31.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 décembre 2021
AccueilEconomieSFR condamnée pour « déloyauté », mais le plan social court toujours

SFR condamnée pour « déloyauté », mais le plan social court toujours

Les organisations syndicales espèrent que leur victoire sera plus que symbolique et influencera la décision de la direction du Travail.

Le conflit se joue au niveau national entre la direction de SFR et les syndicats, avec des retombées au niveau local. La CFDT Mayotte nous avait en effet alerté en mars 2021 sur l’intention de SFR de se séparer de 1.700 salariés d’ici 2025 à travers un plan de départs volontaires, dont 40 concernaient les antennes de La Réunion et Mayotte.

Une décision justifiée par Patrick Dahi, le PDG d’Altice/SFR, par un secteur très concurrentiel, et l’interdiction pour SFR d’utiliser les antennes du chinois Huawei pour déployer la 5G, le contraignant à désinstaller une partie des équipements. Mais une annonce qui avait provoqué l’étonnement indigné chez les syndicats, « c’est incohérent par rapport aux orientations qui nous étaient présentées il y a 5 mois, il y a tromperie sur la marchandise », avait protesté Xavier Courtillat, délégué syndical central CFDT.

5 mois après, la douche froide

Petit retour en arrière. En 2016, l’opérateur avait déjà annoncé la suppression de 5.000 emplois. Les syndicats obtiennent alors un sursis jusqu’en 2020, mieux, en automne 2020, les dirigeants de l’entreprise présentent un plan d’orientation stratégique maintenant les emplois sur deux années supplémentaires. L’annonce 5 mois après, en mars 2021, d’une suppression de 1.700 emplois, agit donc comme une douche froide pour les syndicats. La crise Covid est passée par là, se défendent les dirigeants, qui évoquaient donc les problèmes d’investissement sur la 5G. Or, le secteur des télécoms a bénéficié du recours forcé au numérique lors des deux confinements de l’année dernière. En 2020, la branche télécoms d’Altice a vu son chiffre d’affaires progresser de 2,4 %, à 10,6 milliards d’euros.

SFR, Altice, Mayotte
40 salariés seraient impactés sur La Réunion-Mayotte

Il y a donc d’autres raisons à l’annonce du licenciement, qui ont été cachées aux salariés, jugeaient les syndicats qui avaient décidé de porter l’affaire devant la justice.

Bien leur en a pris. Le tribunal judiciaire vient de trancher en leur faveur, estimant que « L’argument de la direction tiré de difficultés économiques et de la détérioration de sa situation suite à la crise du Covid-19 pour justifier de la réouverture de la procédure de consultation sur les orientations stratégiques n’est pas justifié ». Le jugement indique que des données et perspectives ont bien été « dissimulées », et que la direction a fait preuve de « déloyauté ».

SFR est condamnée à verser 10.000 euros de dommages et intérêts à chacune des 4 organisations syndicales, ainsi que 4.000 euros pour les frais de justice, nous apprend Le Monde qui a eu accès au jugement.

Si la « déloyauté » suspectée est reconnue, le jugement ne remet pas en cause le plan de départs examiné par la DRIEETS (Direction du Travail, ex-DIECCTE). Dans un communiqué envoyé aux médias, les syndicats appellent la DRIEETS à intégrer cette décision de justice dans le cadre de l’examen en cours de ce plan, et « à ne pas l’homologuer, car elle seule peut bloquer les suppressions d’emplois ».

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

FEDER CTE, Europe, Mayotte,INTERREG V

INTERREG : l’impossible fonds européen à fort relent diplomatique

0
Aux difficultés que nous connaissions pour consommer les fonds européens, se sont rajoutées les complications diplomatiques régionales pour consommer efficacement les programmes transfrontaliers de l’INTERREG sur l’enveloppe 2016-2021. Avec comme conséquence, des dégagements d’office. Deux spécialistes européens de ce fonds étaient présents lors de ce comité de suivi, lui conférant un petit air d’examen de passage
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.