Que retenir du facebook-live du maire de Mamoudzou ?

Ambdilwahédou Soumaïla s'est prêté le 24 décembre à un exercice peu habituel, en répondant en direct pendant une heure aux question de ses administrés sur la page Facebook de la mairie. Près de 10 000 personnes ont suivi l'intervention.

0
927
9600 personnes ont suivi et commenté l'intervention du maire

Avec pas moins de 9600 spectateurs, l’intervention sur Facebook du maire de Mamoudzou Ambdilwahédou Soumaïla est un succès et le premier magistrat n’exclut pas de réitérer l’expérience d’ici quelques mois.

Annoncée à l’avance par son service de communication et relayée par la presse, cette intervention au format atypique qui a duré une heure a permis à de nombreux habitants donc de poser des questions et offert au maire une tribune pour s’exprimer sur des sujets d’actualité.

Sans revenir sur le détail de ces échanges qui sont accessibles sur la page Facebook de la Ville de Mamoudzou, voici les principaux thèmes abordés.

Sécurité

La police municipale sera renforcée pour assurer une présence permanente promet le maire

Sans surprise, de nombreuses questions ont été posées sur plusieurs volets de la sécurité à Mamoudzou. Éclairage public, police municipale, vente à la sauvette, sont des sujets sur lesquels le maire maîtrise ses dossiers. « 

Il s’est d’abord exprimé sur les ventes à la sauvette. « Place de la République, le statu quo n’était pas acceptable, c’était la place de tous les trafics, de l’insalubrité, de la concurrence déloyale. Souvent ce sont des dames qui tiennent des marchés informels, nous avons fait le choix de les rencontrer. Ces marchés informels créent de l’insécurité, notamment alimentaire avec des produits à même le sol. Dans les prochains mois la vente sera réglementée, Il va falloir qu’on accompagne ceux qui sont en règle dans des zones dédiées. Notre objectif n’est pas de chasser les gens, mais de permettre aux personnes de vendre dans de bonnes conditions sanitaires. » Il a rappelé son souhait de voir créer une fourrière municipale pour les animaux errants de la commune, et évoqué le « pacte de sécurité » qui lie l’Etat et la Ville. Ce dernier acte une enveloppe de 10 millions d’euros pour l’éclairage public, une réorganisation de la police municipale avec la création de « postes avancés » dans plusieurs quartiers, ainsi que la lutte contre les bidonvilles « qui fleurissent ». Pour l’édile, la sécurité est « un long chemin, mais nous allons y arriver ».

La jeunesse

Indissociable de la problématique sécuritaire, la prise en charge des jeunes de la commune a fait l’objet de nombreuses interventions également. Éducation, équipements sportifs, aides aux étudiants, sont autant de sujets que le maire a longuement commentés. Il a ainsi promis de remplacer dès septembre 2021 la collation « qui fait foi » par « un repas complet et équilibré » et prôné l’enseignement de l’anglais « dès le plus jeune âge ». « Un jeune de Mamoudzou doit pouvoir travailler dans le monde entier » plaide l’édile qui revendique le projet d’une « excellence éducative » à Mamoudzou.

« L’excellence éducative c’est aussi avoir des structures permettant aux écoliers et aux professeurs d’évoluer dans de bonnes conditions, nous allons encourager tout ça. » Parmi les chantiers, à Tsoundzou 2 « nous sommes en train de créer un nouveau village avec un collège, 240 logements construits par la SIM, et tous les équipements structurants pour éduquer, se loger, et des équipements sportifs, ce sont des réponses qui sont en cours ». Par ailleurs, « nous allons déconstruire et reconstruire l’école Passamainty stade, et dans l’ensemble du territoire de la commune nous avons des projets de construction, reconstruction et rénovation d’écoles. » Il évoque aussi « la création d’une direction chargée d’identifier les habitants. Tout jeune qui souhaite faire un stage à la mairie de Mamoudzou aura cette direction pour l’accueillir, nous créons les conditions pour accompagner la jeunesse » assure le maire. Ce dernier a aussi évoqué la rénovation des équipements sportifs à Kawéni, Baobab et Kavani, afin de « s’entraîner dans de bonnes conditions ».

La propreté 

« C’est une question extrêmement importante. Le premier acte que nous avons posé en arrivant aux responsabilités, c’est de déclarer cause communale pour les 10 prochaines années la propreté urbaine à Mamoudzou. Nous sommes en train d’engager un bureau d’étude pour nous accompagner dans un plan d’actions sur 10 ans. La propreté c’est aussi la responsabilité de tout un chacun. Avec le recteur nous avons souhaité que le développement durable soit intégré dans les programmes scolaires. Je demande à l’ensemble des habitants d’être aidants dans cette démarche pour rendre ensemble la commune propre et vivre dans un cadre agréable. Mamoudzou c’est notre bien à tous.

Aucun tourisme ne viendra dans une ville qui n’est pas propre. Nous créons les conditions pour que dans 6 ans nous soyons fiers de notre ville. »

Le Caribus

Une des portions de CARIBUS avec une voie dédiée aux transports en commun

Interrogé sur l’avenir du projet intercommunal de transports en commun qui doit relier Kawéni à Dembéni, le maire en a profité pour s’exprimer sur sa vision de la Cadema.

« Comme vous le savez quand nous sommes arrivés en responsabilité j’ai souhaité que la Cadema soit un outil au service des deux communes. Malgré le fait que Mamoudzou apporte la quote-part la plus importante dans cette structure intercommunale, que les conseils communautaires se tiennent à l’hôtel de ville de Mamoudzou, que tous les salaires des agents de la Cadema sont faits par la direction des ressources humaines de la ville de Mamoudzou, j’ai invité le président de la Cadema pour trouver un partenariat et les moyens de travailler en bonne intelligence. La gouvernance de la Cadema n’a pas souhaité travailler avec la majorité municipale. Nous n’avons pas été entendus. Nous sommes donc en train de travailler à un périmètre pour préparer des chantiers importants pour l’avenir. Le Caribus a commencé avec la mairie de Mamoudzou en 2012, le Caribus peut continuer sans la structure Cadéma. »

Pour lui, « Mamoudzou a la chance d’être au centre du poumon économique de Mayotte, nous avons la possibilité d’être reliés avec l’intercommunalité du nord, de l’ouest, du sud et de Petite Terre. Des discussions doivent permettre de savoir quelle intercommunalité Mamoudzou va rejoindre pour le développement de notre territoire. »

Quand sera-t-il possible de faire les demandes d’acte de naissance en ligne ?

« C’est possible mais il n’est pas possible de les recevoir directement en ligne car il y a beaucoup de fraude. En revanche ce que la Ville a mis en place pour plus de proximité, ce sont les mairies annexes de Passamaïnty, de Kawéni, et l’hôtel de ville au centre de Mamoudzou. Prochainement il y aura la mairie annexe de Mtsapéré et de Vahibé.

Pour ceux qui n’habitent pas à Mamoudzou, par exemple à Chiconi. Vous avez la possibilité de faire votre demande à la mairie de Chiconi. Le responsable de l’Etat civil de Chiconi peut faire la demande en ligne et vous le remettre directement quelques jours plus tard.

Ils peuvent aussi être envoyés par la Poste. »

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here