Meurtres de Kavani, « sur fond de rivalités de territoires, ils ne peuvent pas perdurer », appelle le recteur

9
845
Gilles Halbout alertait sur les écoles qu'il faut continuer à sanctuariser ce lundi à Mtsamboro

Deux tueries en une semaine, c’est trop. Le recteur Gilles Halbout témoigne de son soutien aux familles et aux communautés éducatives des deux lycées touchés indirectement par ces décès.

« Après le jeune lycéen Miki, lâchement assassiné jeudi dernier aux abords du lycée de la cité du Nord, un nouveau drame a endeuillé la communauté éducative. Ce matin, un élève du lycée Bamana de Mamoudzou a perdu la vie après la violente agression dont il a été victime sur la voie publique.

J’adresse tout mon soutien dans ce terrible moment aux familles de ces deux jeunes lycéens, à leurs proches, à leurs camarades et leurs amis. J’adresse également tout mon soutien à la communauté éducative et à l’équipe de direction du Lycée Bamana de Mamoudzou et du Lycée de la Cité du Nord de Mtsangadoua.

En une semaine, ce sont deux donc jeunes, deux lycéens, deux élèves de l’académie de Mayotte qui ont perdu la vie, tués par d’autres jeunes.

Ces drames sont insupportables et doivent être condamnés de tous. Ces meurtres, sur fond de rivalités de territoires, ne peuvent pas perdurer.

L’Education Nationale continuera chaque jour à mobiliser ses énergies et ses moyens considérables pour permettre à la jeunesse de Mayotte d’apprendre, se former, s’élever, se construire en tant que citoyens respectueux les uns des autres. Je veux rendre hommage à l’ensemble des personnels de l’académie qui, chaque jour malgré les difficultés, quelle que soient leurs fonctions mettent tout leur engagement au service de la jeunesse de Mayotte et pour faire de nos établissements scolaires des lieux du vivre ensemble. »

9 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here