27.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilEconomieTsingoni : Nouveau rappel à l’ordre de la Chambre régionale des Comptes

Tsingoni : Nouveau rappel à l’ordre de la Chambre régionale des Comptes

C’est un vieux partenariat que celui de la commune de Tsingoni et la Chambre Régionale des Comptes. Une nouvelle fois, le budget est en déséquilibre, en raison du poids des recrutements. Les impôts devront contrebalancer.

C’est le code des collectivités territoriales qui le dit : « Lorsque le budget d’une collectivité territoriale a fait l’objet des mesures de redressement, le représentant de l’État dans le département transmet à la chambre régionale des comptes le budget primitif de l’exercice suivant. Si, lors de l’examen de ce budget primitif, la chambre régionale des comptes constate que la collectivité territoriale n’a pas pris de mesures suffisantes pour résorber ce déficit, elle propose les mesures nécessaires au représentant de l’État dans le département dans un délai d’un mois. » Et c’est le cas de la commune de Tsingoni.

En juillet, le rapport de la Chambre régionale des Comptes (CRC) faisait état d’une situation financière et budgétaire détériorée dans cette commune du centre de l’île. Et alors même qu’elle fait l’objet d’un plan de redressement depuis 2016 et que son budget est réglé chaque année par le préfet. Le déficit avoisinait 3 millions d’euros fin 2019, principalement aggravé par l’augmentation des charges de fonctionnement entre 2015 et 2018.

En conséquence, le budget prévisionnel pour 2020 était transmis à la CRC le 20 août 2020 par le préfet. Il a donné lieu à un avis rendu public le 28 septembre dernier, sans satisfecit aucun.

Jusqu’en 2022, et moins si affinités

Bons alimentaires, Chalon sur Saône, Mayotte
Le mairie Mohamed Bacar réélu en juin 2020

Le budget primitif 2020 affichant une section de fonctionnement déficitaire à hauteur de 1,3 million d’euros incite à une première constatation de la CRC, « les mesures de redressement proposées par la chambre dans son dernier avis comme dans son rapport d’observations définitives n’ont pas été suivies, notamment en matière de dépenses de personnel ». Le déficit de 2,4 millions d’euros a été ramené à 1,8 million d’euros, uniquement en raison d’une augmentation de la fiscalité.

Avec une nouvelle injonction, qui ne peut rester qu’au stade de proposition, la Chambre n’ayant pas de moyens coercitifs : celle de « maitriser les charges notamment de personnel, à hauteur de 7,5 millions d’euros. Alors que la loi rappelle comme une lapalissade, que tout recrutement est impossible si les crédits ne le permettent pas, la commune a « stagiarisé » 31 agents « dont 5 ont déjà été titularisés en 2020 sans s’assurer qu’elle disposerait des ressources financières suffisantes ». Les magistrats invitent la commune à « supprimer sans délai les emplois sur lesquels elle entendait recruter les agents au terme de leur stage ».

En l’absence de redressement, la commune n’aura pas d’autre choix que de maintenir la pression fiscale, constate la Chambre, en faisant « supporter au contribuable local l’absence de maitrise de sa gestion », et ceci, « jusqu’en 2022 ». A moins… de mettre en place un véritable plan d’économies sur les exercices 2021 à 2025 « jusqu’à la résorption complète de son déficit ».

Les prochains budgets primitifs de la commune seront toujours suivis par le préfet et la chambre, « jusqu’au constat d’un retour à l’équilibre des comptes ».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

  1. Une pensée pour les autres commune aussi mal gérées. Tant que le seul but d in élu mahorais sera d embaucher toute sa famille de voyager et d aller au restaurant sur le dos du contribuable…Mayotte petite île…grands pourris

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid : à la veille du brassage des vacances, l’ARS incite...

0
Au cours de la semaine du 28 novembre au 4 décembre, 73 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.