25.9 C
Dzaoudzi
samedi 16 octobre 2021
Accueilorange"On a besoin de travailleurs sociaux pour lutter contre la délinquance"

“On a besoin de travailleurs sociaux pour lutter contre la délinquance”

L'institut régional du travail social (IRTS) a inauguré ce jeudi ses nouveaux locaux à Kawéni. De quoi augmenter son offre de formation, répondre aux besoins du territoire et fournir du plein emploi aux candidats, demandés mais aussi attendus par les employeurs qui se bousculent pour les prendre en stage et les recruter ensuite.

Ils sont assistants sociaux, moniteurs éducateurs, éducateurs de jeunes enfants ou encore éducateurs spécialisés. Tous ont été formés à Mayotte, et tous ont trouvé un emploi pérenne à leur sortie de formation. Aux 61 nouveaux diplômés d’Etat dans le domaine du social, on peut ajouter les quelque 211 formateurs occasionnels et les 7 formateurs permanents.

Tous ces emplois créés l’ont été grâce à la création en 2016 de l’antenne locale de l’IRTS à Mayotte. Si elle dépend de l’institut régional basé à La Réunion, cette antenne permet de former des personnels sur place. “Avant qu’il y ait cette antenne à Mayotte c’est l’IRTS de La Réunion qui formait les travailleurs sociaux de Mayotte” rappelle Combo Abdallah Combo, cadre de formation dans l’antenne mahoraise. Des futurs diplômés qui devaient donc pour cela s’expatrier quelques mois, avec les difficultés logistique que l’on peut imaginer.

Photo de groupe pour marquer l’événement, Etat et département main dans la main

La création de l’antenne de Mayotte avait permis de lancer une formation de moniteurs éducateurs, dont la première promotion, de 20 candidats, avait donné lieu en 2018 à 18 diplômés. Depuis l’antenne locale a bien grandi puisqu’elle a vu passer pas moins de 170 apprenants, diplômés ou en cours de formation.

“On a ouvert l’antenne au centre Maharajah avec l’objectif de créer une filière par an, relate Mariame Saïd”, vice-présidente du Conseil départementale en charge de la formation. “En 5 ans on a créé 6 filières, c’est un beau travail. Chaque année nous mettons plus d’un million d’euros pour former ces étudiants au travail du social. On a besoin de travailleurs sociaux pour lutter contre la délinquance. On arrive à 56 diplômés qui sont en emploi à 100%”.

Six promotions, c’est déjà beaucoup pour les nouveaux locaux jugés “trop petits”.

“On a 5 salles de classes, et des promotions de 20 élèves”, précise Combo Abdallah Combo. “Comme on monte en compétence, les locaux neufs vont vite être saturés. Mais avec les promotions à venir on va pouvoir s’organiser quand même car les formations sont en alternance, donc on va pouvoir jongler entre les plannings. On a des formations cycliques, on finit une formation avant de lancer une autre promotion.”

De la place pour chacun

Et si le taux de réussite aux examens atteint 95% (certains candidats pour raisons personnelles ont pu ne pas s’y présenter), le taux d’emploi à la sortie est, lui, bien de 100%, du moins parmi les candidats qui sont restés à Mayotte.

Les structures locales sont en effet demandeuses. Le Conseil départemental, via des services comme la Direction de la protection de l’enfance, ou la Maison départementale des personnes handicapées, est à la fois un financeur de la formation et un gros recruteur. Mais de nombreux autres acteurs du secteur médico-social s’arrachent ces nouveaux professionnels. Une liste non-exhaustive comprend Mlezi Maore, les Apprentis d’Auteuil, l’Apajh, Solidarité Mayotte et on l’a dit, le Conseil départemental. Même l’Etat a fait part de son intérêt.

Claude Vo-Dinh, prêt à recruter 5 diplomés à la préfecture

“Cette inauguration nous permet à la fois de porter des satisfecit mais aussi de faire passer un message : la situation de Mayotte mérite la place d’un IRTS et de l’ensemble de ses promotions”, indiquait Claude Vo-Dinh, secrétaire général de la préfecture. “Notre institut se trouve à un carrefour, du vivre ensemble, du social, de la jeunesse et de la formation.
Ces locaux, même s’il sont déjà trop petits, sont efficaces. Il faut continuer dans cette politique volontariste. Nous souhaitons nous aussi recruter 5 travailleurs sociaux pour monter les “bataillons de prévention” qui vont travailler dans les quartiers et s’occuper des jeunes lors des vacances scolaires. Nous méritons une meilleure image sur ce territoire” concluait-il.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupures d’eau pour travaux à Mirereni ce lundi

0
La Mahoraise des Eaux informe son aimable clientèle que suite aux travaux de raccordement du forage Mirereni-Poroani sur la conduite d’adduction principale qui alimente...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Consel de défense, Gabriel Attal, Mayotte

Covid : des mesures d’allègement pour les départements les moins touchés

0
Alors que la situation épidémique continue à s’améliorer sur l’ensemble du pays, un conseil de défense a été réuni par le chef de l’Etat ce mercredi. Il s’agissait d’évaluer de possibles allègements des mesures barrière. Mayotte pourrait être concernée

Assises de l’économie de la mer : « Nous avons désormais pris l’engagement de parler...

0
Parc Marin, Département, CCI ou encore Pôle emploi désormais dans le même bateau pour développer l’économie maritime, c’est en tout cas la promesse affichée par les partenaires à l’issue des Assises de l’économie de la mer qui se sont tenues les 14 et 15 septembre à Nice. Un premier pas vers un territoire d’excellence ? Abdou Dahalani, président du Parc naturel marin de Mayotte veut y croire.

“Parole libre” sur l’Europe, une réflexion inédite qui donne leur place aux citoyens

0
Une vingtaine de citoyens de Mayotte sont appelés tout le weekend à débattre de la place de l'île dans l'Europe et de leurs attentes pour les prochaines décennies. Une manière d'intéresser le grand public à une politique qui semble souvent lointaine, obscure et abstraite. A Mayotte, l'Europe est pourtant tout le contraire.

Visite sénatoriale : vers plus de moyens pour la justice

0
"La justice mérite un renfort" estime François-Noël Buffet, président de la commission des lois du Sénat en visite à Mayotte. Une semaine de terrain lui a fait prendre la mesure des changements depuis sa dernière venue en 2006, et des défis à relever en marge de la loi programme pour Mayotte.

Tribune – « Qui pour succéder à tonton Marcel ? », interroge Nabilou Ali Bacar

0
Qui pour défendre la cause mahoraise à la hauteur de l’investissement de feu le sénateur Marcel Henry ? Alors que devant les caméras, tout le monde se revendique de quelque chose, et surtout de lui, quelle est la part d’artifice ? Les actions et les réflexions se comptent sur les doigts d’une main. Chacun doit faire son introspection, invite Nabilou Ali Bacar