27.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 août 2022
AccueilEconomieLe président Soibahadine à l’heure du départ : « Nous avons réduit nos effectifs...

Le président Soibahadine à l’heure du départ : « Nous avons réduit nos effectifs de 3.276 à 2.712 »

C’était la dernière séance. Moins émouvante que la chanson d’Eddy Mitchell, vu que la salle de la mairie n’était pas vide à pleurer. Une délocalisation de la dernière commission permanente imposée par les travaux de l’hémicycle du conseil départemental. C’est donc la dernière fois que Soibahadine Ibrahim Ramadani présidait ses pairs, l’occasion de revenir avec un homme de consensus, à la parole publique trop rare, sur les points forts de sa mandature.

JDM : Quels sont les points forts que vous dégagez de votre mandat à l’heure de passer la main ? Aujourd’hui, vous êtes ému ou soulagé ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : Je modérément ému, mais très soulagé, car j’ai le sentiment du devoir accompli à un mois et quelques jours de la passation du pouvoir.
Notre action majeure a été l’assainissement des finances départementales. A mon arrivée le 2 avril 2015, le déficit se montait à 53 millions d’euros, et, c’est le curieux hasard des chiffres, je pars en laissant 53 millions d’excédent.
Nous avons également normalisé les relations partenariales avec l’Etat et les autres collectivités locales, amélioré la gestion des ressources humaines. Le nombre d’effectifs globaux qui était de 3.276 en début de mandat, est descendu à 2.712 à la clôture de l’exercice 2020.

JDM : Des effets de la signature du Contrat de Cahors* avec l’Etat ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : « Pas seulement. C’est lié à notre Plan d’actions volontariste du 10 décembre 2015 qui ciblait les économies à effectuer et la recherche de recettes supplémentaires. Se sont ajoutés les résultats positifs du mémorandum budgétaire et financier de 2016 signé avec le premier ministre Manuel Valls. Et le contrat de Cahors signé en 2017 n’a fait qu’appuyer les démarches en cours, en nous permettant de percevoir des compensations financières de l’Etat, prévues lorsque les objectifs étaient tenus.

Un excédent pour quels investissements ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : Nous avons financé ou cofinancé beaucoup de projets pour les collectivités locales, accompagné les entreprises lors de la crise Covid, les personnes en difficulté avec 5 millions de bons alimentaires, participé au Data centre pour la sécurisation des données, largement assumé notre compétence dans l’action sociale…

La délégation du conseil départementale reçue par Edouard Philippe en octobre 2017(Photo : cd976)

Vous êtes en conflit ouvert avec la délégataire du port de Longoni. Où en est la suspension de la Délégation de Service Public (DSP) que vous aviez envisagé ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : « Ce n’est pas une suspension que je souhaitais, mais une résiliation de cette DSP. En 2017, nous avions rassemblé toutes les pièces qui le permettaient. Mais l’Etat ne nous a pas suivi, nous a recommandé la conciliation et a envoyé une succession de missions d’inspection. Donc j’ai considéré que nous n’avions pas l’appui de notre partenaire principal dans cette affaire qu’est l’Etat, notamment de la ministre de la Transition écologique, chargée des Transports. Par contre, la tendance s’est inversée depuis 2019, je subis de fortes pressions de leur part pour résilier, mais j’ai décidé de laisser cela à mon successeur.

Quel est le pire souvenir de votre mandature ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : Sans conteste, la grève du Medef de 2016 au sujet des taux d’octroi de mer. Alors que nous avions prévu de recevoir une délégation, le président du Medef d’alors, Thierry Galarme, un voyou, a escaladé la clôture avec une délégation, pour m’apostropher sur l’esplanade du conseil départemental. J’étais seul face à eux. Nous avons de toute façon voté sans problème le passage de l’octroi de mer à 5%, mais l’action était disproportionnée.

A ranger dans les moments houleux, la grève de 2018 quand l’intersyndicale vous a fait sortir sous les sifflets de l’hémicycle avec le sénateur Thani…

Soibahadine Ibrahim Ramadani : Oui, mais là, je n’étais pas seul, c’était un moment douloureux mais partagé.

A l’inverse, quel est votre meilleur souvenir ?

La ministre Ericka Bareigts et Soibahadine Ramadani se félicitent de la compensation des dizaines de millions d’euros pour l’ASE en septembre 2016

Soibahadine Ibrahim Ramadani : « Sans conteste, c’est ma présentation du Cadre stratégique de Coopération décentralisée et d’Action internationale en 2018 lors de la Conférence des Ambassadeurs en présence de la ministre Annick Girardin. Elle a adopté immédiatement cette ligne de conduite régionale. Il permettait d’associer les ambassadeurs de la zone pour échanger avec les pays Est-Africains comme la Tanzanie, le Mozambique, le Kenya, jusqu’à Djibouti pour mener des actions de concert. Une coopération renforcée par la nomination de nos délégués dans les pays voisins, à Madagascar pour commencer, puis à venir, au Mozambique.

Pas au point d’arriver à des échanges fructueux avec les Comores ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : « La question est trop sensible, nous avons convenu avec les ambassadeurs français de se donner le temps ».

C’est enfin l’heure de la retraite puisque vous ne vous représentez pas. A quelle passion allez vous vous adonner ?

Soibahadine Ibrahim Ramadani : « Je suis déjà en retraite parlementaire depuis 2011, à la suite de mon mandat de sénateur, et civile depuis 2012, puisque j’étais enseignant. Je vais pouvoir reprendre mes activités culturelles, notamment des lectures historiques et je suis heureux de partir en laissant une BD riche sur ce plan là. »

Propos recueillis par Anne Perzo-Lafond

* En 2018, 229 collectivités ont signé avec l’Etat un contrat fixant une trajectoire d’évolution de leurs dépenses de fonctionnement entre +0,75% et +1,65%pour trois ans. En contrepartie de l’effort demandé aux collectivités, l’Etat garantit la prévisibilité et la stabilité de ses concours financiers

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid-19 : un fléchissement du nombre de contaminations constaté

139533
Entre le 3 et le 9 août, l’Agence Régionale de Santé (ARS) informe que « 312 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Vidéo de simulation du projet de piste longue : le virtuel en attendant le...

139533
L’intégration paysagère de la piste longue de l’aéroport de Mayotte a récemment fait l’objet d’une vidéo de simulation dans laquelle le spectateur peut découvrir l’infrastructure finale vue depuis plusieurs sites du lagon et de Petite-Terre. L’occasion de revenir sur l’avancement du projet avec Christophe Masson, délégué à la piste longue de l’aéroport de Mayotte, dans la perspective des visites ministérielles prévues ce mois-ci.

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139533
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139533
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139533
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139533
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com