« Questionner le rapport entre l’Homme et la Nature », le thème de la 29ème Fête de la science

0
122
Fête de la sciences, Mayotte
L’opération «Arboretum patrimoniaux Maoré » de replantation d'espèces rares

La fête de la science aura lieu vendredi 6 au lundi 16 novembre 2020 à Mayotte, en Outre-Mer et à l’international. Celle-ci va permettre aux citoyens de découvrir la science sous toutes ses formes ainsi que les joyaux scientifiques de Mayotte.

La thématique nationale, « Questionner le rapport entre l’Homme et la Nature » avec pour slogan « Planète Nature » invite la société à s’interroger sur l’impact qu’elle peut avoir sur son environnement. Cette année, Mayotte mettra à l’honneur ses plantes endémiques ainsi que les utilisations de ces dernières dans différents domaines : cuisine, beauté, santé, architecture, etc.

Un lancement original de la Fête de la Sciences cette année puisque le recteur Gilles Halbout assistera ce 6 novembre à 9h à Acoua à la fabrication d’une pirogue avec le tronc d’un arbre endémique, qui illustrera le thème sur le rapport entre l’Homme et la Nature, mais aussi les principes physiques et mathématiques comme la poussée d’Archimède. « Les institutions, conseil départemental, municipalité, communauté de commune, etc., se sont impliquées et proposent lors de ces journées une valorisation de la flore en lien avec la science, l’histoire et la culture mahoraise », explique le recteur qui salue « la formidable mobilisation des enseignants, des inspecteurs et des personnels de direction qui ont permis la production de travaux de très grande qualité ». Peu de présentiel cette année, mais un Facebook « Fête de la science à Mayotte ».

Lancement de la Fête de la sciences autour de la pirogue

Docteure en biochimie, Latufa Youssouf est l’ambassadrice de la fête de la science à Mayotte Édition 2020. « Mayotte, étant un ‘hotspot’ de biodiversité, cette 29ème édition a mis en avant les usages des plantes et leur potentiel de valorisation. Des actions ont été menées afin de sensibiliser la population et les adultes de demain sur la préservation de cette richesse naturelle qui est synonyme d’espoir notamment face à la crise sanitaire que nous traversons », explique la scientifique qui a réalisé sa thèse sur le développement d’un système de vectorisation de médicaments hydrophobes à partir de polymères naturel.

Parmi les thèmes forts, la mangrove, qui « procure des bénéfices aux populations en termes de sécurité alimentaire, de stockage de carbone Elle contribue également à la réduction des risques de catastrophes naturelles en lien avec les impacts du changement climatique et participe fortement à la protection du littoral. » Egalement, l’habitat traditionnel mahorais, qui « tire ses matériaux au sein de la flore : le bambou pour les clôtures, les feuilles de cocotier pour la toiture, de la paille pour les murs …. Il s’agira d’étudier l’habitat d’antan de valoriser notre histoire. Un atelier de tressage de feuille de cocotier sera organisé pour les scolaires. » La distillation d’ylang-ylang sera également expliquée, ou l’opération «Arboretum patrimoniaux Maoré », initiative du Conservatoire botanique de Mayotte, destiné à mettre en culture des espèces rares pour ensuite les réintroduire dans la nature et élaborer des jardins botaniques dans les établissements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here