Retour sur la conférence de « L’Économie Sociale et Solidaire mahoraise, un modèle d’avenir » et ses entreprises

0
466
Maymounati Moussa Ahamadi, directrice de la CRESS, a présenté les perspectives de la structure

Ce mercredi 25 novembre, la Délégation du Conseil Départemental de Mayotte à Paris organisait en partenariat avec la CRESS (Chambre Régionale de l’Économie sociale et solidaire) de Mayotte un webinaire sur le thème « L’Économie Sociale et Solidaire mahoraise, un modèle d’avenir » à destination de la communauté d’étudiants, de jeunes entrepreneurs et de dirigeants mahorais résidant en dehors de l’île.

Un webinaire qui a réuni 74 participants résidant à la Réunion, en Guyane, à Lyon, au Puy-en-Velay, à Angers, Reims ou encore Marseille. Les échanges ont évoqué le marketing territorial de la délégation, l’accompagnement de l’ESS par le conseil départemental,  notamment par la signature de la convention d’agrément de la CRESS en décembre 2016, l’intégration de manière transversale de la stratégie régionale de l’ESS dans son Schéma Régional de Développement Économique d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII), stratégie dont il a confié le pilotage et la mise en œuvre à la CRESS dès novembre 2018, la mise en place d’un dispositif conjoncturel de soutien aux entreprises de l’ESS mahoraises pendant la crise Covid-19, notamment une aide à la consolidation des emplois salariés des entreprises de l’ESS, un appel à projet dédié à la structuration de l’accompagnement des entreprises de l’ESS (accompagnement à la maturation des projets ESS, au montage de demandes de subventions, à la pérennisation des activités ESS), la mise en place en cours d’aides économiques départementales dédiées aux entreprises de l’ESS sous forme
de subventions d’investissement, de fonctionnement et d’insertion professionnelle.

Le conseil départemental a injecté plus de 12 millions d’euros

Au total le Département aura injecté 12,5 millions d’euros pour le développement et la structuration de l’ESS à Mayotte sur la période 2017-2024.

Des entrepreneurs de l’ESS ont témoigné.

• La Régie de Territoire Maecha Espoir (RTME) par Toumbou Toibib, directeur (Mayotte).  Depuis 2015, la Régie de Territoire Maecha Espoir (ou RTME) assure à Acoua l’insertion professionnelle de personnes en difficulté sociale sous forme d’Ateliers Chantiers d’Insertion dans deux filières : l’activité agroalimentaire via la transformation de produits agricoles et production de farine de manioc made in Mayotte et l’aménagement des espaces verts dans l’espace urbain. En 2018, 13 salariés en parcours d’insertion ont bénéficié du dispositif.

• Chronique du Maroni par Cédric Ross, directeur (Guyane)
Le projet Chronique du Maroni est né en 2015. Il s’agit d’un média de proximité, citoyen et collectif, qui conjugue deux actions : l’initiation au métier de JRI et la publication de reportages réalisés par les jeunes en formation. Le but de Chronique du Maroni est de combler la sous-médiatisation de l’Ouest guyanais, de promouvoir les actions citoyennes, les cultures locales, et les particularités de l’Ouest guyanais, lieux de vie multiculturelle. Un futur projet de Chronique du Maroni est l’accompagnement au développement d’une télévision locale à Saint-Laurent du Maroni.

• Le Petit Malavoune par Saïd Abdourahime, porteur de projet (Mayotte)
Le Petit Malavoune est une association née pendant la crise sanitaire de la Covid-19, en 2020. Il s’agit d’un projet d’insertion professionnelle avec une forte valorisation agricole et d’agriculture durable, de circuit court et livraison à domicile. Depuis le début de l’année, Le Petit Malavoune livre des produits locaux aux habitants de Mayotte et participe à l’intégration des agriculteurs par un modèle économique innovant et résilient.

• Guyaclic’ par Malick Ho Sim, directeur (Guyane)
Depuis 2014, l’association Guyaclic’ a pour vocation d’œuvrer pour la réduction de la fracture numérique en Guyane. L’objectif de Guyaclic’ est de rendre l’outil informatique accessible pour toute la population guyanaise. Par cette vocation, l’association exerce deux activités qui sont Recycl’ordi (Lauréat du prix ESS 2019) et le réseau Cyber Carbet. Recycl’Ordi est une activité qui consiste à collecter du matériel informatique, le remettre en
condition et le redistribuer à moindre coût aux plus grand nombre. L’association compte 24 salariés dont 2/3 sont des jeunes de moins de 26 ans.

Un atelier d’incubation « Je veux créer dans l’ESS » était présenté par Alexandre Moreau, responsable de FANYA LAB, accélérateur de l’ESS et de l’innovation sociale, cofinancé par le Conseil départemental et le FSE. Présentation du dispositif d’accompagnement Fanya Lab et d’outils concrets de réflexion dans la phase d’émergence et de création d’un projet d’entrepreneurial social. Cet événement fait partie de la programmation du Mois de l’ESS 2020.

La Délégation de Mayotte à Paris a impulsé l’organisation de cet événement digital d’information, de sensibilisation et de mobilisation entrepreneurial autour du modèle mahorais de l’ESS dans le cadre de ses missions de promotion et d’attractivité du territoire en lien avec les acteurs économiques.

Pour revoir le webinaire, cliquer ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here