Risque de contamination liée à la surpopulation dans les bangas : les solutions de la maire de Chirongui

Hanima Ibrahima donne des pistes pour à la fois faire respecter le confinement en isolant les personnes malades, et de l’autre préserver notre système de santé qui pourrait être davantage mis à mal en cas d’épidémie dans les îles de la région.

11
2134
Hanima Ibrahima Jouwaou réclame l'intervention de l'armée

La maire de Chirongui – on peut toujours le dire, les mandats des maires actuels ayant été prolongés – interpelle le préfet sur les dispositifs à mettre en place pour pousser plus loin les précautions en tenant compte des spécificités de l’île. De son côté, elle évoque avoir mis en place les moyens pour sensibiliser la population et préparer la continuité du service public, notamment avec le télétravail.

Ironie du contexte, c’est en se basant sur le fort taux de participation de sa commune (75%) que la maire de Chirongui évoque le peu de sensibilisation de la population à la culture du risque, qui s’est donc déplacée en masse pour ce 1er tour d’élection contrairement à la métropole. Il faut dire que nous n’avions ce week-end là, qu’un seul cas importé. Elle en appelle donc au « recours à l’armée », pour citer le président Macron, pour faire respecter les arrêtés en cours : « Sans réelle présence militaire dans nos rues, le confinement ne sera pas respecté et ne permettra pas d’endiguer la propagation du virus ». Or, comme le rappelle l’élue, vu la saturation du système de santé en temps ordinaires, « si cette épidémie se diffuse au-delà des 2 cas recensés, nous allons au-devant de grandes difficultés. »

En ce qui concerne le confinement même, attention, il y a danger, avertit-elle. C’est en effet une chose que d’être confiné à deux dans un T3 de 70m2, c’en est une autre quand un nombre élevé de personnes, « parfois 10 ! » s’agace-t-elle au téléphone, vivent à plusieurs dans une pièce exigüe. « Nos écoles pourraient être ouvertes et aménagées si le besoin s’en ressent pout accueillir ces personnes à isoler ».

« Appliquer l’accord France-Comores »

Ce douka est un des rares à règlementer les entrées ce mercredi à Majicavo Koropa

Au niveau des mesures de protection, la maire appelle à fournir en quantité suffisante de masques et gel hydroalcoolique, les soignants, aidants à domicile et agents, « mobilisés au quotidien pour assurer les missions prioritaires ». Les mesures de distanciation ne sont pas respectées partout, notamment dans les commerces.

Anticipant une possible épidémie dans les îles voisines non encore touchées des Comores et de Madagascar, Hanima Ibrahima demande « d’appuyer l’application effective de l’accord de partenariat France-Comores signé en juillet 2019 afin de limiter les entrées sur le territoire, et de prendre des dispositions spécifiques pour orienter les cas graves de ce pays vers les hôpitaux d’Afrique du Sud ou de la Réunion ». Sa crainte, est de voir « affluer des malades par kwassas », risquant de « faire imploser la situation sanitaire ici à Mayotte. La situation malgache est également à prendre en compte en cas d’aggravation de l’épidémie sur leur sol. »

Faisant écho aux propos du préfet sur l’avance de Mayotte par rapport à la métropole et à d’autres régions du monde, la maire implore, « ne perdons pas de temps et dressons-nous même des barrières entre notre territoire et ce virus ».

Lire Courrier de Hanima Ibrahima au préfet sur le Covid19

A.P-L.

11 Commentaires

  1. Bravo elle est plus intelligente que le prefet qui n’a jamais aborder le fait qu’a Mayotte on ne pourra jamais endiguer l’épidémie et soigner les malades vu la saturation déjà permanente du système de santé a Mayotte, constat que tout le monde connait ici hormis le préfet qui applique stricto sensus les recommandations métropolitaines qui ne dont pas du tout adapté à Mayotte!!

  2. Elle délire complètement. L’Afrique du Sud et La Réunion ont déjà leurs cas de Coronavirus à gérer. Il ne faut pas faire miroiter n’importe aux familles des malades potentiels. Le tri sera fait sur place en laissant mourir certains malades faute d’équipement.

  3. Les Comores et Madagascar ont fermé leurs frontières aux français, pourquoi ils vont se ramener à Mayotte pour se faire soigner? Même de français à français (Mayotte /Réunion) ça va être impossible. Jamais les structures ne suivront. Alors restez chez vous, car c’est une hécatombe qui se profile à l’horizon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here