27.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilEconomieTransports scolaires à l'arrêt : « C’est la mort programmée des petites entreprises », alerte...

Transports scolaires à l’arrêt : « C’est la mort programmée des petites entreprises », alerte Carla Baltus

Pris en étau entre des conditions drastiques imposées par les assurances sur les dégâts des caillassages, l’absence d’indemnisation du conseil départemental et le droit de retrait de leurs chauffeurs, les transporteurs scolaires appellent à un sursaut de tous les décideurs.

En crise depuis quelques années de caillassage, les chefs d’entreprises de transport scolaire sont pris dans un dilemme : remettre les bus en circulation, c’est prendre le risque de nouvelles dégradations impossibles à supporter financièrement, et les laisser au garage, c’est priver les élèves de cours, et leurs entreprises de recettes.

Carla Baltus, présidente du Medef et à la tête de Carla Mayotte Transports Baltus, se fait l’expression de ses collègues dont les bus ne circulent pas à la suite du droit de retrait des conducteurs, qui doit être suivi d’une grève le 5 octobre… soit 6 jours avant les vacances. Autant dire que les élèves seraient privés de plus de deux semaines de cours si c’était le cas. « Je comprends la réticence des chauffeurs de bus, puisque depuis la rentrée scolaire le 24 août jusqu’au 30 septembre, 50 autocars se sont faits caillasser », ce qui, rapporté au nombre de jours ouvrables, fait entre 1 à 2 bus par jour dégradés. « Combien d’enfants blessés et traumatisés par ces caillassages ? », interroge la chef d’entreprise.

D’autre part, les assurances ferment les vannes : « Nous avons des plafonds de dégâts en plus des franchises. Moi par exemple, j’ai 5.000 euros de plafond, et 1.000 euros de franchise. Sur un dommage de 20.000 euros sur mes bus, je vais avoir 16.000 euros à ma charge. »

Carla Baltus, bus scolaires, Mayotte
Deux des bus endommagés début septembre

« Nous demandons la protection du gouvernement »

Surtout que les immobilisations dues au période de confinement n’ont pas toutes été indemnisée par le conseil départemental qui a la compétence des transports scolaires : « Nous avons été payés pour le confinement de 2020 sur la partie fixe du contrat, pas au kilomètre, car nous n’avons pas roulé. Mais pas sur celui de février-mars 2021. Or, la somme a été budgétisée en début d’année. Pour ne citer que la Guyane où j’ai également une entreprise, le Département nous a payé 100% ». Précisons que la Guyane, bien que collectivité unique comme Mayotte, a les compétences et les compensations d’une région, contrairement à Mayotte.

Entre contraintes des assurances et absence de recettes… les charges deviennent trop importantes pour certaines entreprises, « Matis ou moi, on peut tenir, mais pour les petits transporteurs, c’est la mort programmée », estime Carla Baltus qui espère la reprise du ramassage tout en appelant à davantage sécuriser : « Nous condamnons les actes de violences  répétés dans toute l’île et particulièrement les caillassages à Majicavo, Dzoumogné, Koungou, Combani et Kahani.  Brûler la mairie de Koungou est l’acte de trop et nous demandons la protection immédiate et pérenne du gouvernement ».

Et de conclure : «  Croyez-vous normal qu’un conducteur n’ait pas d’autre solution pour assurer sa sécurité que celle de porter un casque de moto au volant de son car ? »

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid : à la veille du brassage des vacances, l’ARS incite...

0
Au cours de la semaine du 28 novembre au 4 décembre, 73 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.