Le maire de Koungou en garde à vue ce jeudi

Assani Saindou Bamcolo, le maire de Koungou a été placé en garde à vue ce jeudi nous confirme le parquet de Mamoudzou.

15
2723
Assani Saindou Bamcolo assure tirer partie des critiques de la Cour des Comptes (archive)

Assani Saindou Bamcolo, le maire de Koungou a été placé en garde à vue ce jeudi nous confirme le parquet de Mamoudzou. Le premier magistrat a été entendu de 8h55 à 16 heures dans le cadre d’une enquête préliminaire concernant des manquements présumés aux règles des marchés publics. L’enquête a été ouverte sur signalement de la chambre régionale des comptes et porte sur une “période assez longue” et “plusieurs marchés”. L’enquête se poursuit et “aucune poursuite” n’a été engagée contre le maire à ce jour.

Dans son dernier rapport, la CRC reprochait la situation de la commune en quelques lignes

“La commune ne dispose pas de service des marchés publics. Elle ne procède à aucun
recensement de ses besoins lui permettant de gérer la computation des seuils, la conduisant ainsi à fractionner artificiellement ses achats. La plupart de ses besoins récurrents et prévisibles, nécessaires à son fonctionnement, ne font pas l’objet de marchés. Nombre de factures sont réglées suite à la production de simples devis et sans mise en concurrence.”
Le précédent de Mamoudzou

En juin dernier, le maire de Koungou, expliquait vouloir tirer partie de ce rapport pour améliorer le fonctionnement de la mairie et notamment sur la création d’un service des marchés publics. « Nous sommes en train de le mettre en place avec notamment le recrutement d’un directeur des services techniques qui arrive de métropole et a les compétences requises. Il commence au mois d’août » expliquait-il.

Ces irrégularités pointées par la CRC sont souvent l’occasion pour les communes de se mettre aux normes dans un secteur juridiquement très complexe. C’est notamment ce qui s’est passé avec la mairie de Mamoudzou, qui a depuis recruté un directeur des marchés publics. Ce qui n’empêche pas le parquet de se saisir de ces affaires, qui sont aussi des délits, et de poursuivre.

Le maire de Mamoudzou avait ainsi été condamné à 1 an de prison avec sursis et 10 000€ d’amende en première instance, puis à 25 000€ d’amende en appel. Le parquet demandait son inéligibilité. De quoi donner des sueurs froides au maire de Koungou pour les mois à venir.

Y.D.

15 Commentaires

  1. Bien fait il faut que la justice face sont travaille à Mayotte
    Que toutes les personnes élus et autres franchissent la ligne rouge pour voler de l’argent publique ou faire des arrangement familiaux ou amicaux sur l’argent publique qu’ils soient punies sévèrement…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here