Cadets citoyens, « une dernière chance » pour les décrocheurs scolaires

La troisième promotion des Cadets citoyens a reçu le nom de promotion Khems, ces 36 jeunes en décrochage scolaire se voient offrir une chance de rebondir, pour beaucoup sous les drapeaux.

0
351
La 2ème promotion de jeunes "cadets citoyens" pris en charge par la gendarmerie en 2019 (archive)

La deuxième promotion comptait 39 jeunes, mais la pandémie de Covid aura causé des abandons. Seuls 26 sont arrivés au bout de la formation.

La troisième promotion de ces cadets démarre avec 36 jeunes en situation de décrochage scolaire, et une nouveauté. Pour la première fois, une promotion a reçu un nom : Hassani Kamardine, dit Khems. Pour le capitane Ambaly de la gendarmerie de Mayotte, il s’agissait de rendre hommage à l’artiste, ancien militaire, mais aussi d’ouvrir une page pour les Cadets. Désormais chaque future promotion recevra le nom d’un militaire originaire de Mayotte. C’est la première institution à mettre un tel dispositif en place.

Ce n’est pas un hasard, puisque les cadets qui vont au bout de la formation « axée sur le civisme et les savoirs de base » sont incités à rejoindre l’armée dans la foulée.

Le capitaine Ambaly est président de l’association support des Cadets citoyens.

« L’objectif est de recruter des jeunes en décrochage scolaire ou de déshérence sur le plan social et de les former au travers d’un parcours axé sur le civisme et la découverte des métiers ». « L’objet c’est que l’ensemble de ces jeunes puissent intégrer le RSMA ou la gendarmerie et sortent de cette situation d’errance ».

Ces derniers sont orientés par des associations partenaires, mais aussi largement soutenus par leurs parents, nombreux à être venus assister à la remise de diplômes vendredi matin. « Quand les familles suivent leurs enfants, ils réussissent mieux » rappelle le recteur Gilles Halbout.

Stock Trevys, de la 2e promotion, est ainsi allé au bout d’une formation « un peu mouvementée » en raison de la pandémie. Il gardera le souvenir de sa rencontre avec le président Macron qui lui a serré la main, un moment « magnifique » pour un futur militaire. A L’issue de sa formation en effet, le jeune homme qui avait quitté les rails de l’école en terminale ambitionne de rejoindre l’infanterie, un rêve d’enfance dont les Cadets lui ont ouvert les portes. Pour cela il passera par le RSMA.

Tous néanmoins n’iront pas dans l’armée. Chaharzade Ibrahim quitte elle aussi la deuxième promo. Elle aussi déscolarisée l’année dernière, elle a intégré les Cadets et « aimerait bien intégrer la douane, actuellement je fais mes démarches.

Pour son compagnon de formation Trevys, les Cadets sont une opportunité mais surtout « une dernière chance », aux nouveaux il n’a qu’un conseil, « ne pas lâcher, s’accrocher », aucun doute pour lui, le jeu en vaut largement la chandelle.

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here