Agression sanglante ce lundi à Dzaoudzi Labattoir

Si les murengue font l’actualité des affrontements contre les forces de l’ordre, ce n’était pas la cause d’une agression sanglante ce lundi à Dzaoudzi Labattoir. Il s'agit de nouveau de règlements de compte entre bandes.

0
2539
Les gendarmes accentuent leur présence à Dzaoudzi ce mardi soir (Image d'archives)

Peu après midi, un jeune de 15 ans était agressé à coups de chombo par trois individus armés. Grièvement blessé au coude, à la cuisse, au talon et au bras, son pronostic vital n’était pas engagé. Cela n’a pas empêché certains de faire monter la sauce, notamment sur les réseaux sociaux, en annonçant son décès. « La propagation de la rumeur a décuplé l’ampleur du règlement de comptes qui s’en est suivi, puisque ce lundi soir à 20h45, une trentaine de jeunes armés se dirigeait sur le quartier de Labattoir à la recherche de l’agresseur », nous rapporte le général de gendarmerie Philippe Leclercq.

Au plus fort de l’intervention, il engage 28 gendarmes, de la brigade et des gendarmes mobiles, qui ripostent aux caillassages. Pendant ce temps, dans un autre quartier de Labattoir, les voyous pensant avoir trouvé le banga d’un des auteurs de l’agression, y mettent le feu. Il n’y a pas eu de blessé, et les forces de l’ordre ont dispersé les auteurs des faits.

Il n’y a pas encore au d’interpellation, mais cela ne devrait pas tarder selon le chef de la gendarmerie : « L’enquête judiciaire a avancé sur l’identité de l’auteur principal et de ses complices. Nous espérons les localiser d’ici quelques jours. » Il déplore la reprise de ces règlements de compte, « ça s’était calmé depuis un mois ».

Les gendarmes sont présents ce mardi soir « pour sécuriser la zone ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here