26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 11 août 2022
AccueilOcéan IndienRisque tsunami : où se réfugier en cas d'alerte ?

Risque tsunami : où se réfugier en cas d’alerte ?

La naissance du volcan sous-marin en 2018 a ravivé à Mayotte la conscience du risque de vague-submersion. En cas de tsunami, une seule option : évacuer les zones à risque. Une équipe est actuellement sur l'île pour définir les zones refuges dans chaque commune.

La reprise des liaisons aériennes a permis à cette équipe de l’université Paul Valéry de Montpellier de se rendre à Mayotte. Sa mission, c’est de définir dans chaque commune les zones propices à un rassemblement en cas d’alerte au tsunami.

Les modèles prédictifs définissent deux sortes de tsunami, explique le professeur Frédéric Leone, géographe à l’université Paul Valéry de Montpellier. D’abord, un tsunami d’origine lointaine, qui pourrait trouver sa source en Indonésie ou au Pakistan. Il mettrait alors plus de 6h pour arriver jusqu’à nos côtes, laissant le temps aux autorités de s’organiser.
Le risque plus récent lié au nouveau volcan laisserait lui moins de 30 minutes pour évacuer la zone littorale. Si ce type de tsunami serait a priori moins intense, il impose aux autorités un délai de mise en sécurité de 15 minutes à peine “d’où la nécessité de former les gens à évacuer” ajoute le scientifique, mais surtout, de savoir où évacuer.

C’est le but de la mission en cours depuis plusieurs jours dans les 17 communes de Mayotte. Monique Gherardi, ingénieure universitaire à Montpellier également, présente une carte de Dembéni où l’équipe s’est rendue vendredi. L’équipe y a identifié les zones inondables et les chemins menant aux hauteurs. “On part de la carte, puis on va sur le terrain” détaille la spécialiste.

L’équipe privilégie les routes et places menant aux hauteurs et accessibles à pieds

Pour identifier les zones refuges, l’équipe part de plusieurs données. D’abord les modèles de tsunami, qui prévoient des vagues de 1 mètre à 1,5 mètre maximum, notamment grace à la barrière de corail. “On considère dès lors que la zone à évacuer se situe entre zéro et cinq mètres de hauteur, c’est une marge de sécurité” explique Frédéric Leone. Cette zone peut sembler maigre, mais elle représente pas moins de 15% des bâtiments de Mayotte.

Partant du principe que l’évacuation devra être rapide et à pieds, les lieux de rassemblement sont recherchés dans une zone “entre 10 et 20m” de hauteur. En clair les sites propices doivent être “à moins de 800m ou 15 minutes de marche”, être accessibles et assez vastes pour accueillir la population quelques heures, si possible avec vue sur la mer. Places et parkings sont privilégiés. Les bâtiments sont exclus puisqu’il est impossible de savoir s’ils seront aptes à recevoir du public après un fort séisme. Il est aussi exclu de prendre la voiture, piège mortel en cas de tsunami.

Un risque “modéré”

Ainsi à Dembéni, l’équipe appuyée par Fahad Idaroussi, doctorant en géographie natif d’Acoua, a identifié au moins deux sites, dont la route menant au CUFR et la placette Msakouani.

Le risque est modéré, tempère le professeur de géographie Frédéric Leone

En janvier prochain, les communes auront à valider les sites proposés, et pourront se voir attribuer un label reconnu par l’UNESCO. Les plans définitifs d’évacuation seront validés “en juillet 2021”.

Face à ce risque, Mayotte a un avantage : sa géographie fait que chaque zone habitée est proche d’une côte où s’abriter, ce qui facilite le travail de ces scientifiques.

Le risque est “présent, mais modéré” estime Frédéric Leone. “La naissance du nouveau volcan génère des inquiétudes justifiées mais dans un scénario qui n’a rien de catastrophique” poursuit-il, rassurant. “Mais ce n’est pas parce que le risque est modéré qu’il ne faut pas s’en occuper”.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau dans la commune de Koungou ce vendredi 12 août...

139532
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers de la commune de Koungou "de la nécessité d'interrompre la distribution d’eau afin de...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139532
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139532
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139532
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139532
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.

Koungou : un comité de sécurité créé pour faire face à la délinquance

139532
Jeudi dernier, la ville de Koungou communiquait sur les réseaux sociaux à propos de la constitution d’un comité de sécurité. Son objectif ? Mutualiser les moyens des comités déjà existants pour mieux mailler les quartiers et améliorer la collecte d’information en cas de troubles. Malgré les actes de médiation, les événements de ces derniers temps font naître un ras-le-bol perceptible.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com