26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 28 octobre 2021
AccueilEconomieHausse des taux de fret : l’envolée des prix de l’alimentation animale se...

Hausse des taux de fret : l’envolée des prix de l’alimentation animale se paie

Les éleveurs tentent de s’organiser face à une flambée des coûts des matières premières. A l’instar de La Réunion, ils doivent initier un regroupement de la filière, qui permettra une meilleure coordination et l’absorption des chocs. Une veille se met en place du côté de la DAAF pour anticiper une éventuelle rupture d’approvisionnement sur plusieurs produits alimentaires.

On comprend mieux l’inflation dans le caddie des ménages en juillet et août. Parmi les produits qui ont vu leur prix grimper le mois dernier, les viandes et volailles et les œufs se challengent les premières places, avec respectivement +1,6% et +0,7% de hausse. Notamment en cause, l’augmentation de l’alimentation des animaux. « Nous sommes passés de 396 euros la tonne à 486 euros, prés de 100 euros de hausse ! », se lamente Ali Ambody, producteur d’œufs. C’est un habitué des problématiques agricoles, qui interpelle régulièrement sur les insuffisance du secteur agricole à Mayotte. Il était jusqu’à il y a deux ans, à la tête de la coopérative COMAVI, ciblée sur les aviculteurs. Lui et plusieurs éleveurs de l’île ont décidé de monter un syndicat le SEM 976, « nous sommes déjà une cinquantaine, et l’objectif est de grossir encore. »

Face à une flambée des prix de la provende (nourriture animale) de plus de 20%, ils ont tiré la sonnette d’alarme à la DAAF (Direction de l’Agriculture). Qui a provoqué une réunion le 25 août dernier, en présence de l’unique ‘provendier’ Ekwali, d’un représentant de la chambre, de la conseillère départementale de Bandrélé, et du syndicat SEM 976. Selon Ali Ambody, aucune décision n’a été prise à l’issue. « A La Réunion, s’est posé le même problème, et l’Etat a pris en charge la hausse », nous explique-t-il, article des Echos à l’appui.

Les prix sont répercutés à la grande distribution, pour les éleveurs les plus structurés

« Des prix historiquement hauts »

En réalité, chez ses collègues de l’île Bourbon, c’est la structuration très avancée de la filière permet d’amortir le choc, et non une participation de l’Etat. Réunis en interprofessions, producteurs, provendiers, transformateurs, distributeurs et importateurs, se procurent une meilleure coordination et une verticalité dont chaque maillon amortit un peu de la charge. Guillaume Rubin, directeur d’Ekwali, provendier de Mayotte, détaille le mécanisme : « A La Réunion, le modèle coopératif d’URCOOPA qui fabrique l’alimentation de bétail, leur permet de travailler avec une caisse de péréquation : quand les prix sont bas, ils encaissent, et quand ils montent, ils décaissent. Ça permet de lisser un peu. Mais cette fois, la hausse est tellement importante, qu’ils sont au même niveau que nous. »

En cause, la hausse des matières premières, « surtout les céréales, mais là, nous connaissons une accalmie qui va se poursuivre sur les mois à venir. Ce qui pose problème, ce sont les taux de fret qui s’envolent », comme nous l’avions craint face à la spéculation mondiale sur les containers… « Du coup, les prix qui étaient historiquement bas l’année dernière, sont cette année historiquement hauts, ils ont quasiment pris 100 euros. Nous avons personnellement rogné sur nos marges, mais la hausse est trop importante. » Les aides à l’importation de l’Europe l’aident à tenir le coup. Il évoque une filière réunionnaise qu’il connaît bien, « leur constitution en syndicat interprofessionnel leur permet de définir quelle valeur ajoutée dégage chaque acteur, et de se répartir le charge tout en continuant à gagner de l’argent sans trop impacter le client. »

Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier

Difficile de sécuriser les approvisionnement pour développer la filière par cette mauvaise météo de trafic maritime

Quant aux répercussions sur le panier de la ménagère, il est inévitable selon lui, mais pas dans des proportions exagérées, « les producteurs d’œufs vont forcément répercuter, mais il s’agit de 40 centimes de plus sur une plaquette de 30 œufs. »

Il reste donc une issue pour les éleveurs de Mayotte : tendre vers le modèle réunionnais, pour absorber les chocs sur l’ensemble de la filière, d’amont en aval, et imposer une péréquation sur les prix.

De son côté, le producteur de nourriture animale qu’est Ekwali est étroitement surveillé, car il va devoir répercuter à la baisse des coûts de transports qui finiront bien par s’infléchir : « C’est une obligation pour nous. Nous avons des aides de l’Europe sur les importations des matières premières, nous devons répercuter les prix à la baisse, notre comptabilité est examinée de prés ». Avec rigueur ? « Oui, nous sommes contrôlés sur des semaines entières par trois organismes alternativement, l’Odeadom, l’Union européenne ou les Douanes ». Ce que nous confirme Bastien Chalau-Giraud, directeur adjoint de la Direction de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt (DAAF) : « Les aides POSEI de l’Europe, sont intégralement répercutées dans le prix de vente, le provendier ne fait pas de marge la dessus, c’est très contrôlé ».

Outre les prix, ce qui inquiète les éleveurs, ce sont les possibles ruptures d’approvisionnement. Sur ce sujet aussi, la DAAF veille, nous indique son directeur : « Au regard de la flambée des prix des containers, Mayotte n’est pas dans les priorités de circuit de l’approvisionnement maritime. La durée d’arrivée d’un container, c’est 4 mois en moyenne. La préfecture nous a donc demandé de mettre en place un suivi des stocks, pas seulement sur la nourriture animale, mais sur certains aliments de la vie courante pour essayer d’anticiper d’éventuelles pénuries. »

C’est une condition sine qua non de structuration des filières, « nous avons en perspectives les développements de production de la volaille et des œufs, il faut donc sécuriser la commercialisation mais aussi l’approvisionnement. » Et difficile d’y arriver par cette mauvaise météo des prix du trafic maritime.

La visibilité n’est pas grande sur la fin de la flambée mondiale des tarifs de transport maritime, la compagnie maritime CMA CGM nous avait indiqué qu’il faudrait patienter « au moins jusqu’au Nouvel An chinois ». Qu’on pourra célébrer avec une omelette au tofu…

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Coupure d’eau à Sada et Bandrélé dès 16h ce jeudi

0
Un niveau trop bas dans les réservoirs de tête justifie une coupure d'eau dans le sud, indique la SMAE. Ce nouvel incident fait suite au problème informatique déjà signalé en début de semaine.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Comores : le fils du président rejette toute intention de lui succéder

0
"Nous devons compter sur nous-mêmes". Tel est le titre d’une longue interview accordée au journal comorien Al-Watwan par le fils aîné du président comorien, Nour El Fath Azali Assoumani. Gestion de la crise de...

Le dispositif « Cadres d’avenir » commence à porter ses fruits

0
Lors d’une cérémonie à la Case Rocher ce vendredi 22 octobre au matin, le sous-préfet Jérôme Millet a remis leurs lettres de félicitations aux Mahorais membres du dispositif « cadres d’avenir » revenus récemment sur le territoire. Ce dispositif d’excellence a été mis en place en 2018 pour aider les étudiants ou professionnels souhaitant se former à bien s’adapter hors de leur île de manière à y revenir avec les compétences requises.

Lourde condamnation de Daniel Zaïdani, son avocat “surpris”

0
Poursuivi pour prise illégale d'intérêt dans un dossier "confus" où de nombreux documents contradictoires ont été recueillis par les enquêteurs, Daniel Zaïdani a été reconnu coupable par les juges, contre l'avis du parquet. Il pourrait perdre son siège au CD.

Poursuivi pour délit de favoritisme, le procès du maire de Koungou fait pschitt

0
Assani Saindou Bamcolo était poursuivi pour non respect des règles de marchés publics devant le tribunal judiciaire. Un procès à l'issue d'une enquête bâclée qui a conduit à l'annulation de toute la procédure avant même l'ouverture des débats.

Intimidations d’élus, Mansour Kamardine appelle à “faire bloc” et à intensifier les décasages

0
"Une seule réponse : faire bloc, accélérer et amplifier les opérations de police avec l’appui ferme du bras séculier de la Justice". Le message de Mansour Kamardine tient en un mot : la fermeté...
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com