28.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilEconomieDépart de Jamel Mekkaoui : « L’INSEE est devenu un acteur incontournable du débat...

Départ de Jamel Mekkaoui : « L’INSEE est devenu un acteur incontournable du débat public »

Depuis 7 ans, c’est une pluie de chiffres et de pourcentages qui nous tombe sur la tête. Avant l’arrivée de Jamel Mekkaoui à la tête de l’Institut national des Statistiques et des Etudes Economiques (INSEE), il fallait faire des recoupements pour glaner quelques taux sur Mayotte, et ce n’est pas une exagération, aucune donnée n’était disponible en matière de naissances et de décès. Or sans diagnostic, difficile de se donner des axes de développement. 7 ans de fidélité et d’adhésion à Mayotte qui transpirent dans ses propos, toujours emprunts d’un flegme britannique.

JDM : Quand on cite l’acronyme INSEE ici, ressurgit la polémique du recensement de 2017. Beaucoup se crispent sur les 256.500 habitants en 2017*. D’où nait ce doute ?

Jamel Mekkaoui : « Les Mahorais estiment que les besoins ne sont pas couvert parce que la population serait mal estimée. C’est l’inverse en réalité. La population a doublé en 20 ans, ce qui est énorme, mais les investissements nécessaires à l’accueil de ce doublement ne sont pas à la hauteur. Regardez l’eau, nous vivons sur des infrastructures qui sont en place depuis longtemps. Donc, Etat comme population ont trouvé un coupable en l’INSEE, et comme nous sommes indépendants, nous ne sommes pas soutenus. »

JDM : Intéressant que vous évoquiez cette indépendance quand des élus ont soupçonné une connivence avec l’Etat pour sous-estimer leur population afin d’amoindrir les Dotations Globales de Fonctionnement.

Jamel Mekkaoui : « L’idée d’un ‘cabinet noir’ n’est pas nouvelle, mais je maintiens, nous sommes indépendants, et la rigueur de l’Institution nous interdirait de ne pas livrer les chiffres exacts. Quand je suis arrivé, j’ai vu que les chiffres étaient très contestés. On nous opposait la consommation de riz, bien supérieure à la métropole. Nous avions mis en parallèle un volume identique aux Comores où l’importation de riz est de 80kg par personne et par an. Aujourd’hui, ça n’est plus argumenté, mais du domaine de la croyance. »

Le thermomètre marche bien, mais quand on a de la température, ça ne fait pas baisser la fièvre

Nous n’aurons plus d’autres données avant 2026…

Vous aviez pourtant mis en place une méthode impliquant les communes.

Jamel Mekkaoui : « A mon arrivée, quand j’ai vu les doutes, je me suis dit qu’il fallait une transparence sur la méthode, co-construite avec les maires. Nous avons commencé par dresser une cartographie du territoire nécessitant 6 mois de travail, puis, pour prendre en compte les logements supplémentaires, nous avons recruté 600 agents de collecte habitant les villages enquêtés, et connaissant les bidonvilles. C’est beaucoup plus de moyens que sur n’importe quel autre territoire français. On estime à 2 à 3 % le nombre de logements non recensés. Saïd Omar Oili, le président de l’association des maires de l’époque, nous avait d’ailleurs félicités. Le thermomètre marche bien, mais quand on a de la température, ça ne fait pas baisser la fièvre.
D’ailleurs, je remarque que les autres données ne sont pas contestées. Les 10.000 naissances par an qui corroborent notre recensement, le taux de fécondité, etc. D’autre part, le chiffre peut être recoupé. Notamment par le nombre de scolaires, environ 100.000, sauf à supposer qu’il y ait une horde d’enfants non scolarisés. »

8 ans à venir sans recensement ni nouvelles statistiques…

Jamel Mekkaoui en 2015 préparait son recensement… Il y aura laissé quelques cheveux

Le recensement devient annuel désormais, dans un esprit de convergence avec le national

Jamel Mekkaoui : « Oui mais attention, comme je l’avais dit, on va traverser un ‘trou noir’ sans recensement jusqu’en 2026. Si nous avions continué avec l’organisation actuelle, il serait tombé en 2022. Là, il faudra attendre 5 ans après ce 1er recensement annuel en 2021, pour avoir les données. Car nous avons tiré tout ce qu’on pouvait tirer du précédent. Ça fait très long 8 ans sans statistiques ! »

Nous n’aurons donc pas de nouveau solde migratoire avant 2026 ?!

Jamel Mekkaoui : « C’est ça. Il est positif mais sur des chiffres qui datent maintenant de 2017. Mais la donnée constante, c’est l’arrivée importante d’étrangers, et le départ de jeunes Mahorais, aboutissant à une population recomposée, et une paupérisation de l’île. Le développement de l’université peut être une solution pour endiguer les départs. »

Avec la carte des villages selon leur niveau de vie, l’INSEE a apporté des billes aux maires

Le fossé social se creuse, montre l’INSEE, avec une partie de la population qui continue à s’enrichir pendant que l’autre s’appauvrit un peu plus. C’est irrémédiable ?

Jamel Mekkaoui : « L’indexation et l’augmentation du SMIG ont accru le pouvoir d’achat des personnes les plus aisées, et la migration grossit les rangs des plus pauvres. Nous assistions à une spatialisation du territoire, qui se scinde en deux, avec 60% des étrangers dans la zone Dembéni-Mamoudzou-Koungou. Leur concentration ne les aide pas à s’en sortir. Et seulement 14% à Mtsamboro et Boueni. »

« Si on éteint la lumière, le débat public s’assombrit »

Votre manière d’éclairer le débat public vous amène souvent à la limite du débat politique…

Jamel Mekkaoui : « Si on éteint la lumière, le débat public s’assombrit. Et je note que les élus, frileux au départ, n’hésitent plus à me solliciter régulièrement. On est devenu un acteur incontournable. Souvenez vous du 1er article dans le JDM, « L’Europe insatisfaite des statistiques de l’INSEE », en 2013. On n’en est plus là du tout, on a abreuvé le territoire de statistique. J’ai eu un vrai privilège, celui d’arriver à ce moment là, sur un territoire où les statistiques étaient méconnues, et où pourtant, la population et les acteurs locaux étaient avides d’en savoir plus. Je peux dire que j’ai mahorisé les statistiques, c’est à dire que je les ai rendues lisibles localement. Il fallait pour cela chercher à être compris, sans jamais baisser le niveau du discours. Par exemple, je me souviens de cette question sur les relations extraconjugales, que les enquêteurs avaient compris comme des relations conjugales extra ! On n’a parfois pas les mêmes référentiels, il faut l’intégrer. Autre particularité, à Mayotte, peu de personnes connaisent leur poids et leur taille. Pour une enquête santé, on apportait donc le mètre et la balance. ET au final, on était plus précis qu’ailleurs.
Ces évolutions n’ont été permises que grâce aux 11 agents de l’INSEE et aux 15 enquêteurs, car le travail de terrain à Mayotte n’était pas facile. Et nous travaillons efficacement avec les chargés d’études de La Réunion, ainsi qu’avec des partenaires locaux, comme le Conseil économique et social et le CNFPT. »

Un septennat qui n’aurait pas pu se prolonger en raison d’un horizon de recensement trop lointain ?

Avec Abdou Dahalani président du CESEM, pour une action coordonnée

Jamel Mekkaoui(ému) : « Il fallait une fin. Et nous sommes dans une phase de transition, avec des élus qui connaissent désormais le diagnostic, un vrai pic de connaissance. L’enjeu sera de garder l’INSEE au centre du débat.
Je ne suis pas carriériste, ce qui explique mon choix de rester sur cette durée, et ce qui m’a permis de prendre le temps de comprendre ce territoire et d’y être attaché. Je ne quitte pas des amis mais des frères et sœurs. »

Il ne part pas très loin, à l’INSEE Réunion, pour prendre le poste de Responsable d’études. « Je pourrai encore contribuer à la connaissance de Mayotte en back office ». Jamel Mekkaoui et ses explications limpides et passionnées, toujours livrées avec le sourire sur un débit de mitraillette, vont nous manquer. Il quitte Mayotte mardi, c’est Bertrand Aumand qui lui succèdera le 1er octobre.

Propos recueillis par Anne Perzo-Lafond

* 290.000 en 2020 avec actualisation du taux de croissance de 4%

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Course de pneus, Mayotte

Finale du Jeu mobile Officiel Course de pneus qui s’exporte dans...

0
La crise sanitaire avait obligé l'agence Angalia organisatrice de la Course de pneus à agiter ses méninges l'année dernière. Cela avait donné lieu à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.