Mayotte-Paris AR à 500€, la bonne affaire de Corsair ?

0
3648
Un aller-retour en métropole à un prix inédit

Le prix est plus qu’alléchant. Pour savoir si les offres de Corsair sont vraiment moins chères que celles du concurrent historique Air Austral, nous avons entamé une réservation sur un vol au départ de Mayotte en janvier.

En choisissant le départ et le retour les moins chers, le prix semble particulièrement attractif : 500,97€.

Les pages suivants en revanche, ont pour effet de faire rapidement grimper la facture. Car si les offres d’Air Austral (environ 800€ à dates similaires) sont clairement plus onéreuses de prime abord, elles incluent plusieurs services, que Corsair facture séparément.

Des annulations « sans frais », vraiment ?

Ainsi pour voyager avec des bagages, compter 80€ en plus AR, et 100€ si l’option n’est pas choisie lors de la réservation. A noter que le bagage en voyage éco est limité à une valise de 23kg, contre 35kg pour un client Air Austral ayant un compte Capricorne, peu importe le nombre de sacs.

Le choix du siège est lui aussi payant, avec des tarifs variables selon la place  dans l’avion.

Mais le plus trompeur, c’est sans doute les assurances. En effet, sur la première page de réservation, l’offre est sans ambiguïté, l’annulation ou la modification sont gratuites (voir capture d’écran ci-contre). Mais au moment du paiement, seule la modification avant le départ est possible, l’annulation est qualifiée de « impossible ». Il est alors proposé des assurances annulation à 39€ ou tous risques à 49€.

L’annulation promise sans frais ne colle pas avec les assurances conseillées en fin de réservation

Au final, le prix peut vite s’envoler, mais reste très compétitif, voire agressif sur le plan commercial. Un voyageur peu regardant sur les options payantes peut réellement s’en sortir avec un billet aller-retour à 500€ pour la métropole. A une condition toutefois. Les vols passant par la Réunion, il faut aussi accepter de consacrer entre 15 et 17h à son voyage, contre 10 à 11h en vol direct. Au final, tout a un prix, mais au moins les clients ont désormais le choix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here