Délinquance : quand la rue devient un self service pour les bandes de délinquants

Les nuits ne sont à nouveau plus sures à Mayotte. Plusieurs agressions nous sont rapportées dans un contexte d’abandon de la surveillance de proximité.

4
2511
Une pierre est venue percuter la vitre lattérale

A 21h ce dimanche soir, un agent de la mairie de Koungou a eu la peur de sa vie. Alors qu’il conduisait dans la descente Sogea pour rentrer chez lui, il tombait sur un barrage. Décidant de ne pas s’arrêter par peur de se faire dérober téléphone portable ou portefeuille, il recevait une pierre sur la vitre latérale. Même scénario jeudi dernier à Iloni, quand un automobiliste était arrêté à Iloni par un barrage. Même réaction, ne voulant pas s’arrêter, il recevait une pierre qui visait sa tête. Il n’a dû son salut qu’en se protégeant avec son bras, écopant d’une belle blessure. Et ce lundi matin à Doujani, en plein jour, une bande de jeunes cagoulé a défié les forces de l’ordre selon nos confrères de Mayotte la 1ère.

Des groupes de jeunes que les habitants des villages identifient comme venant des hauteurs peu visitées par les forces de l’ordre, et qui descendent ainsi, « ils ont envie de quelque chose, ils se servent ! C’est devenu une mode. La descente au magasin Tati leur a servi d’exemple. »

On nous annonce un énième Plan Jeunesse pour ce mercredi au Conseil départemental. Ce qu’il nous faut, c’est une véritable stratégie visant à la fois à remettre de la proximité comme jadis les gilets jaunes, tout en identifiant ces jeunes délinquants pour travailler avec leur noyau familial, comme nous l’avions écrit lors d’une interview d’Issa Abdou, le monsieur social du Département. Sa prévention spécialisée est en cours de mise en place, et en attendant, l’Etat doit proposer des dispositifs en urgence.

A.P-L.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here