Le parc naturel marin en contrôle de surpêche

Difficile de trouver un équilibre entre préservation de la ressource et garanti d’un minimum vital pour une population vivant à 84% sous les seuils de pauvreté selon les standards métropolitains. Le Parc naturel Marin rappelle la législation en vigueur après avoir constaté de nombreux dépassements.

3
808
Contrôles de la pêche au poulpe par le PNM (©L.Bayol/Office français de la biodiversité)

La pêche au poulpe est une activité très prisée pendant les marées basses par la population. Pour préserver la ressource, le Parc Naturel Marin (PNM) de Mayotte avait mis en place une sorte de jachère, période pendant laquelle, la pêche était interdite sur une zone précise. D’autre part, cette pêche est encadrée par un arrêté préfectoral*.

Le PNM ayant constaté que « peu de monde le respecte », des opérations de contrôle sont menées. Mercredi dernier, dans les secteurs de la Passe en S et du tombant des aviateurs, une forte activité de la chasse au poulpe était constatée. A l’arrivée des agents du PNM, « plusieurs individus ont rapidement détalé, l’un d’entre eux a été longuement sensibilisé et a remis son poulpe embroché à l’eau avant de quitter les lieux sans son matériel de chasse », rapporte le Parc dans un communiqué.

5 fois plus de poulpes qu’autorisé

Saisie de poulpes début février (©L.Bayol/OFB)

Deux autres ont également été interpellés et remis à un équipage de la police aux frontières pour vérification de leur identité. « Ces deux individus venaient de collecter en action de nage et à l’aide de piques de fer pas moins de 55 poulpes pour un poids total de 43 kg. Bien loin des 5 poulpes par jour et par personne autorisés par l’arrêté*… » Qui indique que la pêche au poulpe à Mayotte est limitée à 5 spécimens par personne et par jour : les engins de pêche doivent être en bois ou en bambou pour ne pas détériorer les coraux, il est interdit de pêcher en action de nage dans le lagon ainsi que dans les passes.

Ont également été saisis 13 petits bénitiers sortis de leur coquille, donc impossible à sauver lors de la remise à l’eau immédiate du produit de la pêche. Des bénitiers qui n’auront donc pas eu l’occasion de croître et de perpétuer l’espèce dans le lagon. Le PNM rappelle que la pêche au bénitier est interdite aux pêcheurs de loisir, et cantonnée à 5 spécimens par jour et par personne pour les pêcheurs professionnels.

Outre ces missions de police, les agents mènent aussi des actions de sensibilisation, des suivis scientifiques, de l’éducation à l’environnement en milieu scolaire, de l’entretien des équipements, etc.

Depuis le 1er janvier 2020, le Parc naturel marin de Mayotte fait partie du nouvel Office français de la biodiversité au sein duquel sont regroupés l’Agence française pour la biodiversité et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. L’OFB œuvre pour la protection et la restauration de la biodiversité de l’hexagone et des Outre-mer.

A.P-L.

* En référence à l’arrêté DMSOI n°2018-601 du 28 juin 2018 règlementant la pêche à Mayotte

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here