Délinquance : explosion des vols violents à Mayotte en 2020

Le confinement a eu un impact flagrant sur la délinquance dans l’Hexagone, avec notamment un recul des vols et cambriolages. Dans les outre-mer, les indicateurs sont plus nuancés, expose une première photographie du service ministériel InterStat sur 2020.

0
1656
InterStats, Mayotte
Sécurisation suite à des violences à Koungou en 2016

Les statistiques de sécurité intérieure, produites par le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), reposent sur deux types de sources : les dépôts de plainte enregistrées par la police et la gendarmerie, et l’enquête de victimation « Cadre de vie et sécurité » de l’INSEE qui permet d’interroger un échantillon de la population, les victimes d’infractions ne déposant pas toujours plainte.

Au niveau national, confinement et diminution de la délinquance vont de pair, avec un fort recul des indicateurs pour 2020, indique Interstats, le service statistique du ministère de l’Intérieur. Cambriolages d’habitations, vols violents ou de véhicules, tous diminuent de 17 à 24%. En revanche, les violences sexuelles et les coups et blessures volontaires sur personnes, sont en augmentation.

En Outre-mer, les indicateurs de délinquance sont majoritairement orientés à la baisse en 2020 comme en métropole, dans le contexte de la crise sanitaire. Mais avec des différences en fonction du type d’agressions et selon les territoires.

Comme en métropole, le nombre de victimes de coups et blessures volontaires augmente dans le DROM-COM* entre 2019 et 2020, mais de façon plus marquée 5,5% contre 0,8%. Les évolutions sont toutefois plus contrastées par département ou territoire d’outre-mer : le nombre de victimes de coups et blessures volontaires diminue en 2020 par rapport à 2019 à Mayotte (-9,3 %), est quasi-stable sur un an en Polynésie française et en Martinique (respectivement -0,2 % et +0,2 %) et particulièrement marqué à la hausse en Nouvelle-Calédonie (+23,8 %).

Recul de 11% des intrusions dans les logements

Nombre d’actes délinquance pour 1.000 habitant et leur évolution en 2020

Si les violences sexuelles semblent elles-aussi en recul à Mayotte, de 9%, c’est loin d’être le cas des vols violents qui enregistrent une hausse spectaculaire ici. Si dans les Outre-mer, ils sont moins nombreux en 2020 par rapport à 2019, de 9,4 %, une baisse environ deux fois moins importante qu’en métropole (-19%), les vols violents sont en très nette hausse à Mayotte : +46,6 % en 2020 par rapport à 2019.

Le nombre de vols sans violence pour 1.000 habitants est nettement moins nombreux dans les DROM-COM (5 ‰) qu’en métropole (8,4 ‰). La Réunion fait figure de bon élève, avec 3,4 ‰ vols par habitant en 2020, contre 7,4 ‰ en Nouvelle-Calédonie. Mayotte est entre les deux, 4,3 ‰.

Enfin, le nombre de cambriolages pour 1.000 habitants enregistrés par les services de sécurité est inférieur dans les DROM (1,9 ‰) et en Polynésie française (1,5 ‰) qu’en métropole (2,9 ‰). La Nouvelle-Calédonie présente un taux de cambriolage plus élevé (4,2 ‰), il est de 1,9 à Mayotte. Comme en France métropolitaine, le nombre de cambriolages a également diminué en 2020 par rapport à 2019, de 25 %. En particulier, il baisse plus fortement en Martinique (42,4 %) et en Polynésie française (37,1 %). A Mayotte, il diminue de 11%.

Des faits qui viennent conforter le besoin de sécurisation des déplacements des habitants, la plupart des vols violents étant commis sur les routes et notamment la nuit.

Consulter le bulletin de janvier InterStats 2020

A. P-L.

* Les DROM regroupent les cinq départements d’Outre-Mer, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, La Réunion et Mayotte. Les COM sont quant à eux formées par Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Wallis et Futuna et la Polynésie française. La Nouvelle-Calédonie y est également intégrée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here