27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 août 2022
AccueilEconomieAutant que la crise sanitaire, les impayés et la formation font l’actu...

Autant que la crise sanitaire, les impayés et la formation font l’actu au Médef

Le Medef Mayotte tenait son Assemblée générale ce jeudi. La crise était évidemment au centre des discussions, mais on y parlait aussi de rattrapage des droits sociaux.

C’est à l’hôtel Trévani, face au lagon, que Carla Baltus, présidente du Medef Mayotte, avait convié ses 90 adhérents, représentant plus de 3.000 salariés de l’île. Une bonne moitié était présente, dont seulement 7 femmes en comptant la présidente, pour aborder le thème central de la traversée de la crise sanitaire, et d’autres périphériques, plus endémiques à Mayotte.

Si certaines entreprises membres du Medef sont en difficulté, aucune n’a déposé le bilan. Pour dessiner le paysage économique de Mayotte, rappelons que en dehors de quelques majors que sont BDM, Panima, Edéis et Mayotte Maintenance Industrielle, qui emploient respectivement de 540 personnes à 30 (Source Le Figaro, les Entreprises à Mayotte ), le tissu économique, dynamique, est majoritairement constitué de très petites entreprises, non représentées au Medef.

A la différence des mouvements sociaux antérieurs, fortement impactant du monde économique, cette crise sanitaire est nationalement aidée par l’Etat. La mesure la plus sollicitée est celle de l’activité partielle, qui permet à l’employeur en difficulté de faire prendre en charge tout ou partie du coût de la rémunération de ses salariés. Bonne nouvelle, nous explique Carla Baltus, « alors que le SMIC net n’est pas le même ici qu’en métropole, la compensation sur l’activité partielle est la même, de 8,03 euros l’heures ». Bien joué. Plusieurs prêts d’honneur ont également été souscrits, « et les subventions du conseil départementales furent les bienvenues ». L’action menée avec le Medef Guyane a permis de doubler le fonds de solidarité de 1.500 à 3.000 euros. Enfin, rappelons que sur le milliard d’euros du plan de relance Outre-mer, 85 millions sont alloués à Mayotte.

En mal de formations qualifiées

Les entreprises membres faisaient remonter des problèmes liés à la réforme de la formation professionelle

Parmi les autres sujets abordés, et d’actualité, la formation et la révolution engendrée par la réforme depuis deux ans maintenant, du Compte Personnel de Formation. Il renforce la formation professionnelle tout au long de la vie. « Maintenant, chaque salarié ou travailleur indépendant, a 500 euros par an pour faire une formation de leur choix. » Avec une difficulté à Mayotte, relève Carla Baltus, « les cahiers de commande sont pleins, mais nous avons besoin de main d’œuvre qualifiée dont les formations n’existent pas sur l’île. »

Quant au projet de transition professionnelle (PTP), qui permet au salarié de s’absenter de son poste afin de suivre une formation pour se qualifier, évoluer ou se reconvertir, les entrepreneurs se disent démunis, « financièrement, l’Etat ne suit pas », rapporte Marcel Rinaldy, président du groupe 3M.

La convergence du SMIC et des minimas sociaux s’est aussi invitée au programme de la matinée. Carla Baltus rapportait la « crispation chez les salariés qui veulent un même SMIC que le niveau national, et on en est assez loin. Heureusement, certaines entreprises paient leurs salariés davantage, au-delà même des 35h payées 39h. Beaucoup jouent le jeu de donner un pouvoir d’achat supérieur à leur salarié. »

Le CD pour renflouer les dettes du SMEAM

Signature de l’accord dans les transports scolaires par les partenaires sociaux début septembre

Le sujet de la rentrée scolaire fut la grève des transporteurs scolaires, et l’historique signature dans le secteur d’action de la présidente du Medef, de l’accord de branche avec extension du niveau national, « si nous ne l’avions pas fait, ça partait dans tous les sens. » Engendrant des frayeurs chez les autres adhérents. Mais il ne faut pas penser que l’acte est généralisable, martèle-t-elle « c’était uniquement un article de la convention collective qui a été appliqué, portant sur la reprise des salariés en cas de transfert de marché vers une autre entreprise. »

Autre point fort de l’année, la rencontre d’une heure avec le ministre Sébastien Lecornu, notamment en compagnie de Michel Taillefer, ancien président du Medef. Elle portait notamment sur les besoins en main d’œuvre qualifiée, mais aussi des factures non payées, spécialement salées en ce qui concerne le SMEAM. « Le Syndicat des eaux doit payer 32 millions d’euros de travaux, nous nous battrons jusqu’au dernier centime. Nous avons pu obtenir 15 millions d’euros déboursés par le conseil départemental, mais il reste encore 17 millions d’euros. Nous avons expliqué au ministre que cela ne sert à rien de nous parler de Plan de relance si les travaux effectués ne sont pas payés. »

C’est autour d’un verre que se terminait l’AG du Médef.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Les locaux de l’intercommunalité de Petite-Terre incendiés : un « symbole de la...

139532
Dans la nuit de mardi à mercredi, le siège de l'intercommunalité de Petite-Terre était ravagé par les flammes. Plusieurs algécos brûlés, du matériel endommagé, le bilan est lourd. Face à cet incendie dont l’origine criminelle n’a pas encore été confirmée, l’indignation et la colère sont au rendez-vous.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Impunité chez les délinquants ? Un mercredi de violences à Kaweni

139532
A quelques jours de la rentrée scolaire et de la visite prochaine du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer ainsi que du ministre délégué aux Outre-mer, la tension est montée d’un cran ce mercredi à Kaweni. Des violences ont éclaté à la suite de contrôles de la Police aux Frontières obligeant les riverains à se calfeutrer chez eux et la circulation à s’arrêter.
Législatives, Mayotte

Accorder le droit de vote aux étrangers, un sujet politique récurrent toujours aussi épineux

139532
Début août, « à titre personnel », le député Renaissance (ex-LREM) Sacha Houlié a déposé une proposition de loi afin « d'accorder le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales » à tous les étrangers. Un sujet difficilement éludable pour le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin à quelques jours de sa venue à Mayotte.

Commission permanente du CD : l’ensemble des rapports étudiés adoptés

139532
Vendredi dernier, la salle de cinéma Alpa-Joe a accueilli la Commission permanente du Conseil départemental. Pas moins de 36 rapports ordinaires et 13 rapports complémentaires étaient à l’ordre du jour. Tous ont été adoptés qu’il s’agisse de la réduction du taux de taxation sur les produits pétroliers ou encore le maintien du dispositif temporaire d’emplois exceptionnels pour l’accompagnement des transports scolaires.

Vidéo de simulation du projet de piste longue : le virtuel en attendant le...

139532
L’intégration paysagère de la piste longue de l’aéroport de Mayotte a récemment fait l’objet d’une vidéo de simulation dans laquelle le spectateur peut découvrir l’infrastructure finale vue depuis plusieurs sites du lagon et de Petite-Terre. L’occasion de revenir sur l’avancement du projet avec Christophe Masson, délégué à la piste longue de l’aéroport de Mayotte, dans la perspective des visites ministérielles prévues ce mois-ci.

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139532
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com