Evolution du Covid-19 : « Un palier avant l’arrivée probable d’une vague », pour l’ARS

Deux fois par semaine, Dominique Voynet tient une audioconférence de presse sur la gestion d’une crise très critiquée en métropole. Le dénuement de l’île en réseau de proximité n’arrange rien, et devrait être partiellement résolu. Pour l’instant, aucun nouveau foyer n’est détecté.

3
1385
Les commerces s'organisent, paroi en plexiglas, gants et produits de nettoyage pour les caissiers

Après une croissance exponentielle du nombre de cas, la contagion au Covid-19 a marqué le pas à Mayotte, avec 5 nouveaux cas déclarés mercredi, et 6 ce jeudi. Soit quasiment autant de cas en deux jours que sur la seule journée de dimanche. Pour Dominique Voynet, il faut rester très prudent : « En Guadeloupe, la progression avait été similaire, avec un palier, puis une forte reprise du nombre de cas. C’est une sorte de veillée d’armes pour nous, nous nous apprêtons à l’arrivée d’une vague. Avec un atout, ici 4% de la population seulement a plus de 60 ans, alors qu’en Alsace, ils représentent la moitié des habitants ».

Ce palier permet à l’ARS de jongler avec les mesures, « bien que placés en stade 2, nous pouvons maintenir les exigences du stade 1 en prenant le temps d’inventorier les cas contacts des personnes nouvellement atteintes. » Un travail de fourmi qui serait plus difficile avec de trop nombreux cas. Une raison de se réjouir pour l’instant, « il n’y a pas à notre connaissance, de nouveaux foyers d’épidémie », c’est à dire que la transmission se fait depuis des cas connus.

A l’image du policier de la PAF et des deux pompiers, « ils n’ont pas été contaminés dans le cadre de leur travail, mais par une personne de leur entourage récemment arrivée en avion. » Justement, sur la question de l’accueil sanitaire à l’arrivée et l’organisation défaillante dont témoignait une passagère d’un vol dans le JDM, l’idéal est de ne plus avoir de vols d’agrément, a répété Dominique Voynet, « nous ferons un bilan la semaine prochaine ». Car il faut on l’a vu, réorganiser le parcours derrière, avec des taxis réservés, ainsi qu’une zone dans la barge.

« Deux semaines pour monter un réseau communautaire de santé »

Dominique Voynet: « C’est comme une veillée d’armes, nous nous préparons »

Sur le sujet du difficile confinement, l’ex-ministre de l’Aménagement du Territoire dit comprendre le « difficile enfermement » dans les conditions de logement à Mayotte, « il faut accompagner les gens dans les bangas ». La solution serait de s’appuyer sur un réseau de santé communautaire, « mais absent à Mayotte », ce sont donc les Centres communaux d’action sociale et les infirmiers de proximité qui vont être mobilisés pour diagnostiquer les besoins, « nous avons deux semaines stratégiques pour monter ce réseau communautaires à destination des plus fragile. »

En dehors du confinement, il faut aussi isoler les personnes malades qui ne feraient que contaminer une famille à l’étroit dans un banga. Plusieurs lieux sont toujours en cours d’identification, à proximité du CHM, et difficile de trouver la configuration idéale à en croire Dominique Voynet qui cible plusieurs publics, « il faut isoler les gens fragiles, ceux qui sont malades du Covid-19, ceux que l’on va hospitaliser en réanimation et ceux qui sortent de réanimation. »

« On manque d’oxygène à Mayotte »

Livraison de masques grâce à un généreux donateur anonyme

On le sait maintenant, ce Coronavirus est l’épidémie de toutes les pénuries, masques, tests, gels… Avec en plus à Mayotte un manque d’oxygène, « nous avons recommandé un supplément de bonbonnes, un cargo est dérouté et va nous les livrer dans les jours qui viennent. »

Quant aux tests et aux masques, pas d’annonces sur les premiers en raison d’une pénurie nationale, alors qu’une commande de masques est arrivée en début de semaine à l’ARS, « réservés pour les soignants ». Mais les aides à domicile de structures qui accompagnent les personnes âgées et handicapées n’en ont pas été dotées.

A noter qu’un don de 13.180 masques FFP2 et FFP3 de la part d’une entreprise locale « qui veut rester discrète », indique l’ARS sur son site, a également été réceptionné. Pas celle à laquelle vous pensez ! Puisqu’un autre don annoncé à grand renfort de communiqués par un entrepreneur s’affichant en « haut les cœurs ! », n’avait toujours pas été concrétisé ce jeudi soir. Le cœur a ses raisons, et, on l’a vu avec une grande firme en métropole, la période est propice à l’achat de bonne conscience.

Anne Perzo-Lafond

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here