Les bacheliers 2021, un cru spécial

Le contexte de passage du diplôme phare en France qui sanctionne la fin des études, fut doublement particulier à Mayotte. Finalement, les élèves ont tous pu plancher comme prévu sur la seule épreuve écrite du Bac général.

0
302
Bac, Mayotte, rectorat
Aménagements pour les épreuves de Philo et de Français (Photo : rectorat de Mayotte)

Comme en métropole, la crise sanitaire et ses confinements successifs ont perturbé les enseignements, au point de rendre incertain à un moment donné, le passage des épreuves sur l’ensemble du pays. Finalement, il a été décidé d’assouplir le système de notation. Pour les terminales qui passaient la philo, seule la meilleure note obtenue entre celle du contrôle continu et celle obtenue ce jeudi sera retenue, et également 4 sujets au lieu de 3 sont proposés.

Pour les épreuves anticipées de français 2021 en classe de première, ce 17 juin se tenaient les écrits, avec deux séries de 3 sujets de dissertation et les points du programme qui n’auront pas pu être abordés pendant l’année étaient mentionnés sur le descriptif de l’élève.

A Mayotte, cette année à trou se doublait d’un parcours à embuches, en raison de l’obstruction de la voie publique sur certaines zones, des barrages ayant été érigés en début de semaine dans le Centre et les transporteurs exerçant leur droit de retrait en réponse aux violences subies. Dans un premier temps, et pour permettre au Bac Pro de passer leurs deux premières épreuves d’Histoire-géographie et d’Education morale et civique ce mercredi, le rectorat avait affrété plusieurs minibus. « Sur l’ensemble des 1.345 élèves attendus, nous avions 27 absents, à peine plus que les autres années », constatait le recteur Gilles Halbout.

Le recteur en déplacement au lycée des Lumières pendant l’épreuve (Photo: rectorat de Mayotte)

Ce jeudi, c’était le jour J pour les terminales, qui planchaient sur la philo et les Premières, sur le Français. Tous les élèves ont été acheminés sur leurs centres d’examen par les transporteurs scolaires en service minimum. « Tout s’est bien passé en dehors d’un point chaud à Dzoumogne, une tentative de jeunes vite arrêtée par un renfort conséquent de gendarmes », rapporte encore Gilles Halbout.

Ils étaient 3.619 élèves du bac général à ronger leur stylo en réfléchissant à la portée philosophique des sujets, dont certains flirtaient avec l’actualité. « Discuter, est-ce renoncer à la violence ? », « L’inconscient échappe-t-il à toute forme de connaissance ? », « Sommes-nous responsables de l’avenir ? » Une question à choix multiples…

La suite, c’est ce vendredi les épreuves artistiques pour les Bac Pro, et le Grand Oral pour les Terminales, du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here