Salon Tourisme : un avant-goût de la professionnalisation de la filière avicole

Les poules faisaient le coq au Salon du Tourisme dès ce vendredi. Pas vraiment un stand touristique que celui de l’AVM, Abattoir de Volaille de Mayotte, mais un cocorico malgré tout dans les tablettes. Celui d’une traçabilité effective de la filière réunissant 12 éleveurs. Et ça, c’est bon pour les papilles, thème du Salon cette année.

0
673
Démonstration de traçabilité par Amélie Tassin

La marque Mon Pouleti est désormais l’emblème de la filière avicole à Mayotte, avec dans le haut du panier, l’étiquette noire qui garantit un élevage au sol en plein air. On la trouve généralement en grande surface, même si l’une d’entre elle semble en rupture depuis quelques semaines.

Cette traçabilité est accessible à tous, puisque, après avoir téléchargé l’appli, il suffit de passer son portable au dessus du QR Code collé sur l’emballage, pour connaître le nom de l’éleveur.

En charge de la production et de la commercialisation de AVM, Amélie Tassin nous fait une démo en direct : un passage de l’écran devant le QR Code, et apparaît la fiche de Nayourddine, éleveur à Sada. Le nouvel étiquetage fera son apparition « d’ici peu », après les derniers réglages de logiciel.

L’abattoir pour 2020

Hamada Fatima à la t^te d’un cheptel de 2.000 crêtes

Une filière avicole qui aura mis beaucoup de temps à se structurer. Présente sur le stand, Hamada Fatima, la seule femme de la filière, est annoncée comme éleveur modèle à Mtsamboro. Petit sourire timide en coin, elle nous explique avoir environ 2.000 poules. Modèle, car si son élevage se situe au bout des 5km de piste, sans électricité donc, « et elle livre pourtant toujours à l’heure », tient à préciser Amélie Tassin. Les poussins sont achetés depuis 4 ans maintenant à Ekwali Couvoir, évitant une mortalité prématurée liée au transport.

Le « A » de AVM, fait référence au petit abattoir de Coconi, insuffisant si on veut parvenir à une autosuffisance. Le nouvel abattoir qui était dans les cartons depuis une quinzaine d’année, va sortir de terre, assure Amélie Tassin, « nous défrichons le terrain accordé en bail emphytéotique, il devrait être opérationnel en juillet 2020 ».

Des mets locaux à découvrir

Vous avez jusqu’à ce soir pour découvrir ce stand, et son voisinage qui présente mets locaux et internationaux. Une journée de dégustation. Sans oublier les offices de tourisme des interco, et les opérateurs touristiques, plongée et découverte du lagon.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here