28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueiljusticeJustice : n'ayant pas pu déposer plainte, il se venge à coups...

Justice : n’ayant pas pu déposer plainte, il se venge à coups de machette

En dépit de l’arrivée menottée entre trois gendarmes de Lazimoune Toybina, connu des forces de police et des surveillants de la prison pour des faits de violences à Koungou, ce n’était pas un gros coup qui était jugé au tribunal. Son comparse à la barre est un homme inséré socialement qui aurait dérapé ce soir là.

C’était dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2020, alors que des violences nocturnes sur la voie publique accaparaient les forces de l’ordre à Koungou, une équipée vengeresse commet des violences au domicile d’un habitant du village. Les upanga et les cailloux volent bas cette nuit là.

Que s’est-il passé quelques heures auparavant ? Mystère. Lazimoune Toybina, dit « Bao », qui n’a pas pourtant pas le physique d’une « planche » – sa signification en français – non plus du petit personnage de BD de Vincent Liétar, Bao donc, se plaint d’avoir été molesté par A.M., l’habitant de la maison alors qu’il passait dans la rue, « il était en état d’ivresse, il m’a serré au cou », rapporte-t-il.

Lazimoune qui a été condamné en novembre 2020 à un an de prison pour participation à des violences avec arme et destruction de biens en réunion, a le bon réflexe, il se rend à la gendarmerie pour déposer plainte. Mais de nuit, c’est porte close à la brigade de Majikavo Lamir, « allez dormir et revenez demain », conseillent alors les gendarmes. Là, peu de chance qu’il obtempère, il décide de se venger. « Il fallait vous coucher, cuver votre vin et déposer plainte le lendemain », moralise Liselotte Poizat, qui présidait l’audience à juge unique.

Deux anges-gardien caillasseurs

Il rameute ses potes, dont un est présent ce mardi à la barre, canotier en main. Un tantinet gêné de se retrouver là, Bourahime, salarié dans une boite de service après-vente, rapporte : « Bao m’a dit qu’il avait été tabassé par quelqu’un et qu’il voulait se venger. Je lui ai proposé de l’amener à l’hosto, mais il n’a rien voulu savoir ». Bien qu’il nie mollement, son implication dans les caillassages qui vont suivre est confirmée par plusieurs témoignages.

Car ils cassent la porte et pénètrent dans le domicile de A.M., Lazimoune en tête, armé d’un upanga (machette). Son propre frère essaiera de le désarmer et s’interposera entre lui et l’occupant de la maison, ce qui lui vaudra des blessures à la main et au cou. La pièce principale ressemble alors plus à un saloon, qu’à un salon mondain, avec vol de cailloux et bagarres à la machette, provoquant notamment des dégâts matériels, machine à laver, assiettes, marmites, etc., « il nous a volé un moteur Yamaha de 10 cv que nous avons retrouvé mais qui ne marche plus depuis ». Celle qui témoigne ainsi à la barre, Raïnat* c’est la femme de A.M.

Barre et barre à mine

Boubou et barre à mine

Raïnat a davantage de filiation avec Calamity Jane qu’avec Caroline Ingalls de la Petite Maison dans la prairie. Lorsque vers 21h, elle s’aperçoit de la première altercation entre son mari et la bande de Lazimoune, son sang ne fait qu’un tour, explique-t-elle, dans un récit traduit par l’interprète : « J’étais mal habillée, donc j’ai mis un boubou et j’ai pris une barre à mine. En sortant, je vois trois personnes au sol, les unes sur les autres, je ne savais pas où était mon mari, mais j’ai donné trois coups sur celui du dessus. Ils sont arrivés à prendre la barre à mine, et ont lancé des cailloux, sur la voiture de nos voisins. » Brisant le pare-brise. Lorsque les agresseurs pénètrent plus tard dans la maison, sa sœur présente sur les lieux est blessée, elles préviennent les gendarmes qui ont des difficultés à trouver le domicile.

Le jugement est tombé à l’issue du jugement. Lazimoune qui aura résisté aux voix de la raison de son frère et de son ami Bourahime, a été condamné à 15 mois de prison, dont 6 mois avec sursis probatoire avec obligation de soins contre son alcoolisme. Outre sa condamnation à un an de prison en novembre dernier, il a pris 6 mois d’emprisonnement le 12 mars dernier, pour violences sur personne détentrice de l’autorité publique. Donc, vraisemblablement en prison. Le cliquetis des menottes se faisait entendre à peine la sentence tombée.

Son chevalier servant dans la vengeance avouera s’être « chamaillé avec sa femme » ce soir là, « j’étais en colère, glisse Bourahime, mais si je vais en prison comme l’a requis le procureur, il n’y aura personne pour payer ma maison où vivent ma femme et mes deux enfants ». Il sera condamné à 6 mois avec sursis.

Tous deux sont condamnés solidairement à payer 2.000 euros aux deux sœurs pour les dégâts occasionnés.

Moralité, pour ne pas voir grandes ouvertes les portes du pénitencier, attendez que celles de la gendarmerie le soient !

A.P-L.

*Prénom modifié

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Un jeune, une solution, Macron, DEETS,Apprentis d'Auteuil, Mayotte

Les enjeux de la prévention de la délinquance s’invitent à l’inauguration...

139532
« Oui je vous mets la pression, et oui nous attendons des résultats », déclarait le vice-président du CD Madi Velou aux associations, lors de la présentation du plan national « Un jeune, une solution ». Il est astucieusement décliné par Apprentis d’Auteuil au sein du service de prévention spécialisée. Une insertion durable des jeunes est attendue
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139532
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139532
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139532
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139532
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139532
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com