23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 janvier 2022
AccueilEconomiePort de Longoni : le tribunal condamne lourdement MCG à indemniser 24 salariés

Port de Longoni : le tribunal condamne lourdement MCG à indemniser 24 salariés

C’est un épilogue judiciaire au conflit qui opposait les salariés grévistes de la gestionnaire du port de Longoni en 2017 et 2018. La Convention collective nationale des Ports et manutention s’applique bien, selon le tribunal du Travail, impliquant la régularisation des indemnités et l'annulation des sanctions qui avaient été prises à leur encontre. C'est le jackpot pour certains salariés.

En avril 2018, pendant leur mouvement de grève, 24 salariés de la société Mayotte Channel Gateway (MCG) gestionnaire du port de Longoni, déposent plainte contre leur employeur. « Nous voulons faire valoir nos droits », invoquait alors Attoumani Mari Ben Atchou, Comptable et Délégué syndical CGT. Les agents s’étaient mobilisés de nombreuses fois pour protester contre le non-paiement de leurs primes qu’ils estimaient dues dans le cadre de l’application de la Convention Collective Nationale (CCN) Unifiée Ports et Manutention. Des mouvements qui entachaient l’image du port de Longoni.

En février 2017, ils avaient même bloqué l’accès au port à la suite de la proposition d’un protocole de fin de conflit qui ne respectait pas les engagements.

Revenons sur l’historique. Ces agents travaillaient déjà au port du temps où la CCI en était le gestionnaire. Le 3 septembre 2013, le Conseil départemental, gestionnaire du port de Longoni, délibère pour octroyer la Délégation de service public à la SNIE d’Ida Nel, qui crée ensuite MCG pour gérer le port. Mais elle refuse d’appliquer la Convention Collective Nationale (CCN) Unifiée Ports et Manutention, alors que le tribunal note que l’équipe dirigeante de MCG était « pour partie signataire des accords de 2010 ». Autrement dit, elle retirait en 2013 ce qu’elle avait accordé en 2010. Une décision qui induisait alors la réduction voire la suppression des primes des agents concernés.

Le jugement du Tribunal du Travail de Mayotte vient de tomber après l’audience du 14 mai : il est favorable au 24 salariés de MCG.

Les blocages du port défrayaient la chronique il y a 4 ans

Rémunération des jours de grève

Sur le cadre d’application de la CCN Unifiée Ports et Manutention tout d’abord. « La société MCG ayant son activité principale relevant du code APE 52.24A entre dans le champ d’application de cette convention nationale », rapporte le jugement.
Le fait pour MCG de refuser la mise en place de la CCN, privait les salariés de leurs acquis, et les incitait à faire grève, conduisant le juge à « considérer une exécution déloyale par l’employeur de ses obligations ».

En conséquence, MCG est condamnée à payer le rattrapage des primes de transport, d’astreinte, de risque, d’incommodité, mais surtout, pour la plupart des salariés, le règlement des salaires pendant la période de grève du 23 octobre 2017 à juillet 2018, se basant sur la loi, « les salariés contraints à la grève pour demander le paiement régulier de leurs rémunérations peuvent ainsi prétendre à une indemnisation des heures de travail perdues du fait de la grève ». Un préjudice pour sommes non versées est rajouté, soit 1.000 euros. Ceux qui ont été jugés faisant obstruction à la liberté de travail et de circuler dans le cadre du mouvement social, n’ont pas bénéficié de ce droit.

Condamnée jusqu’à 100.000 euros dans un dossier

Réparation conséquente du préjudice pour certains salariés

En fonction de la situation de chacun des 24 salariés au sein de l’entreprise et des retenues sur salaires plus ou moins importantes sur la durée de la grève, les sommes versées varient. MCG est ainsi condamnée à verser prés de 13.000 euros pour l’un, 25.000 euros à un autre, et jusqu’à 100.000 euros à un troisième.

Le syndicat CGT Ma qui avait appuyé le mouvement de grève, avait également déposé plainte. Bien lui en a pris, puisque sa requête est jugée recevable « en tant qu’elle s’associe dans 24 procédures de contestation de sanctions et de respect des obligations concernant le même employeur dans le cadre de l’exécution des contrats de travail. De ce fait, le syndicat de Salim Nahouda se voit octroyer 1.000 à 2.000 euros de dommages et intérêts et de frais de justice. Ce dernier ne cachait pas sa joie : « Je suis très heureux et soulagé de voir qu’enfin la justice donne raison aux salariés ».

Un jugement qui aura mis 3 ans à tomber. Les juges imputent ce délai au « non respect du calendrier des procédures », à la grève nationale des avocats, à la crise sanitaire, mais qui battent leur coulpe, « s’il ne peut être contesté que la crise sanitaire affecte durablement les cabinets d’avocats et nos institutions, il convient désormais de s’adapter aux nouvelles contingences dans le respect des droits fondamentaux et notamment ceux de la défense, et de permettre le jugement de l’affaire dans un délai raisonnable ».
Ida Nel, la présidente de MCG, a un mois pour faire appel.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid 19 : Poursuite de la chute des indicateurs

139533
Au cours de la semaine du 10 au 16 janvier, 3.181 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à Mayotte,...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139533
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139533
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com