21.9 C
Dzaoudzi
lundi 8 août 2022
AccueilorangeLe collectif des citoyens attaque l’aide du Département au syndicat des eaux

Le collectif des citoyens attaque l’aide du Département au syndicat des eaux

“Nous estimons que l’urgence de la crise de l’eau qui s’aggrave à Mayotte, le déficit abyssal du SMEAM et les impayés aux entreprises  ne justifient pas le don aveugle de 15 millions d’euros d’argent public”, fait valoir le Collectif des citoyens de Mayotte à l’appui de son recours en excès de pouvoir visant à faire annuler cette même subvention. 

“Alors que rien ne vient expliquer le trou de 35 millions d’euros du SMEAM et que la Cour des Comptes a dénoncé l’opacité et l’irrégularité des comptes du Syndicat, le CD a décidé de jouer au Père Noël en comblant le déficit pour aider à régler les factures impayées à certaines entreprises. La légalité de cette opération nous interroge puisque le droit interdit les subventions masquées aux entreprises, la rupture d’égalité entre elles et ne donne pas compétence au Département pour agir dans le secteur de l’eau, encore moins en dehors d’investissement”, soulève encore l’association. 

Fin mars, à l’annonce de la décision de soutien du Département au Smeam, l’heure était pourtant au soulagement du côté du syndicat des eaux. Lequel, à travers sa nouvelle équipe, n’a pas cessé de dénoncer les agissements des précédents maîtres à bord,

Ibrahim Aboubacar, DGS du Smeam accueillait avec soulagement l’aide du Département.

responsables selon elle d’avoir coulé le bateau. Résultat, les différents impayés du syndicat aux entreprises bloquaient nombre de chantiers pourtant urgents.

Aide au redémarrage des chantiers et levier de subventions

« Il serait fastidieux de lister tous les chantiers mis en attente. Toutes les entreprises refusaient de travailler avec le Smeam tant que leurs dettes n’étaient pas réglées », expliquait ainsi dans nos colonnes le directeur général des services, Ibrahim Aboubacar. Le chèque départemental devait également permettre “de réamorcer la pompe permettant de demander des subventions. Et de manière générale de solidifier le plan de redressement qui est aujourd’hui sur la table. Sans cette somme, nous aurions de grandes difficultés à trouver des partenaires financiers pour nous accompagner », indiquait par ailleurs le cadre. 

Des arguments que n’entend pas le Collectif mais qui devra toutefois prouver son intérêt à agir devant le juge administratif. “Nous refusons que Mayotte paie deux fois l’eau qui n’est pas dans nos robinets: nous payons une première fois comme clients et nous devrions payer une seconde fois comme contribuables via cette subvention du Conseil Général”, soutient encore l’association.

Aujourd’hui sous perfusion de l’État, et donc de “l’argent des contribuables”, avec des marges de manoeuvres plus que limitées, difficile d’imaginer le syndicat des eaux relever la tête et donc mener les chantiers dont l’île a besoin en urgence s’il se voyait amputé de cette subvention. Reste à prouver qu’avec ladite somme, la tendance est à l’inversion. 

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139533
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139533
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.

Les outre-mer dans la Constitution : « changer de paradigme ultramarin est une nécessité...

139533
Pour nourrir le débat sur la place des outre-mer dans la Constitution, la délégation sénatoriale aux outre-mer a organisé en juin dernier une réunion conjointe avec l’Association des juristes en droit des outre-mer. L’objectif, esquisser des pistes de réflexion pour refonder les articles 73 et 74 de la Constitution au regard des réalités des territoires ultra-marins.

Les députés de l’île en première ligne pour défendre Mayotte et les outre-mer

139533
Estelle Youssouffa et Mansour Kamardine semblent ne pas avoir démérité depuis ce début de semaine dans l’hémicycle. Si la première a été élue en début de semaine vice-présidente de la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le second a eu un amendement voté en son nom prévoyant une enveloppe de 15 millions d’euros pour « renforcer les aides alimentaires en Outre-mer ».
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com