Le procureur communique sur un démantèlement de trafic de cannabis

Quatre personnes impliquées dans une affaire de trafic de cannabis ont été interpellés, et la somme de 5.000 euros a été saisie.

3
1144
Cannabis, Mayotte
Le procureur Yann Le Bris

Une opération judiciaire a été menée le 30 mars 2021 à la suite d’une enquête diligentée par la section de recherche de la gendarmerie, visant un trafic d’herbe de cannabis issue d’une production locale.

Le procureur de la République indique que quatre personnes, de nationalité française, « dont une était déjà connue pour des infractions à la législation sur les stupéfiants », ont été placées en garde à vue, et ont reconnu s’être livrées à la culture de pieds de cannabis, à la vente d’herbe de cannabis et à la consommation de produits stupéfiants. Lors des perquisitions à leur domicile, il a été découvert une importante quantité de matériels dédiés à la culture indoor, de l’herbe de cannabis et près de 5000 euros en numéraire, témoignant de l’ampleur du trafic.

Le 2 avril 2021, à l’issue de leur garde à vue, trois personnes  ont été déférées en vue de leur comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Mamoudzou pour détention, transport, acquisition, offre ou cession, emploi et usage de produits stupéfiants. Le quatrième individu, dont le rôle apparaissait secondaire, a  également été déferré dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité pour détention, offre ou cession et usage de stupéfiants. Tous les consommateurs identifiés dans le cadre de la procédure ont fait également l’objet d’une convocation par officier de police judiciaire en vue d’une ordonnance pénale pour usage de stupéfiants.

Les trois personnes les plus impliquées dans la procédure ont été condamnées aux peines suivantes:

  • un homme né en 1977 à Roubaix : 3 ans dont 2 ans sursis probatoire et 5000 euros d’amende
  • un homme né en 1990 à Limoges : 18 mois dont 9 mois sursis probatoire et 5000 euros d’amende
  • un homme né en 1969 à Beyrouth : 4 ans dont 2 ans sursis probatoire, 10 000 euros d’amende et mandat de dépôt

La personne condamnée en CRPC, ayant un rôle mineur, essentiellement consommateur, à la peine de 3 mois sursis probatoire.

« La lutte contre le trafic de produits stupéfiants sur l’île fait également partie des priorités d’action des forces de l’ordre et des autorités judiciaires », rappelle le procureur.

 

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here