Un studio photo éphémère à Majikavo ce week-end dans le cadre de résidences d’artistes

Les actions artistiques, Mayotte en redemande, la terre est quasiment vierge dans ce domaine qui propose pourtant des moyens d’expression variés. L’événement Tsoma financé par la DAC, permet de déborder du champ scolaire pour atteindre la population.

0
335
parcours d'éducation artistique et culturelle , Mayotte
Les élèves en résidence d'artiste Tsoma

Un événement est en cours dans les collèges de Kawéni 1 et de Majikavo, porté par l’association Amane de Majikavo Lamir. Il entre dans le champ du parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC), financé par la Direction des Affaires culturelles (DAC) de l’Etat, et qui utilise différents temps éducatifs, scolaire, périscolaire et extra-scolaire et s’appuie sur trois piliers : les enseignements artistiques, les rencontres avec les artistes et les œuvres, et les pratiques artistiques.

Pendant quatre semaines, trois artistes relevant des arts visuels et venant d’autres territoires d’outre-mer ( Guadeloupe, Martinique, Réunion) Jean-François Boclé , Martinique, Charles Chulem Rousseau, Guadeloupe et Myriam Omar Awadi , Réunion sont pendant plus de 100 heures intervenus dans les collèges de Kawéni1 et de Majikavo-Lamir.

Un exemple de questionnement autour d’un atelier, « La pensée archipélique », « Est-ce que le concept de pensée archipélique d’Edouard Glissant (penseur martiniquais) peut être un outil d’analyse et de compréhension de nos sociétés insulaires contemporaines en mutation, ou le numérique a redéfini les frontières de nos rapports aux images et aux savoirs ? »

L’atelier « Faire parler les images » mené par Myriam Omar Awadi, aboutira à la fabrication de récits à partir d’images d’archives provenant des Archives départementales de Mayotte et des documents des élèves (photos de famille) en s’inspirant de cérémonie traditionnelle de l’archipel.

Le collège de Majikavo

660 résiztants

L’atelier « Questionner en résiztans » (en créole), mené par Jean-François Boclé, « n’est pas questionner la résistance, mais redonner sa place à l’observation et à l’interrogation aussi bien sur la question de territoire que sur le quotidien. Une compréhension de son contexte géographie, des différentes topographies et géographies mentales, géographie de la Relation, cartographie critique… »

Au total 660 élèves sont concernés par ces ateliers d’arts plastiques, nous explique Nathalie Muchamad, originaire elle-même d’un outre-mer, la Nouvelle Calédonie : « Les artistes proposent un travail à travers leur propre vécu, et leur présence provisoire à Mayotte délie la parole de pas mal d’élèves ».

Un des artistes photographe Charles Chulem Rousseau, propose un atelier « Sténopée » de fabrication d’initiation à la photographie argentique en s’inspirant des pères et de la nouvelle vague de la photo africaine : Malick Sidibé, Seydou Keita, Omar
Victor Diop. Il a proposé d’initier un laboratoire de photos, « dans les deux collèges de Kawéni et de Majikavo. Lors des restitutions* ce week-end, un simili studio sera recomposé samedi matin place de Majikoro, en face de la mosquée de Majikavo. Nous proposerons au gens de venir en famille et de poser, cela favorisera les échanges ». Quant à la fête du collège de K1, l’exposition y sera présentée avec une suite, « on la transplantera à la Maison des Projets dans le village de Kawéni ».

A.P-L.

* 25 juin : Fête du collège de Kaweni1
26 juin : Exposition sur la place de Majikoro avec l’association Amane. Inauguration et montage du studio photo 7H-11H sur le marché ETPC.
29 juin : Exposition à la Maison des Projets de Kawéni village. Inauguration 15H

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here