28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 27 janvier 2022
AccueilorangeUn décret sabre les droits à la santé des demandeurs d'asile

Un décret sabre les droits à la santé des demandeurs d’asile

Publié le 30 décembre sans causer grand émoi, un décret vient réduire considérablement l'accès à la santé des demandeurs d'asile adultes, au risque de fragiliser encore davantage cette population à la situation déjà très précaire.

C’est un décret de quelques lignes, publié au Journal Officiel le 30 décembre 2019 et applicable depuis le premier janvier 2020. Sibyllin, le texte apporte une courte modification au code de la sécurité sociale, mais les conséquences peuvent être lourdes puisque l’article modifié porte sur la couverture médicale des demandeurs d’asile. Selon le site officiel Légifrance,  “le texte rend applicable aux demandeurs d’asile majeurs la condition de stabilité de la résidence en France pour bénéficier de la prise en charge de leurs frais de santé par les régimes de sécurité sociale, à l’instar des autres assurés n’exerçant pas d’activité professionnelle.”

L’article D160-2 du code de la sécurité sociale prévoit en effet que “les personnes qui demandent à bénéficier de la prise en charge des frais de santé (…) doivent produire un justificatif démontrant qu’elles résident en France de manière ininterrompue depuis plus de trois mois”. Mais des exceptions sont prévues pour certaines catégories de population, qui peuvent ainsi faire valoir ce droit sans justifier de trois mois de présence sur le territoire. On y trouve par exemple les personnes qui s’installent en France pour y rejoindre un même de leur famille qui y est déjà assuré, un volontaire international qui revient d’un séjour à l’étranger ou encore les personnes ” inscrites dans un établissement d’enseignement ou personnes venant en France effectuer un stage dans le cadre d’accords de coopération culturelle, technique et scientifique”.

Une exception pour les mineurs

Les longues files d’attente à la pharmacie de Jacaranda

Cet article prévoyait aussi le droit à la couverture maladie pour les “personnes reconnues réfugiées ou bénéficiaires de la protection subsidiaire ou enregistrées par l’autorité compétente en qualité de demandeur d’asile et disposant du droit de se maintenir sur le territoire”, en d’autres termes, aux réfugiés et à toute personne dont la demande d’asile est en cours d’examen. Le nouveau décret dénonce cette disposition. Il la modifie comme suit : “les mots : « ou enregistrées par l’autorité compétente en qualité de demandeur d’asile » sont remplacés par les mots : « ou les personnes mineures enregistrées par l’autorité compétente en qualité de demandeur d’asile ou à la charge d’une personne enregistrée comme telle »”.

En clair, les demandeurs d’asile dont la demande est en cours d’examen n’ont depuis le premier janvier plus droit à l’assurance maladie dès leur arrivée sur le territoire, exception faite des mineurs.

Si le décret, paru en pleine mobilisation contre la réforme des retraites est passé presque inaperçu, des internautes ont entrepris de le dénoncer, certains fustigeant “un décret totalement idéologique de droite extrême contre les réfugiés”, d’autres y voyant une manière de draguer le Rassemblement national à trois mois des élections municipales. Ce qui est sur c’est que cette nouvelle disposition ne fera que rendre encore plus difficile la situation d’habitants déjà très précaires.

Y.D.

24 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Centre pénitentiaire, Mayotte

Blocage de l’entrée de la prison par une partie des surveillants...

139533
Une quarantaine d’agents CGT du centre pénitentiaire en a fermé les grilles ce jeudi pour protester contre la baisse de prestations familiales. S’ils ne sont pas suivis par les autres syndicats, majoritaires, ils soulèvent néanmoins une problématique épineuse de décalage entre les acquis et les textes
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
COI, Jean-Yves Le Drian

Renforcement de la coopération entre les Etats membre de la COI

139533
La France exerce la présidence de la Commission de l’océan Indien (COI) de mai 2021 à février 2022. C'est à ce titre que le conseil des ministres a approuvé ce mercredi une évolution de l'accord de coopération entre les 5 pays membre
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139533
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139533
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139533
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139533
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com