Justice : l’affaire du GIR renvoyée au 1er avril 2021

La salle d'audience était vide et au rôle était inscrites d'autres affaires, signe que l'affaire allait être renvoyée dans un contexte de forte circulation du Covid à Mayotte. Le jugement des 8 anciens membres du Groupement d'Intervention Régional se tiendra dans deux mois.

0
373
GIR, Szpiner, Gérard Gautier, Mayotte
Pas de gros dossiers retenus à l'audience de ce mercredi

Peu de chance de voir Me Szpiner arpenter l’allée centrale de la petite salle d’audience du Tribunal Judiciaire de Mamoudzou dans ce contexte de territoire supra covidé par rapport à la moyenne nationale. Le célèbre avocat qui a eu pour client des personnalités comme Jacques Chirac, l’empereur Bokassa alors condamné à mort dans son pays, ou encore le fondateur du GIGN Christiant Prouteau dans l’affaire des écoutes de l’Elysée, assure la défense de Gérard Gautier, ancien patron du GIR de Mayotte, Groupement d’Intervention Régional.

Il est accusé, avec 7 autre membres du Groupement, d’avoir orchestré un trafic de stupéfiant afin de gonfler artificiellement des chiffres des saisies de son équipe. Plus de dix ans après les faits, le procès devait se tenir ce mercredi.

« En raison de la dégradation sanitaire impactant sur les modalités de déplacement depuis la métropole vers Mayotte, Me Francis Szpiner demande le renvoi de l’audience », rapporte le président d’audience Kamel Souhail.

Du côté des avocats de la partie civile, ça râle, « tout le monde arrive à se rendre en métropole, même par ces temps de confinement! »

Depuis 10 ans que l’affaire est en attente d’être jugée, tous les prévenus sont sous contrôle judiciaire, c’est à dire avec des obligations de venir pointer au commissariat régulièrement. « Etant donné que les faits sont anciens, puisque déroulés en 2010, le contrôle judiciaire sur une si longue période interroge, mais est maintenu par le juge d’instruction. Je demande donc le maintien en l’état », indique Sarah Mbuta, vice-procureur.

Les juges, réunis en collégialité, prendront la décision inverse de lever ce contrôle judiciaire, et renvoient l’affaire au 1er avril 2021, « et ce sera la seule affaire retenue ce jour là », concluait le président Souhail.

A.P-L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here