils de David Martin.

La très célèbre Taambati Moussa (ou Abdou), considérée depuis des années comme « la gardienne des traditions mahoraises », fait évidemment partie de ces 15 porteurs de projets, afin de mettre en valeur sa région : le sud mahorais. Dans le cadre de la formation proposée par David Martin, elle souhaite valoriser l’une des nombreuses cordes de l’arc infini de sa connaissance des traditions mahoraises : la pêche au djarifa (pêche traditionnelle mahoraise typiquement féminine et collaborative réalisée à l’aide de tissus). « J’ai souhaité travailler sur cette tradition particulière car elle est peu connue du grand public. Mais je ne sais pas trop comment faire ni quel modèle économique adopter. D’où ma présence ici », explique la « gardienne des traditions » lors de la présentation des 15 porteurs de projets ce jeudi matin.

Si d’autres opérateurs en herbe étaient présents pour mettre en lumière les traditions mahoraises, comme l’association des « mamas shingo » de Brandrélé ou encore « Baobab Tour » qui souhaite travailler le manzaraka, d’autres, plus jeunes, avaient déjà compris l’utilité de se servir de la double facette de Mayotte. En effet, notre île jouit d’une dichotomie intéressante : elle est à la fois très traditionnelle et très moderne, de par son catapultage extrêmement rapide dans le monde moderne mondialisé. Un jeune informaticien du centre, présent à la formation, l’a bien compris et souhaite se servir de ce double aspect en créant des casques virtuels destinés à visiter l’ancienne usine sucrière de Soulou, entièrement restituée virtuellement.

Evidemment, les traditionnelles sorties bateau sur les îlots de M’tsamboro seront aussi de la partie car, bien que devenues presque « communes » pour les résidents, elles font toujours leur « petit effet » sur les touristes de passage, émerveillés par les eaux turquoises du lagon et la biodiversité qu’elles recèlent. En bref, ces 15 porteurs de projets que David Martin aura la lourde mission de former et de suivre, constituent peut-être le levier tant attendu pour sortir enfin le potentiel touristique mahorais du marécage dans lequel il se vautre depuis des années. Réussiront-ils à donner une nouvelle image de Mayotte au niveau national et international ? L’avenir nous le dira, mais nous l’espérons de tout cœur !

Nora Godeau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Vanille, Mayotte

Filière en structuration, la vanille se fête le 11 décembre

0
Le territoire va fêter un des produits qui fit l'excellence de la filière agricole en ayant par le passé été couronné au niveau national: la vanille de Mayotte doit retrouver son statut, c'est ce qu'impulse l'association Saveurs et Senteurs de Mayotte. Une semaine de festivité autour de l'or noir des pâtissiers
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan