29.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 décembre 2021
AccueiljusticeChristiane Féral-Schuhl, présidente du CNB à Mayotte : « Tout le monde à le...

Christiane Féral-Schuhl, présidente du CNB à Mayotte : « Tout le monde à le droit d’être défendu »

Christiane Féral-Schuhl est la première femme élue présidente du Conseil National des Barreaux. L’avocate est actuellement à Mayotte à la demande de la bâtonnière de Mayotte, Fatima Ousseni, « nous avions plusieurs thèmes à aborder, notamment l’aide juridictionnelle et la vidéo-audience ».

En réalité, la priorité des priorités tenait à la situation d’une avocate du barreau, menacée pour sa spécialisation dans le droit des étrangers : « C’est sur ce sujet que Fatima Ousseni m’a interpellée en premier. Je veux expliquer qu’un avocat ne peut être menacé en raison de la cause qu’il défend. Toute personne a le droit d’être défendue. Ceux qui portent les menaces, seront contents de l’être si un jour ils sont victimes ou responsables d’un acte. »

Mayotte n’est hélas pas un cas isolé, « la montée de la violence est une réalité à laquelle sont confrontés des barreaux de métropole. C’est le cas à Grenoble. Notre riposte est tout d’abord de montrer à l’avocat qu’il ou elle n’est pas seul. Ils ont l’appui du Conseil National du barreau, et des autorités. Nous pouvons nous porter partie civile quand l’avocat dépose plainte, mais ce qu’il fait rarement. »

Une situation qui porte l’échange sur le plan national et la réforme de la justice, « on cherche à éloigner le magistrat de l’avocat, en cherchant à imposer la vidéo-audience. Or, on se prive du contexte humain de l’affaire jugée, il n’y a pas de petits ou de gros dossiers. » Les avocats se battent aussi contre la mise en place de la Cour criminelle, « on va juger que telle affaire est moins importante qu’une autre sur la peine encourue. Alors que les femmes se sont battues pendants des années pour faire qualifier le viol en crime passible des Assises, on va re-correctionnaliser l’acte ! L’objectif est d’aller plus vite, de faire des économies. Je reprendrai la sentence d’une autorité québécoise, ‘vous pensez que c’est une dépense quand j’y vois un investissement’ ».

Une avocate spécialisée dans les demandeurs d’asile

Christiane Féral-Schuhl et Fatima Ousseni lors d’une après-midi d’information aux avocats

La fonction du Conseil national des Barreaux (CNB) est de représenter les avocats par rapport aux autorités publiques, de se charger de réglementer la profession. D’une parité remarquable, puisque hommes et femmes y sont représentés à égalité, il est aussi composé de 50% d’élus de l’ordre et 50% de syndicats.

Pour revenir aux problématiques mahoraises, si le versement de l’aide juridictionnelle a été accéléré, ce n’est pas encore la panacée, « nous allons peser pour revenir à des délais raisonnables. » Le CNB va essayer de faire venir à Mayotte une avocate spécialisée dans les Demandeurs d’asile et l’aide juridictionnelle. Mais faire venir des compétences est un challenge pour le barreau aussi, « les avocats sont en sous-nombre ici. Ils ne parviennent pas à assurer les permanences pénales, il faut que les droits des personnes soient respectés. Une permanence au Centre de rétention me paraît indispensable. »

Enfin, c’est dans la dématérialisation que les avocats du barreau de Mayotte doivent s’investir, « il faut les initier à l’utilisation de tous les outils par des formations. »

Après 48h passées sur le territoire, Christiane Féral-Schuhl repart ce mardi pour La Réunion.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.