UA-49455827-15
25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 janvier 2022
AccueiljusticeAccusé de vol aggravé, l'employé de mairie se présente éméché au tribunal

Accusé de vol aggravé, l’employé de mairie se présente éméché au tribunal

Un employé de la mairie de Chirongui s'est présenté à moitié ivre au tribunal où il était convoqué pour un vol avec violence lors duquel un homme avait été poignardé pour une quinzaine d'euros.

“Si même les fonctionnaires territoriaux se mettent à faire les zouaves on ne s’en sort plus!” A l’audience de ce mercredi, le président Ben Kemoun n’en finissait plus de gronder le grand mince aux jambes tremblantes qui se tenait face à lui, tête baissé et visiblement alcoolisé.

Ce dernier comparaissait pour le vol qualifié de “consternant” d’une poignée d’euros, le 5 novembre dernier à Chirongui, au préjudice d’un passant totalement ivre. Ce dernier, porteur de 25€ en espèce, avait alors reçu plusieurs coups de lame de ses deux agresseurs. En raison du profil de ces derniers, tous les deux alors employés à la mairie de Chirongui et sans casier judiciaire, le parquet avait décidé de ne pas retenir le “vol avec arme” pour que l’affaire ne finisse pas aux Assises. La qualification de vol aggravé par deux circonstances, en réunion et avec violence, a permis un jugement au tribunal correctionnel en quelques mois.

D’autant que durant la procédure, le prévenu présent à la barre -son complice ne s’étant pas présenté- avait promis de rembourser la somme dérobée. 25€ selon sa victime, 15€ selon lui. Mais à l’audience, il l’avoue, il n’a “pas encore” remboursé les sous. Incompréhensible pour Laurent Ben Kemoun qui voit dans le dossier que l’homme perçoit un salaire de la mairie et que sa femme est également salariée dans la restauration. “Vous avez de bons revenus alors, vous pouvez rembourser 25€, ça calmerait l’affaire”.

Deux autres écueils ont valu au jeune fonctionnaire d’être grondé comme un enfant pas sage. S’être payé le culot de déclarer durant l’enquête qu’il n’irait “pas en prison pour 25€”, d’abord. Or le vol n’est “pas une question de montant” rappelle le procureur Bruno Amouret. Le vol aggravé par deux circonstances est punissable de 7 ans de prison. Et en minimisant le montant volé, l’homme a semblé peu conscient que le plus grave sont sans doute les coups de couteau et les violences en réunion qui ont accompagné le menu larcin.

L’autre écueil, c’est d’avoir comparu à moitié ivre, les jambes flageolantes. Qualifié de “bourré” par le président, l’homme s’en dédie. “J’ai bu mais je ne suis pas ivre” chuchote-t-il.

“Vous auriez pu vous abstenir de boire avant de venir au tribunal”

“Mais ça se voit Monsieur ! tonne le président, vous n’êtes même pas remis de votre cuite d’hier soir ! On se demande même si c’est du café que vous avez bu ce matin. Vous auriez pu vous abstenir de boire avant de venir au tribunal, par respect !”

Et ce dernier de rappeler que l’emploi public du prévenu qui lui vaut un quasi-traitement de faveur de la justice ne tient qu’à un fil.  “Il faut avoir un comportement impeccable quand on travaille dans la fonction publique, je ne connais pas le maire de Chirongui mais je pense qu’il n’a pas envie de travailler avec un ivrogne. Tous les jours à la barre on voit des gens qui n’ont rien à perdre, vous vous avez beaucoup à perdre. Si même les fonctionnaires territoriaux se mettent à faire les zouaves on ne s’en sort plus !” poursuit le magistrat, qualifiant de “lâche”, l’agression d’un homme ivre mort au moment des faits.

Laurent Ben Kemoun présidait le tribunal de Mamoudzou

Le procureur enfonçait le clou. “Ils s’en sont pris à quelqu’un qui était ivre, qui n’avait aucun moyen de se défendre. Je demande 12 mois d’emprisonnement dont 6 mois assortis d’un sursis probatoire et obligation d’indemniser la victime”.

Les juges ont écarté la partie ferme pour donner sa chance au jeune salarié, et l’ont condamné à 6 mois avec sursis probatoire, obligation de soigner son addiction à l’alcool et interdiction de porter une arme. L’absent écope lui de 6 mois avec sursis simple. La victime, elle, ne s’est pas présentée non plus à l’audience.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SNU, Mayotte

Les inscriptions au service national universel sont ouvertes

139533
"Faire vivre les valeurs républicaines, Renforcer la cohésion nationale, Développer une culture de l'engagement, Accompagner l'insertion sociale et professionnelle"... on retrouve les anciens idéaux...

COMMUNE DE BANDRABOUA

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
UA-49455827-15