25.9 C
Dzaoudzi
mercredi 26 janvier 2022
AccueiljusticeFonctionnaire, il aide des clandestins et caillasse les gendarmes

Fonctionnaire, il aide des clandestins et caillasse les gendarmes

Un manutentionnaire du Conseil départemental, fonctionnaire territorial donc, a été jugé coupable de violences envers les forces de l'ordre, sur fond de décasage et de revendication de terrain agricole. Un ancien collègue l'accusait aussi d'enlèvement, ce qui n'a pu être prouvé après 5 ans d'enquête.

Trois mois de prison avec sursis et 500€ d’amende. Pour avoir caillassé des gendarmes et tiré l’un d’eux par le bras pour l’extraire de sa voiture, ce fonctionnaire départemental s’en tire plutôt bien au regard des 17 mois requis par le parquet.

Difficile de tout démêler dans cette affaire qui respire le grand n’importe-quoi et dans laquelle même les magistrats, malgré une enquête de près de 5 ans, s’arrachent les cheveux. Ce qui est sûr c’est que le 3 octobre 2015, la situation était agitée à Bouyouni. Des étrangers en situation irrégulière, expulsés de “leur” terrain, s’étaient rendus sur une terre agricole pour réclamer de pouvoir s’y installer, causant des troubles avec les exploitants. Selon l’avocat Eric Hesler, ce terrain, propriété du Conseil départemental, avait été divisé et mis à disposition d’agents en remerciement de leur engagement politique. Une lecture officieuse du dossier qui peut expliquer l’imbroglio qui va suivre.

Car alors que les gendarmes sont appelés à la rescousse, la tension monte d’un cran. Le commandant Boura et plusieurs gendarmes mobiles identifient comme meneur un fonctionnaire du conseil départemental qui participe à déclencher les violences à leur encontre. Des pierres pleuvent et un gendarme est pris à partie dans sa voiture. Plusieurs militaires identifient le même fonctionnaire.

Lors de l’interpellation, les gendarmes arrêtent un des étrangers pour le contrôler au poste, ce qui ouvre le second chapitre, le plus grave, de cette histoire improbable.

Un des exploitants agricoles qui se trouvaient sur le terrain pris d’assaut, retraité du conseil départemental, est kidnappé par une douzaine de manifestants qui l’entrainent sur une hauteur “de laquelle on voyait la retenue de Combani”. Derrière cet enlèvement, l’espoir d’échanger le retraité, pris en otage, contre le clandestin interpellé peu avant. Le tout avec la bénédiction de la mère dudit clandestin, elle aussi prévenue au procès, mais absente et sous le coup d’un mandat d’arrêt.

Un devoir d’exemplarité

Ainsi retenu contre son gré, l’homme aurait été frappé, menacé d’un chombo et poussé dans un fossé avant d’être libéré quelques heures plus tard, profondément choqué. A la barre, la victime encore tremblante accuse le fonctionnaire identifié peu avant pour les violences sur les gendarmes. Si ce dernier était absent lors de l’enlèvement, le retraité assure l’avoir vu quelques minutes plus tôt “avec les Anjouannais”. C’est lui aussi qui, joint au téléphone par les kidnappeurs, aurait ordonné la libération de son ancien collègue. Suffisant pour le juge d’instruction, pour en faire le commanditaire de l’enlèvement. Trop selon maitre Eric Hesler qui réclamait sa relaxe au bénéfice du doute. Ce qu’il obtiendra pour la partie enlèvement.

Me Eric Hesler plaidait la relaxe pour l’enlèvement, ce qu’il a obtenu

Restait aux juges à comprendre comment un fonctionnaire en vient à se joindre à des étrangers sur un terrain agricole. Le principal intéressé affirme être seulement venu “assister” aux troubles. Selon son avocat, l’affaire se résume à “des militants opposés [qui] se disputent ces parcelles [du Conseil départemental], ça se passe comme ça”. “Il n’y a rien qui puisse servir de preuve dans ce dossier. On a du mal à comprendre comment Bazou [le prévenu NDLR] aurait demandé à le séquestrer pour réclamer la libération d’une personne en situation irrégulière pour ensuite appeler et demander à  le libérer”.

La mère de l’étranger interpellé, qui avait elle appelé à garder l’otage captif jusqu’à la libération de son fils, écope aussi de 3 mois avec sursis. Elle a depuis 2015 disparu de la circulation.

Si les peines sont symboliques, l’audience aura au moins été pédagogique.

“Quand on est au service de l’Etat ou d’une collectivité, il faut être exemplaire, il est évident qu’on ne s’oppose pas aux forces de l’ordre et qu’on ne les caillasse pas” concluait le président Laurent Ben Kemoun. Une évidence, a priori, mais “ça va mieux en le disant”.

Y.D.

18 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Taxis, Mayotte

Taxi, profession en péril à Mayotte

139533
Alors que sont tracés les lignes de transport en commun et que se profilent les premiers travaux, les taxis se préoccupent trop du nombre de licences distribuées et pas assez de leur avenir, déplore Mohamed Hamissi. Pour qui leur survie passera par un statut de prestataire de service des collectivités
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139533
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com