28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilorangeLe suicide de la directrice d'école à Pantin émeut la communauté éducative

Le suicide de la directrice d’école à Pantin émeut la communauté éducative

Le 21 septembre dernier, Christine Renon, directrice d’école à Pantin (93), a mis fin à ses jours sur son lieu de travail, laissant au préalable une lettre adressée à ses collègues, à son inspecteur ainsi qu’à son syndicat, lettre signée « une directrice épuisée ». “Son acte suscite une vive émotion dans la profession et témoigne d’une situation d’extrême souffrance qui fait écho à un mal-être grandissant des personnels enseignants”, rapporte le SNUipp-FSU Mayotte, qui dit partager la colère des milliers d’enseignants concernant la surcharge de travail, la perte de sens du métier, les injonctions permanentes et parfois contradictoires”.

Et en soulignant, que “le plus insupportable est le décalage entre la réalité du terrain et la communication médiatique de l’institution.”

Pour la CGT Éduc’action, le courrier de la directrice d’école “symbolise le rejet de la politique du ministère qui se fait trop souvent contre les personnels qui réclament le droit de faire correctement leur travail auprès des élèves et dans le respect de leur liberté pédagogique, des valeurs éducatives qu’ils portent et de leurs conditions de travail. Pourtant, le ministère et l’institution dans son ensemble restent sourds et regardent ailleurs.”

Le SNUipp-FSU Mayotte tient à exprimer publiquement sa peine et présente ses condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de Christine Renon, “et appelle tout-e-s les collègues qui sont sous le choc du décès de Christine Renon, de témoigner leur solidarité et porter un vêtement sombre le jeudi 3 octobre ou de mettre un brassard noir en signe de deuil.”

Le syndicat s’interroge aussi sur “les conditions de travail des enseignants du premier degré, en France métropolitaine, dans les DROM et aussi à Mayotte. Les enseignants du 1er degré à Mayotte ainsi que les AESH ne cessent d’alerter le vice rectorat sur leurs conditions de travail exécrables” parce qu’ils doivent “assouvir les désidératas des supérieures hiérarchiques (…) La situation empire avec le sureffectif, le manque énorme d’enseignants formés et spécialisés.”

La CGT Éduc’action exige du ministère de l’Education nationale et du gouvernement des réponses rapides à la souffrance des personnels et à leurs revendications légitimes.

Une intersyndicale nationale du premier degré aura lieu le mercredi 2 octobre et le jeudi 3 octobre se tiendra un CHSCT extraordinaire en Seine Saint Denis. L’intersyndicale 93 appelle les personnels du département à la grève ce jour-là et à manifester devant la DSDEN 93.
La CGT Éduc’action soutient cet appel et encourage toute initiative locale de grève et de manifestation prise en intersyndicale à cette occasion.
“Un CHST ministériel extraordinaire va également se réunir à une date inconnue pour le moment”, mais qui sera l’objet d’un appel à la grève de la part de la direction de la CGT Éduc’action.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Un jeune, une solution, Macron, DEETS,Apprentis d'Auteuil, Mayotte

Les enjeux de la prévention de la délinquance s’invitent à l’inauguration...

139521
« Oui je vous mets la pression, et oui nous attendons des résultats », déclarait le vice-président du CD Madi Velou aux associations, lors de la présentation du plan national « Un jeune, une solution ». Il est astucieusement décliné par Apprentis d’Auteuil au sein du service de prévention spécialisée. Une insertion durable des jeunes est attendue
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com