27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 18 mai 2022
AccueilEnvironnementÀ Mzouazia, les pêcheuses à pied s’emparent de la gestion du poulpe

À Mzouazia, les pêcheuses à pied s’emparent de la gestion du poulpe

Pendant plus de trois mois, de la mi-février à la fin-mai, la baie de Mzouazia, commune de Bouéni, sera interdite à la pêche au poulpe et aux coquillages. Une première de cette ampleur dont l’objectif est de permettre la mise en place à travers les données scientifiques récoltées en amont, pendant et en aval de la fermeture, d’une gestion de ces ressources très prisées par les pêcheurs à pied. De quoi paver la voie à un savant mélange entre valorisation des activités traditionnelles et respect de la biodiversité.

Parcheminée par une pluie fine mais incessante, la mer ne donne pas envie ce matin. Qu’à cela ne tienne, dans la baie de Mzouazia, un groupe de pêcheuse à pied dont les plus âgées semblent en avoir vu d’autres, s’arriment de leurs seaux en plastique et partent à la récolte. « C’est un bon temps pour le pwedza, s’amuse l’une d’elles, en plus il y a encore des grosses marées en ce moment. » Aux côtés des bouénis, plusieurs agents du parc marin et de la municipalité éponyme. L’objectif de cette équipée  – en supplément de quelques poulpes et de coquillages pour les pêcheuses – entamer un travail commun qui trouvera son point d’orgue à la mi-janvier avec la fermeture de baie pour trois mois.

Ce n’est pas la première fois que le trio pêcheuses à pied, commune, Parc marin se retrouve à travailler main dans la main. En 2016, déjà, une partie de la baie de Mzouazia avait été fermée à la pêche. Une première qui avait rencontré quelques écueils au premier rang desquels une surveillance pour le moins lacunaire. Mais cette année, « les pêcheuses ont décidé d’élargir la zone à l’ensemble de la baie. Pendant trois mois, toute sorte de pêche à pied y sera interdite. En amont nous faisons un suivi sur les captures et l’effort de pêche : nombre de poulpes par personne, le poids de l’animal et le temps de pêche. L’idée est de comparer ces données avec celles que l’on récoltera à la réouverture. On fera alors un suivi le jour même puis deux autres suivis à moyen terme », explique Mélissa Conord, chargée de mission pêche et aquaculture au PNM.  Quatre ans auparavant, et même si la fermeture n’était pas respectée à la lettre des résultats « intéressants avaient déjà apparus. « On a observé que le poids moyen des poulpes pêchés avait doublé le jour de la réouverture. C’est donc la preuve que la fermeture est efficace. On a aussi observé une augmentation sur la baie voisine, qui elle était restée ouverte à la pêche. C’est aussi un résultat intéressant », rappelle Morgan Muylaert, également chargé de mission pêche et aquaculture au parc marin, entre deux pesées de pwedza fraichement pêché.

Une initiative citoyenne

Au côté des pêcheuses, il rappelle aussi que si le parc a suggéré une période de clôture, ce sont bien les premières concernées qui ont décidé de la mettre en place, et de l’étendre, à travers leur  association Mila Ounangou et en lien avec la municipalité de Bouéni. « Ces derniers temps, la pêche est moins bonne. C’est pour cela que nous avons demandé la fermeture. À la dernière réouverture, nous n’avons pas pêché autant que ce que l’on espérait car il y avait beaucoup de monde mais tout était plus gros, surtout les poulpes et c’est déjà une bonne chose. Cette année nous avons décidé de fermer toute la baie donc ce sera peut-être à la fois plus gros, et en quantité à la réouverture !», espère Hamada Bouéni, à la double casquette de pêcheuse à pied et d’agent de la mairie. Avant de rappeler , coquillages en main, un préalable : « Il va aussi falloir améliorer certaines choses comme la surveillance. La dernière fois, les pêcheuses pouvaient expliquer que c’était interdit car la zone était vraiment devant le village. Mais ça n’empêchait pas les plongeurs d’aller chercher le poulpe. Alors maintenant que la zone est vraiment grande, il va falloir qu’il y ait vraiment de la surveillance. Les plongeurs pêchent les poulpes avant que la marée soit basse, c’est pour ça qu’il ne reste plus grand chose pour les pêcheurs à pied ensuite », explique celle qui visite cette baie au moins une fois par semaine depuis ses six ans et qui se souvient les pieds dans l’eau d’un temps où «il y avait beaucoup plus à pêcher. Il y avait tout le village, toute la commune, on était énormément mais tout le monde trouvait quand même quelque chose à mettre dans son petit panier ».

Ancrer les activités traditionnelles dans une démarche durable

Côté surveillance, c’est entendu pour le Parc marin qui s’attelle à organiser des patrouilles en lien avec la police municipale, la gendarmerie maritime et les affaires maritimes. Autre volet de l’action du parc, en plus de tout le travail scientifique qui doit permettre de déterminer le cycle le plus efficace de fermetures, la pédagogie. « Sur les sites pilotes [une opération similaire doit se monter au nord de l’île, à Mtsamboro, ndlr], il y a une forme de compréhension mais je pense qu’il faut encore continuer la sensibilisation car forcément, ce genre d’initiatives ne fait pas l’unanimité. Il faut expliquer, éduquer au respect du lagon de manière générale et montrer que c’est dans l’intérêt de tous. Là on parle principalement de poulpe mais il faut avoir une réflexion d’ensemble car nous qui nous occupons essentiellement de biodiversité marine voyons bien que tout est lié. C’est du travail à long terme et je pense que les choses iront mieux avec la génération à venir car pour l’instant même s’il y a eu des progrès chez les anciens et dans notre génération, il y a encore beaucoup à faire pour changer des mentalités qui sont dures à changer », estime ainsi Dailami Ben Ali, chargé de mission Activités traditionnelles.

Un poste qui rappelle bien l’ambition du parc à travers ce type d’actions : « À chaque fois, on essaye de régler le problème environnemental à travers le prisme social. Il faut que les communautés comprennent que la gestion des ressources est importante et qu’elle va dans l’intérêt de tous. C’est avant tout cela notre démarche. L’intérêt de s’occuper du poulpe en ce moment c’est de montrer aux communautés que facilement, on peut avoir une gestion de la ressource simple et efficace », résume Morgan Muylaert, un peu désolé de ne peser que des poulpes de moins d’un kilo. Mais rassuré par l’enthousiasme des pêcheuses, bien décidées à faire de cette opération un succès.

G.M

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Assises : Tyler Biasini condamné en appel à 6 années de...

139532
Alors que l’avocat général avait requis une peine d’emprisonnement de 10 ans, c’est à une heure avancée de la nuit que le tribunal judiciaire de Mamoudzou a condamné l'ex-président de Gueules d'Amour, en seconde instance, à 6 années de prison pour des faits de viol. Il s’agit d’une année de moins par rapport à sa condamnation lors de son premier procès en juin dernier.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Chirongui, Mayotte

Bihaki Daouda, nouveau maire de Chirongui

139532
Le conseil municipal a élu un successeur à l'éphémère et condamné Andhanouni Saïd qui aura dirigé la commune pendant moins de deux ans. Bihaki Daouda devra mener les nombreux projets de la commune, qui ont été poursuivis pendant l'interim

« Gi la wa Maore », lancement de la campagne pour les législatives chez...

139532
Les élections législatives se déroulant les 12 et 19 juin prochains, Les Républicains ont présenté leurs candidats, leurs suppléants dans les deux circonscriptions de l’île ainsi que le projet politique porté à l’échelle locale.  La conférence de presse s’est tenue ce jeudi au restaurant le 5/5.

304 millions d’euros pour “tout changer” dans l’interco du nord

139532
La Communauté d’Agglomération du Grand Nord de Mayotte a signé le plan de relance et de transition écologique, emboîtant le pas à celles de Petite Terre, du Centre et du Sud. Ce dispositif permet des investissements massifs avec en toile de fonds l'environnement et le développement durable. Avec plusieurs centaines de millions d'euros évoqués, " tout va changer" assure l'interco.
Togo, Mayotte

Mamoudzou jumelée avec deux villes du Togo

139532
Ambdilwahedou Soumaïla arpente la planète en glanant ça et là des méthodes de gestion pour sa commune. Assainissement, échanges scolaires: c'est avec Agoé-Nyeve 2 et Kloto 1, deux villes togolaises, qu'il a signé un...
Ensemble, LREM, Mayotte

Législatives : pour l’instant, seule Ramlati Ali investie par la majorité présidentielle à Mayotte

139532
Les élections législatives approchent à grand pas, c'est dans un mois que les électeurs devront choisir qui seront les 577 députés qui les représenteront à l'Assemblée nationale. Nous rapportons les investitures de chaque parti au...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com