23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 19 janvier 2022
AccueilEconomieSmeam : auprès des usagers, un syndicat désolé

Smeam : auprès des usagers, un syndicat désolé

Le syndicat mixte des eaux et de l’assainissement de Mayotte (Smeam), a convié ce mardi les représentants des usagers du territoire pour un temps d’échange quant à la gestion d’une ressource au coeur des préoccupations quotidiennes. Une opération transparence pour créer du lien mais dont la finalité reste encore floue.

L’arroseur arrosé ? En conviant les représentants des familles et des usagers de l’eau du territoire, c’est en tout cas à une pluie de questions à laquelle s’est exposé le syndicat des eaux ce mardi. Car c’est masqués, mais sans filtres que les divers représentants – Daourina Abdallah pour l’association départementale des aidants familiaux et Rafza Youssouf Ali pour les usagers de l’eau de Mayotte en tête – ont procédé à l’inventaire de leurs griefs à l’égard du Smeam et de sa gestion de la crise de l’eau. Pour leur répondre dans cette opération transparence, Aminat Hariti en figure de proue. “On a voulu rencontrer ces différentes associations pour intégrer leurs retour à notre réflexion et améliorer le dialogue avec la population”, fait ainsi valoir la 2ème vice-présidente. Et force est de constater que ces retours ne sont pas fameux.

“Pour les familles, c’est la double peine”

Distribution chaotique des kits d’économie d’eau, communication hasardeuse sur les coupures d’eau, doutes sur la qualité de l’eau figurent parmi les premiers griefs soulevés par les représentants d’usagers. Mais là où le bât blesse le plus, semble-t-il, c’est bien au porte monnaie. “On subit la double peine, car en même temps que l’on paye des factures exorbitantes, nous sommes obligés d’acheter des packs d’eau car nous n’avons plus confiance dans nos robinets”, a ainsi martelé Rafza Youssouf Ali. Sur ce point, l’ARS est venu confirmer que si “en temps normal, l’eau est aussi testée qu’en métropole ou ailleurs en Europe, on ne peut pas garantir qu’elle soit bonne après les coupures, c’est pour cela que nous conseillons de ne pas la consommer dans la demie-journée suivante”, indique un de ses agents présent. “Quand l’eau est coupé, il peut y avoir des infiltrations d’eau boueuse”, ajoute le Smeam, sans plus de solution.

“On subit la double peine, car en même temps que l’on paye des factures exorbitantes, nous sommes obligés d’acheter des packs d’eau”, a dénoncé Rafza Youssouf Ali, représentante des usagers de l’eau

Dans le même temps, le DGS du syndicat est venu éclaircir les raisons de l’augmentation des factures : une tarification à la hausse s’est appliquée à partir du mois de juin et pour les usagers qui paient en même temps l’assainissement, l’addition s’est récemment salée en même temps que la contractualisation de la délégation de service public sur cette branche. Pas de quoi ravir les usagers qui “subissent les coupures dans un contexte sanitaire très compliqué, notamment pour les personnes âgées”. Promesse est par ailleurs faite de “rectifier le tir” quant aux factures anormalement élevées. De l’erreur humaine, sur les 300 000 documents à éditer plaide pour sa défense un syndicat qui ne manquera pas de s’en excuser platement.

“Nous n’avons pas un rond”

“Mais où passe donc tout cet argent”, s’est en somme questionnée Daourina Abdallah. “Le problème du manque d’eau, c’est tous les ans et en même temps la population ne fait qu’augmenter alors c’est quoi le projet pour nous faire accepter ces factures?”, a lancé la secrétaire générale adjointe de l’association départementale des aidants familiaux. Plus question de se défiler pour le Smeam. “La situation, Madame, n’est pas facile. Il nous faut une retenue collinaire et deux usines de dessalement. Nous avons bon espoir qu’elles soient intégrées au schéma directeur dès l’année prochaine mais le syndicat ne peut pas les financer car nous sommes en faillite. À cette heure, le syndicat n’a pas un rond pour financer ces travaux estimés à 120 millions d’euros ”, lui répond-on avant d’orienter les regards vers l’État, déjà financeur “de toutes les opérations de 2020”.

“Le problème du manque d’eau, c’est tous les ans et en même temps la population ne fait qu’augmenter alors c’est quoi le projet pour nous faire accepter ces factures?”, a quant à elle questionné Daourina Abdallah pour l’association des aidants familiaux

Pas sûr donc, que les usagers y voient plus clair dans la gestion de l’eau et de ses crises cycliques. Pour autant, leurs représentants se sont faits plus dociles en fin de séance promettant notamment de “relayer les informations, pourvu qu’elles soient fiables”, du côté de l’Udaf. Compréhensive, aussi, Rafza Youssouf Ali, à l’égard “d’une nouvelle majorité qui n’a pas la tâche facile, qu’il faut accompagner pour le bien de tous”. Mais vigilante : “je ferai mon boulot de relais, faites aussi le vôtre”.

G.M.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid 19 : Poursuite de la chute des indicateurs

139530
Au cours de la semaine du 10 au 16 janvier, 3.181 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à Mayotte,...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139530
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139530
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139530
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement

Avis négatif sur le projet de loi Mayotte : pour le gouvernement, rien ne servait...

139530
Un timing accéléré, un déficit de concertation et dans une ambiance passionnée, voilà les ingrédients de l’avis défavorable du conseil départemental au projet de loi Mayotte

Face aux abus, le CD demande l’encadrement des prix de l’eau

139530
Cela fait déjà plusieurs semaines que l’île au lagon souffre d’une pénurie de bouteilles d’eau plate. Les rayons sont systématiquement dévalisés peu après les livraisons. Le phénomène tire son origine de plusieurs facteurs, du...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com